Lufthansa : les pilotes veulent leur part du gâteau

 |   |  421  mots
(Crédits : reuters.com)
La compagnie allemande va annuler près de 3.800 vols entre mercredi et vendredi en raison de la grève des pilotes pour obtenir notamment une revalorisation salariale.

La direction et le syndicat Cockpit n'ont pas trouvé d'accord. Il y aura donc grève des pilotes de Lufthansa de  mercredi à vendredi. La compagnie allemande a annoncé ce lundi l'annulation de près de 3.800 vols durant ces trois jours, en raison de l'appel à la grève des pilotes lancée vendredi par le syndicat Cockpit pour obtenir une revalorisation salariale et une amélioration des conditions de fin de carrière. Jeudi, le transporteur allemand avait déjà dû annuler plus de 600 vols en raison, cette fois, d'une grève des salariés de plusieurs aéroports allemands, à l'appel du syndicat Verdi

Impact financier

Au total 425.000 passagers sont concernés par ces annulations, a prévenu la compagnie, ajoutant que seuls 500 vols courts et longs courriers restent programmés sur cette période. L'impact financier se mesurera en dizaines de millions d'euros, a indiqué la compagnie.

Le syndicat, qui revendique 9.000 adhérents, disait s'attendre vendredi à une participation "absolument forte".

Contrairement à Lufthansa, Lufthansa Cargo et Germanwings, les filiales Swiss, Austrian Airlines, Eurowings Lufthansa CityLine et Air Dolomiti, ainsi que ceux de Brussels Airlines, dont elle détient 45%, ne sont pas concernés par ce mouvement et Lufthansa prévoit de faire voler de plus grands avions sur leurs lignes "là où cela est possible", pour transporter davantage de passagers vers et hors d'Allemagne.

Pour gérer les conséquences de cette grève, et mieux accompagner sa clientèle, la compagnie a aussi annoncé qu'elle ferait travailler davantage de personnel au sol sur ses hubs de Francfort et Munich, ainsi que dans ses centres d'accueil.

Les pilotes, les derniers à demander une revalorisation salariale

Après le personnel commercial en 2012 et le personnel au sol en 2013, c'est donc au tour des pilotes de demander une hausse de salaires. Le dossier est très compliqué. D'un côté, les pilotes veulent leur part du gâteau alors que Lufthansa affiche de bons résultats financiers. De l'autre, la compagnie est entre deux eaux en termes de gouvernance. Un nouveau président du directoire, Carsten Spohr, va entrer en fonction le 1er mai. Or à peine arrivé aux manettes, ce dernier aura du mal à lâcher du lest aux pilotes sans leur demander des contreparties. "Il doit être crédible sur la bonne marche du plan d'économies", explique un observateur. Le calendrier est favorable aux pilotes. Lufthansa n'a pas intérêt à un conflit long si elle ne veut pas compromettre les réservations de sa saison estivale, la plus lucrative de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2014 à 8:37 :
Ils ont raison.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :