ADP : trois gros candidats pour les 9,5 % du capital mis en vente par l'Etat

 |   |  216  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
C'est ce vendredi matin à 11 heures au plus tard que les candidats au rachat aux 9,5 % du capital d'Aéroports de Paris (ADP) cédés par l'Etat doivent remettre leur offre ferme et irrévocable à l'Agence de participations de l'Etat. Vinci, Predica mais aussi Norges Bank lorgnent le bloc de titres B (4 à 6 % du capital) qui peut donner un siège au conseil d'administration.

C'est ce vendredi matin à 11 heures au plus tard que les candidats au rachat des actions d'Aéroports de Paris (ADP) cédés par l'Etat doivent remettre leur offre ferme et irrévocable à l'Agence de participations de l'Etat (APE). Le verdict devrait être connu au plus tard le 11 juillet. La vente concerne 9,5 % des actions de l'Etat et du FSI, respectivement propriétaire de 54,5 % et 5,6 % du capital d'ADP. La vente des 10 millions d'actions s'organise en deux blocs. Un bloc « A » concerne 2 à 4 % du capital et un bloc « B » 4 à 6 %.

Un siège au conseil d'administration

Ce dernier bloc est le plus important car l'acquéreur peut obtenir un siège au conseil d'administration d'ADP (attribué à partir de 5 % du capital). Alors que tous les candidats n'ont pas encore déposé leur offre à l'heure où nous mettions cet article en ligne, trois candidats devaient le faire, selon nos sources. Vinci, déjà actionnaire à hauteur de 3,3 % d'ADP, et Predica, filiale d'assurance du Crédit Agricole, comme l'a indiqué jeudi L'Agefi, mais aussi Norges Bank.

Après le dépôt des offres, les candidats devraient être reçus à Bercy ce vendredi. Ensuite il reviendra à la Commission des participations et des transferts de donner son avis sur le prix proposé. Le nom du ou des vainqueurs devrait être annoncé dans les jours suivants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2013 à 11:01 :
D'accord avec Pilotin. ADP se fout des voyageurs. Un exemple Orly ouest hall 2 dans un premier temps suppression des toilettes dans la zone d'attente après le contrôle sécurité, puis implantation d'une boutique en supprimant de nombreux sièges. Résultat hier soir pas un siège de libre, de nombreux passagers debout ou assis par terre. ADP nous prend réellement pour du bétail, car nous payons quand même une taxe sur chaque billet, taxe équivalent pour du court courrier au prix du transport proprement dit. Comme Pilotin je boycotte ces boutiques en espérant que tout le monde en fera autant, pour qu'elles ferment.
a écrit le 28/06/2013 à 15:58 :
En fin une bonne nouvelle ! on aura peut etre un jour des aéroports conçus pour les voyageurs dans lesquels les queues de passage de douane ou d'enregistrement n'entravent pas les flux de voyageurs par économie d'espace ou mauvaise conception.!
a écrit le 28/06/2013 à 14:48 :
Les A.D.P (aéroports de paris) sont chaque année par classement mondial les plus détestés du monde : en confort et services. Derniers, meme en Europe sur ces critères. Lorsque l'on écrit à A.D.P à ce sujet, ils répondent faisant semblant de s'en étonner, que pourtant ils offrent de plus en plus de "confort et de services" parce qu'ils créés toujours plus de locaux commerciaux. Boutiques hors de prix, à cause de leurs loyers élevés bénéficiant à A.D.P que je boycotte pour le moindre achat : les loyers commerciaux constituent le principal des énormes profits d'A.D.P, qui n'investit pas dans les déneigeuses par exemple, et préfère que son bétail d'usager dorme sur le carrelage : 8 au 12 Décembre 2010 et au delà, Ne leur servent rien à manger, pendant tout ce temps, (profits avant tout) et demande plutot à ses locataires d'ouvrir leurs boutiques hors de prix la nuit. L'état Majoritaire au Capital d'A.D.P est totalement défaillant.
Réponse de le 28/06/2013 à 23:14 :
C'est très facile comme commentaire. Venez donc passer un we de grands départs avec nous. Nous serons ravis de vous accueillir!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :