La fusion entre US Airways et American Airlines passe comme une lettre à la poste à Bruxelles

 |  | 423 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La Commission européenne a donné son feu vert, sous certaines conditions, à la fusion entre US Airways et American Airlines, qui va donner naissance au numéro un américain de l'aviation et à un géant mondial.

Bruxelles n'a pas grand-chose à dire pour s'opposer à la fusion entre US Airways et American Airlines (toujours sous chapitre 11) qui doit donner naissance à la plus grosse compagnie mondiale. La Commission européenne a donné son feu vert ce lundi sous certaines conditions, à ce rapprochement annoncé le 14 février et qui doit être finalisé au troisième trimestre. L'entité ainsi créée sera baptisée American.

Cession de créneaux sur Londres-Philadelphie

"La Commission a pu autoriser cette opération dès sa première phase au vu des engagements proposés par les parties, qui règlent le problème de concurrence que nous avions relevé sur la liaison Londres-Philadelphie", a déclaré le commissaire européen en charge de la Concurrence, Joaquin Almunia. Alors que la Commission redoutait un monopole sur la liaison Londres-Philadelphie, (sur laquelle les deux groupes offrent des vols sans escale via une participation dans une entreprise commune avec British Airways et Iberia), American et US Airways ont pris des engagements comprenant "la cession d'un créneau horaire à l'aéroport de Londres-Heathrow et des accords de portée étendue concernant le transport de passagers en transit afin d'inciter un nouveau concurrent à entrer sur le marché de cette liaison", a précisé le commissaire européen.

Concurrence de Virgin Atlanctic
Bruxelles a également examiné les retombées de la fusion sur d'autres liaisons transatlantiques mais est parvenue à la conclusion qu'il y aurait suffisamment de concurrence. Sur certaines liaisons, le groupé né de la fusion entre American Airlines et US Airways "continuera à être confronté à une forte concurrence de la part de Virgin Atlantic", précise notamment la Commission. D'autant que Virgin est en train de mettre en place avec Delta (qui a pris 49% de son capital) un joint-venture sur l'axe transatlantique.

Les créanciers d'American approuvent le plan de réorganisation
Jeudi dernier, « la nouvelle American » a franchi une étape importante. Les créanciers et actionnaires d'AMR, maison mère d'American Airlines, ont "accepté de façon massive" le plan de réorganisation du groupe. Les résultats définitifs seront certifiés et enregistrés auprès du tribunal des faillites de Manhattan avant l'audition de confirmation le 15 août, précise AMR. AMR et American Airlines avaient déposé leur bilan le 29 novembre 2011 dans le but d'obtenir de force des baisses de coûts, principalement sur les salaires des pilotes, après l'échec de négociations avec les syndicats. Après avoir refusé les avances d'US Airways dans un premier temps, AMR a accepté de fusionner avec sa concurrente.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2013 à 20:42 :
Pourquoi cette fusion ne passerait pas? Il n' y avait qu' en GB que ça risquait de coincer, ailleurs la concurrence ne manque pas et ni US Air ni AAmerican n 'etaient super fort. Par contre en Espagne AA et Iberia/British risquent de se retrouver en ultra dominant sur le marché de l' atlantique Nord....curieux que ça ne pose pas de problème vu qu'ils sont de la même alliance et en partage de code
a écrit le 06/08/2013 à 17:02 :
Fusion qui passe comme une lettre à la poste : accord donné à ces deux compagnies US par les mêmes eurocrates qui ont interdit la fusion de deux sociétés françaises ( Legrand et Schneider Electric ) pour créer un acteur de poids dans le domaine des industries électriques. A qui profite le crime ?
a écrit le 06/08/2013 à 10:14 :
Donc, il , ne reste que 3 compagnies principales aux USA, Delta, United et American....certes, il y a Alaska Air , Southwest et Hawaiian mais grosso modo, les prix vont augmenter pour les consommateurs car moins de concurrence. En Europe, c'est encore très différent car les compagnies européennes n'offrent pas de liaisons directes point à point. Exemple, si vous voulez faire un Paris - Athènes, seules AF et Ageean offrent des vols directs....pour les autres compagnies européennes, les vols se font avec escales. Aux USA, des vols directs existent entre les principales villes quelle que soit la compagnie. Sur Los Angeles-Chicago, vous pouvez voyager sur American, Delta et United.....En Europe, seule la compagnie "nationale" offre des liaisons directes point à point depuis le pays de départ....
Réponse de le 06/08/2013 à 10:59 :
Les prix ont déjà augmenté en raison de la baisse de capacités depuis 2008. Le yield augmente. C'est ce qui explique la bonne santé des compagnies us
a écrit le 05/08/2013 à 18:42 :
Mais, bon sang de bon sang! Où est-ce qu'on va trouver le pétrole pour que tous ces avions voles! On nous emmerd... sans arrêt en nous rabâchant qu'on va en manquer! On augmente les taxes, on achète plus cher, on interdit le gaz de schiste, on m'interdit d'utiliser certains jours, alors que je dois travailler avec.
JE VOUDRAIS SAVOIR? POURQUOI LES FILLES BLONDES ...
Réponse de le 05/08/2013 à 21:42 :
Rapport ?
Fusion ne veut pas dire multiplication du nombre de vols ...
Réponse de le 06/08/2013 à 9:29 :
Au contraire, la fusion va conduire à rationaliser sur certaines lignes.
Réponse de le 06/08/2013 à 9:33 :
Bonjour Crys...
Les avions volent car il y a de la demande. Par ailleurs, la conso spécifique d'un avion rapportée au passager est bien moindre que celle d'une automobile.
Réponse de le 12/08/2013 à 20:36 :
@mandrake: bien vu! un 777-300 consomme 3l/100 par passager....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :