Les pilotes d'Easyjet en France appellent à la grève pour avoir leur part du gâteau

 |   |  544  mots
En 2012, la direction avait fait plié les pilotes français
En 2012, la direction avait fait plié les pilotes français (Crédits : reuters.com)
Le SNPL, qui représente 90% des pilotes d'Easyjet travaillant en France, appelle à la la grève ce lundi pour avoir des meilleures conditions de travail et salariales. Les vols devraient néanmoins être assurés.

Easyjet est désormais la compagnie la plus rentable d'Europe et les pilotes français veulent leur part du gâteau. Après l'annonce, ce mardi, de bénéfices record, la section Easyjet du SNPL France ALPA appelle les pilotes de la compagnie à une grève lundi 25 novembre, a annoncé le SNPL dans un communiqué publié ce samedi.

"La direction a annoncé en début de semaine des bénéfices record, et les marchés saluent cette performance. Il en est tout autrement en interne, où la direction ne reconnaît aucunement les efforts consentis par le personnel, et surtout les pilotes de ligne, depuis de nombreuses années", assure le SNPL, qui précise que 90% des pilotes de la compagnie britannique en France sont adhérents au SNPL.

Deux revendications

"Les négociations que nous avons initiées avec la direction ont échoué. Elle reste sourde à nos revendications. Devant cette volonté manifeste de laisser la situation en l'état, nous réagissons" a déclaré dans le communiqué Didier Bourguignon, porte-parole de la section Easyjet du SNPL. Interrogé par La Tribune, ce dernier explique que les pilotes demandent à la fois une amélioration des conditions de de travail et de rémunération. "Nous souhaitons avoir des possibilité de travail à temps partiel et à temps alterné. Beaucoup de pilotes le demandent, notamment les pilotes étrangers. En outre, les rythme de travail chez Easyjet sont plus élevés qu'ailleurs et certains veulent lever le pied", précise-t-il. Côté rémunération, le SNPL demande "la mise en place d'un plan d'épargne entreprise et un accord d'intéressement".

Interrogé par la Tribune, François Bacchetta, directeur général France de la compagnie, s'est déclaré "surpris" par cet appel à la grève. "Nous venons de démarrer les NAO (négociations annuelles obligatoires) et nous sommes prêts à parler de ces revendications; rien n'est fermé", explique-t-il. 

Programme de vols maintenu

Selon Didier Bourguignon, 80 à 90% des pilotes compte faire grève le 25 novembre. Pour autant, les passagers ne devraient pas être impactés. Selon le SNPL, tous les vols seront maintenus. Ce que confirme François Bacchetta. "On doit opérer tous les vols", explique-t-il. La compagnie a décidé de remplacer tous les grévistes par des pilotes non grévistes.

En 2012, la direction avait gagné son bras de fer avec les pilotes

Il s'agit de la deuxième grève dans l'histoire de la compagnie en France après un premier mouvement en août 2012. A cette époque, la direction avait gagné son bras de fer avec le SNPL. La grève s'était très vite arrêtée sans que la direction eut besoin de céder aux revendications des pilotes. La direction, qui ne voulait pas dépasser une hausse de 2,08% des salaires, avait daigné accepter une augmentation de 2,11% et un bonus représentant 0,25% du salaire annuel. Un résultat, très éloigné des revendications qui demandaient une hausse salariale de 3% et un bonus représentant 2% de la rémunération annuelle. A cela s'ajoutaient des contreparties sur la garantie salariale en cas de perte de licence d'un pilote pour des raisons de santé et l'engagement de la direction d'ouvrir des négociations sur les conditions de travail.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2014 à 20:15 :
Il faut arreter.
Les cdb easy gagnent 10000 euros net mensuels souvent sans etre passes par l enac..stop..des voleurs
a écrit le 25/11/2013 à 8:59 :
"les rythmes de travail chez Easyjet sont plus élevés qu'ailleurs et certains veulent lever le pied"...ben dis donc c'est pas difficile d'avoir des rythmes de travail plus élevés qu'ailleurs, chez AF ils sont tout le temps en vacances avec des salaires de folie...
Réponse de le 25/11/2013 à 15:20 :
chut, vous risquez de les réveiller.
a écrit le 24/11/2013 à 20:25 :
faut leur dire que trop de gâteau fait grossir ........
a écrit le 24/11/2013 à 14:41 :
Malheureusement Mr FB auteur de l'article s'est plutôt mal renseigné. Les revendications des pilotes ne sont pas vraiment en rapport avec la rémunération, que l'on considère correcte. Nos revendications portent principalement sur certains aménagement du temps de travail (introduction du temps alterné) . Certains collègues ne tiennent plus les cadences, la possibilité de lever le pied est essentielle pour eux, plus que la rémunération. Par ailleurs nous souhaitons l'établissement de PEE et intéressement, choses auxquelles beaucoup de salariés en France ont droit mais nous, non. Comprenez que lorsque la compagnie fait des bénéfices record, le fait qu'elle soit bloquée à toute négociation semble incompréhensible. Je crains le jour ou les choses iront moins bien!
Réponse de le 24/11/2013 à 19:00 :
ça faisait longtemps qu'on ne vous avait plus vu ...
a écrit le 23/11/2013 à 23:30 :
ça sent les licenciements.
Réponse de le 24/11/2013 à 15:11 :
Pour exercice du droit de grève? Il faut arrêter de raconter des âneries.
a écrit le 23/11/2013 à 22:01 :
@plagiste: oui, mais si tu espères que ta poule va pondre sans la nourrir, tu sais ce qui se passe :-)
a écrit le 23/11/2013 à 21:32 :
Ils vont l'avoir leur part du gâteau ... dans le c.l au chômdu ... Quand on est salarié, le salaire est la contre-partie du travail fourni, les bénéfices sont la contre-.partie de ceux qui ont risqué leur argent pour la société ... Quand cette règle n'est plus respectée soit la société disparaît soit elle écarte ceux qui cherchent à l'enfreindre ...
a écrit le 23/11/2013 à 20:42 :
@Michel: j'ai pas vraiment lu qu'en 2012 c'était un accord convenable et durable, mais peut-être en sais-tu plus que nous :-)
Réponse de le 24/11/2013 à 17:21 :
Je suppose (à tord?) que la fin du mouvement signifie qu'un accord convenable a été signé entre les différents partis. La "durabilité" de cet accord ne me semble par un critère pertinent car les résultats d'une entreprise sont variables.
a écrit le 23/11/2013 à 19:16 :
Replacer ces Francais. Toujours reclaments et recalcitrants.
Réponse de le 23/11/2013 à 20:11 :
Malheureusement pour vous, c'est encore le travail qui produit la richesse.
Réponse de le 24/11/2013 à 23:38 :
Et un petit précis sur la langue française ne serait pas un luxe....
a écrit le 23/11/2013 à 18:48 :
Ils ont parfaitement raison ils faut qu'ils se battent il y a tellement de veaux dans ce pays.
a écrit le 23/11/2013 à 18:40 :
Non, les bénéfices appartiennent aux actionnaires et aux salariés... (cf declaration sarkozy 5 fevrier 2009) Y a t il un plan de bonus, un plan de participation ou de stock option chez cette compagnie anglaise?
Le pilotes, au coeur du metier de cette entreprise, ont raison de suspendre leur contrat de travail (definition de la greve) comme beaucoup de cadre le font lorsqu'ils négocient dans leur bureau leurs salaires...
Réponse de le 24/11/2013 à 12:06 :
Compte tenu de l'imposition en France, le versement de stock options n'est pas interessant pour les salariés (option bloquée au minimum 4 ans et taxation minimale de 55% de la plus value, IR+CSG+CRDS+taxe specifique sur les options). Il n'existe en revanche pas de PEE ou d'interessement pour les salariés francais d'Easyjet.
a écrit le 23/11/2013 à 18:02 :
Entièrement d'accord avec Jeer. Les bénéfices appartiennent aux actionnaires....
Réponse de le 23/11/2013 à 18:51 :
C'est un troll non?

Les bénéfices servent à augmenter le fond roulant pour les coups dur, investir, financer des fusions/acquisitions et récompenser les personnes qui les ont permis à savoir les salariés (qui font le taf!) et les actionnaires (qui prennent des "risques")

Zut, j'ai répondu à un troll
a écrit le 23/11/2013 à 17:43 :
S'ils veulent leur part du gâteau, ils peuvent toujours acheter des actions de la compagnie.
Réponse de le 23/11/2013 à 18:47 :
Si toutefois il vous arrive de travailler j'espère que vous offrez à votre patron une partie de votre salaire. Facile à dire pour les autres mais appliquez vos bonnes résolutions à vous même.
Réponse de le 23/11/2013 à 20:11 :
Je ne lui offre rien, il me rémunère sur ce que je vaux et non pas sur ce que je pense valoir.
Réponse de le 23/11/2013 à 22:41 :
Vous êtes comme la pub, vous le valez bien. Attention à l'orthographe il y a je vaux et les veaux, il ne faut pas confondre.
a écrit le 23/11/2013 à 16:47 :
En France les syndicats demandent toujours au moins le double ce qu'il souhaiterait obtenir initialement. Pas si sûr que la direction ait gagné quoi que ce soit en 2012 car il a eu compromis sur les revendications. Pourquoi toujours opposer direction et salariés même lorsqu'un accord a été trouvé?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :