Le patron de Lufthansa part sur une grosse commande d’avions : un air de déjà vu

 |   |  339  mots
Christoph Franz a passé 15 ans chez Lufthansa. REUTERS Ina Fassbender
Christoph Franz a passé 15 ans chez Lufthansa. REUTERS Ina Fassbender (Crédits : REUTERS Ina Fassbender)
Trois ans après sa prise de fonctions, Christop Franz, le président du directoire de Lufthansa, dirigera le groupe pharmaceutique Roche en 2014. Lufthansa s'apprête à passer une importante commande d'avions à Airbus et Boeing. Une situation qui ressemble à celle de septembre 2010 pour le groupe allemand.

Une bien drôle de coïncidence. Un peu comme il y a trois ans quasiment jour pour jour, Lufthansa fait état d'un changement de patron au moment la compagnie s'apprête à passer une grosse commande d'avions. En septembre 2010, la compagnie aérienne allemande avait annoncé le remplacement, à partir de janvier 2011, de Wolfgang Mayrhuberle président du directoire (qui est devenu président du conseil de surveillance) par Christoph Franz, à l'époque vice-président. Cette annonce s'était accompagnée d'une commande de 48 appareils pour environ 3,5 milliards d'euros. Cette commande comprenait 40 Airbus (A330-300 ou A320), et des Embraer 195.

Pas de successeur pour l'instant

Ce lundi, dans des conditions quelque peu différentes, Lufthansa va perdre son patron au moment où le groupe s'apprête à passer une énorme commande. Christoph Franz va en effet quitter Lufthansa l'an prochain pour devenir le président du conseil d'administration du laboratoire pharmaceutique suisse Roche, un groupe dont il est déjà administrateur. Son nom sera proposé lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires de Roche le 4 mars 2014 pour succéder à Franz Humer, l'actuel titulaire du poste, qui a décidé de ne pas se représenter à l'expiration de son mandat le 31 mai. Pour l'heure, le nom de son successeur n'est pas connu. Christoph Franz, 53 ans, a passé 15 ans chez Lufthansa. C'est notamment lui qui dans le années 2000 à redresser la filiale Swiss.

Commande de B777X et d'A350 en vue

Parallèlement à cette annonce, l'agence Reuters a dévoilé que Lufthansa est sur le point de placer une commande portant sur des dizaines d'avions long-courrier, répartie entre Airbus et Boeing. Elle devrait être annoncée la semaine prochaine et porterait sur le nouveau B777-9X et sur 20 à 25 Airbus A350. En août, Reuters avait annoncé que le directoire et le conseil de surveillance de Lufthansa devraient approuver mi-septembre une commande d'une cinquantaine d'avions gros porteurs pour un montant de plus de 10 milliards de dollars (7,5 milliards d'euros) aux prix catalogues. Lufthansa a déjà commandé 102 appareils à Airbus en 2013.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2013 à 14:10 :
Ce cher monsieur ne voudrait-il pas venir faire quelques piges supplémentaires dans notre chère compagnie tricolore en danger, et remplacer un Directoire trusté par des ex chef de cabinets ministériels et autre Enarques...?
Car il y a de quoi être inspiré par le groupe Lufthansa! Plan social et restructuration en profondeur, transfert des activités CC et MC vers Germanwings (un seul pavillon pour une flotte monotype). Le résultat: bénéfice opérationnels de 524M? en 2012 (les salariés obtiennent le payback de leurs efforts) et renouvellement de la flotte. Mais qu'est-ce qu'on attend nous???
Réponse de le 16/09/2013 à 14:38 :
"Mais qu'est-ce qu'on attend nous???": vous êtes actionnaire ?
Réponse de le 16/09/2013 à 15:27 :
Au titre des 15.9% détenu par l'Etat Français, en effet je peux me sentir, comme de nombreux citoyens, impliqué par le destin de cette entreprise privée.
De plus, aux vues des réussites de Airbus, Eurocopter, Safran ou ADP, n'est-il pas normal de souhaiter le redressement de ce flagship français historique de la filière aéronautique? Je m'excuse pour l'abus de langage du "nous" qui visiblement vous agace, et que j'ai surement employé par mon attachement pour cette filière et par mon implication professionnelle.
Réponse de le 16/09/2013 à 17:34 :
@Christophe: ce qui est agaçant, c'est qu'en raison de son nom, l'entreprise française est l'objet de tout commentaire de "français". Si vous êtes dans la branche, vous avez le droit, vous, de vous sentir impliqué; ce qui n"était pas évident dans votre commentaire. Il est possible (mais pas certain) que des commentateurs allemands aient la même approche vis à vis de la Deutsche Luft Hansa, mais le concept de l'adjectif n'est pas aussi fort que celui du substantif français: en bref, Air France aurait intérêt à changer de nom; plutôt que de management... Les "sauveurs" en matière de transport aérien, on serait bien en peine de les nommer... Quelques grands noms sont allés "pantoufler" au Moyen Orient; pour les autres, les circonstances ont bien vite mis leurs "performances" sous l'éteignoir. Quant à prendre Lufthansa comme modèle (pas exemple, modèle), il ne faudrait pas aller trop vite. Je me trompe, ou bien ils étaient en grève il y a peu ? Réorganiser leur MC n'est pas aussi difficile, puisqu'ils ont racheté des entités extra RFA, et pas mis trop de sentiment pour les dépecer/et ou fermer. De plus, ils ont (mittelEuropa) une position stratégique qui leur permet un développement vers des pays qui n'ont que peu ou pas de relations avec l'Europe de l'Ouest; ils n'ont par ailleurs pas à gérer des situations telles que: est il pertinent d'exploiter un Albi/Rennes; qui est la base des demandes que les commentateurs font à Air France (en précisant bien que le tarif appliqué DOIT être ridiculement bas). Les situations ne sont, en rien, comparables; et le (possible) succès d'une stratégie pilotée par Untel ne garantit en rien qu'elle puisse être transposée. PS pour vos exemples, on rappellera que 2 des entreprises sont transnationales; qu'une autre est en forme, pour l'instant; quant à ADP...
Réponse de le 16/09/2013 à 19:13 :
Ah les avantages géographiques de LH. Je partage votre point de vue. Mais il ne faut pas oublier les inconvénients de l'histoire allemande pour LH : son fédéralisme qui la pousse à avoir plusieurs grosses zones de chalandises et plusieurs hubs, contrairement à AF qui, du fait du centralisme jacobin de la France n'a pas toutes ses contraintes.
Réponse de le 16/09/2013 à 22:45 :
@bill; vous avez quelque part raison; mais l'éclatement se limite à 2 puis 3 implantations. Avec l'expérience qui démontre que l'économie de la Bavière rentabilise des lignes internationales, alors que démonstrations est faite, depuis des décennies, qu'aucune ligne intercontinentale n'a jamais réussi à équilibrer, ni de Lyon, ni de Nice... Et que donc, ce que Lufthansa réussit à faire n'est pas automatiquement la recette du succès pour d'autres, y compris Air France.
Réponse de le 17/09/2013 à 6:59 :
Certes, néanmoins, Munich ne pourrait avoir un tel réseau uniquement avec la Bavière. C'est la correspondance qui lui donne sa force. Comme tous les hubs d'ailleurs Sans système de hub à Roissy, la flotte long-courrier d'AF ne serait au mieux que d'une trentaine d'avions. Sinon, vous voyez qu'on peut être d'accord -)
a écrit le 16/09/2013 à 14:02 :
Génial!
a écrit le 16/09/2013 à 13:24 :
C'est pas étonnant que les entreprises occidentales vont mal, à chaque fois que la tribune publie une photo de leur dirigeant ou cadre, c'est toujours pour montrer qu'aucun n'a moins de trente ans. A bon entendeur, l'entreprise devient une boîte de retraités qui n'a aucun avenir, et qui fait trimer les jeunes...
Réponse de le 16/09/2013 à 14:04 :
Ben oui on va mettre un jeune de 25 ans à la tête de gros groupes internationaux.... vous réfléchissez parfois??
Réponse de le 16/09/2013 à 14:59 :
ben oui, ce ne serait pas pire que des mettre des vieux qui fourvoient les entreprises avec tous les avantages dont ils disposent.
Réponse de le 16/09/2013 à 15:38 :
A 52 ans, on est vieux selon vous? Et en plus C Franz est un vieux qui réussit. Faut-il le mettre à la retraite?
Réponse de le 16/09/2013 à 17:00 :
oui

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :