Air Caraïbes, Air France, Corsair, XL : la guerre des prix s’intensifie sur les Antilles

 |   |  941  mots
Le prix d'appel commence à 359 euros l'aller-retour TTC
Le prix d'appel commence à 359 euros l'aller-retour TTC (Crédits : AFP)
Moins d'un an après l'arrivée de XL Airways entre la métropole et les Antilles françaises, la bataille tarifaire monte encore d'un cran cet automne avec des aller-retours à 359 euros TTC.

La guerre des prix redouble d'intensité sur les Antilles. Moins d'un an après l'arrivée de XL Airways, quatrième opérateur entre la métropole et les Antilles françaises avec Air France, Corsair et Air Caraïbes, les prix dégringolent. XL Airways qui avait frappé fort l'an dernier en commercialisant des billets à 399 euros TTC l'aller-retour, 30% moins cher que le prix d'appel en vigueur jusque là, à va encore plus loin cet automne (période creuse) avec un tarif de 359 euros (et même 299 euros dans le cadre d'une opération spéciale avec Vente Privée). Air Caraïbes et Corsair se sont alignés. Air France qui avait suivi la baisse des prix précédente (399 euros), s'est cette fois abstenue. Au kilomètre, les prix des vols sur les Antilles sont déjà les plus bas de son réseau long-courrier. Même si les 359 euros de XL Airways n'est qu'un prix d'appel dans l'une des deux périodes creuses sur cet axe (mai-juin et septembre-octobre), cette agressivité fait grincer les dents. «C'est déraisonnable », déplore Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair.

 Hausse de trafic de 5%

L'arrivée fracassante d'XL Airways a constitué un coup de tonnerre sur ce marché à la fois mature et peu dynamique. La compagnie dirigée par Laurent Magnin a raflé une part de marché d'environ 8%, en ligne avec sa part d'offre en siège. Mais, sans créer pour autant une induction du trafic du même niveau. «Nous pensions que le retour réel de la concurrence allait faire augmenter le trafic or, il n'a que très peu progressé », reconnaît Laurent Magnin. Ceci étant la capacité nouvelle apportée par sa compagnie a été en partie compensée par la baisse de capacité de Corsair qui a remplacé pour la desserte des Antilles ses Boeing 747 par des Airbus A330 de moindre capacité. A fin août, le trafic global entre la métropole et Fort-de-France et Pointe-à-Pitre a progressé de 5%

Air France et Corsair perdent des parts de marché

De fait les parts de marché ont évolué. Celles d'Air France et de Corsair ont fortement baissé. A fin août, selon les chiffres des chambres de commerce et d'industrie (CCI), Air France est toujours leader sur les deux îles avec 42% et 43% (-4 points) de parts de marché respectivement sur Pointe-à-Pitre et Fort-de-France, Air Caraïbes arrive en deuxième position (28%) en grignotant 1 point, suivie par Corsair dont les parts de marché baisse de 3 et 4 point sur la Guadeloupe et la Martinique , à 23% et 21%. XL affiche quant à elle 7,3% sur Pointe-à-Pitre et 8% sur Fort-de-France. «Je ne regarde pas les parts de marché mais l'ebidta. Et Corsair va fortement réduire sa perte cette année (clos fin septembre) et maintient son objectif de retour à l'équilibre en 2014 », explique Pascal de Izaguirre. De tous les acteurs, Air Caraïbes est celui qui s'en tire le mieux. La compagnie se dirige vers une hausse de son bénéfice cette année assure Marc Rochet, le président du directoire d'Air Caraïbes. « En septembre-octobre, nous constatons une forte baisse du prix moyen des billets mais celle-ci est compensée par une très forte augmentation de nos coefficients d'occupation », ajoute son directeur commercial Europe Edmond Richard. Ils dépassent 90%, quand traditionnellement en cette période ils oscillaient entre 65 et 70%. Chez Air France, « ils atteignent 85% », indique Zoran Jelkic, directeur Caraïbes-océan Indien à Air France. Selon lui, les réservations pour les prochaines semaines sont supérieures à celles de l'an dernier.

Prudence cet hiver

Comme l'an dernier, tout le monde s'interroge. « Jusqu'où ira XL Airways, peuvent-ils tenir avec de tels prix encore longtemps ? », s'interrogent les concurrents. Car, explique l'un d'eux « XL doit avoir du mal à vendre des prix plus élevés que les tarifs d'entrée de gamme car à prix plus élevés, les passagers préfèrent les autres compagnies qui offrent un meilleur confort ». En attendant, tous les acteurs restent prudents. Aucun n'ajoute de la capacité supplémentaire cet hiver qui accentuerait la pression des prix à la baisse. « Face à des concurrents qui ont le soutien de leur actionnaire et qui, à l'exception d'Air Caraïbes, perdent de l'argent depuis plusieurs années, nous allons rester prudents », explique Laurent Magnin. Le programme de vols ne va donc pas bouger. Celui des autres compagnies non plus.

Effets collatéraux sur la République dominicaine

Cette guerre tarifaire sur les Antilles a des conséquences sur les voyagistes. Alors que le trafic global augmente sur les Antilles, le nombre de voyages à forfait s'est effondré de 28% cet été. Les passagers achètent en direct les billets d'avions et se débrouillent pour trouver eux-mêmes un hébergement. Un phénomène qui provoque par ricochet des dégâts vers d'autres destinations des Caraïbes, comme la République dominicaine. Destination phare du tourisme long-courrier ces dernières années la « Rep Dom » souffre des nouveaux gains de compétitivité des Antilles. Elle séduit moins les tour-opérateurs. Leurs engagements sont à la baisse pour éviter de devoir casser les prix. De fait, le trafic des voyagistes s'écroule. Il a chuté de 40% cet été. Pour autant, l'arrivée cet hiver de Corsair sur Punta Cana risque, là aussi, d'engendrer là aussi une guerre des prix.

Enfin, alors que des informations de presse évoquaient avant l'été un rapprochement entre Air Caraïbes et Corsair (au-delà du partage de codes en cours),Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair a indiqué à La Tribune qu'il n'y avait pas de discussion aujourd'hui en cours sur un quelconque rapprochement. Chez Air Caraïbes on confirme. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2013 à 16:46 :
de moins en moins cher ????? ha bon perso je vois une grosse augmentation chez airfrance tous les ans. Périodes scolaires il y a 2 ans pour 3 personnes 2200 euros l'aller et retour, l'année dernière 2600 euros et cette année c'est + de 2900 euros ! GROSSE GROSSE inflation chez Airfrance et personne ne sait expliquer pourquoi ....
a écrit le 27/09/2013 à 12:58 :
Quelle curieuse photo pour illustrer ce sujet. J'ai cru qu'on allait nous parler de chemtrails...
a écrit le 27/09/2013 à 10:14 :
Ce que ne dit pas votre article c'est qu'en plus du billet il faut payer des suppléments sur la plupart des sièges et bien sûr sur toutes les consommations prises à bord en sus du "plateau repas", y compris le moindre café avant l?atterrissage....
a écrit le 27/09/2013 à 10:09 :
la guerre des prix va avec une des ses conséquences...les avions sans devenus de vraies bétaillères dans lesquelles les passagers sont les uns sur les autres pendant 9 h de vols avec des sièges si peu confortables qu'on a l'impression d'avoir voyagé sur des banquettes en bois !!! en 3éme classe quoi......A quand les voyages debout....??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :