Air France-KLM a-t-il réduit l'écart avec Lufthansa et British Airways ?

 |   |  842  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Si Air France-KLM a renoué avec un bénéfice d'exploitation en 2013, ses deux rivaux ont réalisé des résultats financiers très solides. La Tribune a comparé l'évolution de performances opérationnelles des trois groupes depuis 2011.

Si Air France-KLM est revenu dans le vert en termes de résultat d'exploitation, le groupe a encore du  pain sur la planche. Avec la publication jeudi 13 mars des comptes 2013 de Lufthansa, les résultats des trois poids lourds européens du secteur (Lufthansa, IAG, l'entité qui coiffe British Airways et Iberia et Air France-KLM) sont désormais connus. Globalement, en tenant compte de plusieurs critères (profit opérationnel, génération de cash, free cash flow -génération de cash après investissements-, endettement…), la compagnie allemande continue d'afficher la situation financière la plus saine et la plus solide par rapport à IAG et Air France-KLM, même si, en termes de marge opérationnelle (difficile à comparer en raison des différentes politiques d'amortissement des avions), c'est IAG qui affiche la meilleure performance avec près de 5,7% de marge opérationnelle.

La plus grosse marge pour IAG

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice opérationnel de Lufthansa a en effet bondi de 62,1% à 1,04 milliard d'euros pour un chiffre d'affaires de 30 milliards, devançant ainsi IAG (770 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 18,6 milliards d'euros) et Air France-KLM, qui est revenu dans le vert avec un bénéfice d'exploitation récurent de 130 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 25,2 milliards. Au regard de son chiffre d'affaires largement inférieur, IAG dégage la marge opérationnelle la plus importante : 5,7% contre 3,3% pour Lufthansa, et 0,5% pour Air France-KLM.

Baisse des investissements d'Air France-KLM

En termes de génération de cash, Lufthansa fait la course en tête. Le groupe allemand a en effet dégagé un cash flow opérationnel de 3,3 milliards d'euros en 2013, quasiment deux fois plus qu'Air France-KLM (1,5 milliard) et près de trois fois plus que IAG (1,2 milliard). En incluant ses deux milliards d'investissement, la compagnie allemande a généré 1,3 milliard de free-cash flow, contre 538 millions pour Air France-KLM, lequel a fortement réduit ses investissements, à 1 milliard d'euros, contre plus de deux milliards en 2011.

Concernant l'endettement, Lufthansa n'affiche qu'une dette de 1,7 milliard pour le groupe allemand quand celle d'Air France-KLM s'élève à 5,4 milliards d'euros.

Evolution entre 2011 et 2013

Cette situation a-t-elle évolué ces dernières années ? Air France-KLM a-t-il réduit ou pas l'écart avec Lufthansa et IAG ?

En 2011, avant le début du plan de restructuration Transform 2015 du groupe français, annoncé en janvier 2012, la différence de performance opérationnelle avec Lufthansa était de 1,173 milliard d'euros au profit du groupe allemand (820 millions de profits contre 353 millions de pertes pour Air France-KLM) et de 838 millions avec IAG, en faveur de ce dernier.

Un an plus tard, en 2012, année de négociation du plan Transform 2015 chez Air France-KLM entre la direction et les syndicats (-336 millions de pertes), l'écart entre le groupe français et ses concurrents s'est réduit. La différence opérationnelle avec Lufthansa (524 millions de bénéfices en 2012) était de 860 millions, et de 313 millions avec IAG (23 millions de pertes).

2013, Lufthansa et IAG appuient aussi sur l'accélérateur

En 2013, en revanche, le groupe anglo-espagnol a appuyé fortement sur l'accélérateur et la différence de performance opérationnelle avec Air France-KLM s'est creusée à nouveau, à 838 millions d'euros. Même chose avec Lufthansa si l'on prend en compte son profit opérationnel hors éléments exceptionnels. La différence de performance opérationnelle grimpe à 910 millions d'euros. En conservant les éléments exceptionnels dans les résultats de Lufthansa, elle n'est plus que de 567 millions, légèrement supérieure à celle de l'année précédente.

Le tout avec des évolutions de chiffre d'affaires quasiment identiques pour les trois groupes (tous plus ou moins stables). 

 En résumé, si Air France-KLM a fait de sérieux efforts pour redresser la barre, ses deux rivaux ne sont pas restés non plus les bras croisés. Bien au contraire.

Le Plan Transform suffisant?

C'est le cas notamment de IAG, qui est passé d'une perte opérationnelle en 2012 à un profit opérationnel de 770 millions. Les accords signés avec les personnels d'Iberia pour diminuer la masse salariale et augmenter la productivité ne feront que renforcer la performance du groupe dans les années à venir. 

Willie Walsh, le directeur général de IAG, a relevé son objectif de bénéfice opérationnel de 200 millions d'euros, à 1,8 milliard en 2015 (dont 1,3 milliard réalisé par British Airways). Lufthansa a, elle aussi, révisé à la hausse son objectif pour la même année, à 2,6 milliards d'euros (contre 2,5 milliards initialement). Soit des résultats jamais atteints aujourd'hui dans le transport aérien, à l'exception de la compagnie américaine Delta (3,4 milliards de dollars en 2013). De son côté, Air France-KLM vise des résultats significatifs à partir de 2015, mais  ne donne pas de précisions chiffrées.

Pour beaucoup, en interne, le plan Transform 2015 sera insuffisant pour combler le retard face à ses rivaux comparables. En particulier pour Air France, toujours dans le rouge en 2013 (-176 millions) et qui vise un retour dans le vert en 2014. 

 Lire ici : Comment Air France en est arrivé là

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2014 à 8:21 :
Juste une info :
Le syndicat des pilotes de LH devrait décider aujourd'hui de déposer un préavis de grève. Ils demandent une augmentation de salaire de 10% alors que la compagnie ne leur propose " que" 3%...
a écrit le 19/03/2014 à 23:53 :
Bonjour Louis
Vos chiffres son totalement faux. En fait on est proche de l'inverse. D'autres part vous omettez peut etre a raison de préciser que les pilotes sont payés a l'heure de vol.
8000 10000 ou 14000 tout dépends du nombre d'heures de vol pour y arriver.
Chercher un peu sur le net les offres d'emplois CdB a l'étranger. On approches les 30000 dollars aux EAU...
a écrit le 19/03/2014 à 16:39 :
Il faut comparer avec l'Allemagne qui bénéficie de conditions fiscales plus avantageuses; il faut transférer sur la fiscalité énergétique les prélèvements sociaux.
a écrit le 19/03/2014 à 10:35 :
La France sacrifie le secteur du transport aérien en le bradant aux négriers émiratis, espérant vendre des rafales, des Airbus et des centrales nucléaires, etc...
Réponse de le 19/03/2014 à 11:02 :
bonjour Paris08,
vous avez entièrement raison, nous avons les politiques que nous méritons puisque voici des décennies ceux ci sont presque toujours les mêmes et brillent par leurs incompétences et les histoires actuelles de corruptions ne plaident pas pour eux...
l'intérêt de notre pays, de notre industrie passe peut être aussi pas de nombreux pots de vin...?
Air France est une Cie magnifique, l'un des portes drapeau de notre pays, ne l'oublions pas
a écrit le 19/03/2014 à 10:12 :
Air France-KLM pas innovant ? Hors aspects financiers, il me semble pourtant qu'Air France offre le plus large choix de destinations intercontinentales au départ de l'Europe, un maillage très dense du territoire européen, possède une des flottes les plus modernes d'Europe, a été d'une des première à instaurer la Premium, quand LH s'y met à peine etc

Quant aux licenciements, je préfère en effet les départs volontaires. Sauf pour Marseille et la Corse qui mériteraient largement des licenciements secs.

Je regrette le manque d'explications des chiffres donnés par l'auteur de ce papier.
En effet, il serait bon de rappeler que si Air France est dans une telle situation, c'est qu'elle n'est pas aidée non plus. Air France traine plusieurs boulets aux pieds :
→ Des charges sociales plus élevées qu'au RU et en All
→ Un impôt sur les sociétés plus élevé
→ Des taxes en tout genre, dont la taxe Chirac
→ Des redevances aéroportuaires exorbitantes

Ces différences fiscales sont un véritable frein au redressement et à la compétitivité d'Air France, et du groupe de facto.
Il serait bon donc d'éviter de mettre toutes les difficultés d'AF sur son dos, et de ne pas oublier qu'elle n'est pas beaucoup aidée non plus ...
Réponse de le 19/03/2014 à 11:47 :
Totalement d'accord avec votre analyse. Les efforts de la compagnie sont engloutis par la hausse de la fiscalité et redevances. Certains pays font de la compétitivité et de la puissance de leur compagnie nationale une priorité. Ce n'est pas le cas en France....
Réponse de le 19/03/2014 à 13:04 :
Et pourtant, on devrait, vu son impact économique (env 2% du PIB francais) et son impact sur l'emploi très important. Mais bon, on préfère les emplois aidés..
Réponse de le 19/03/2014 à 23:22 :
Marseille et Corse licenciement sec... Va te jeter
Réponse de le 21/03/2014 à 23:12 :
Que d'affabulations ... Reprenons les une par une

-"" le plus large choix de destinations intercontinentales au départ de l'Europe"" LH est devant ...

-""possède une des flottes les plus modernes d'Europe"". 11 ans, alors que RYR en est à 5 et peut se targuer de n'avoir aucune victime à son actif

-""a été d'une des première à instaurer la Premium"". Bien après BA

-""Des charges sociales plus élevées qu'au RU et en All"" à elle de tenir ça en compte dans son buisness plan.

-""Des taxes en tout genre, dont la taxe Chirac"" Taxes payées par toutes les compagnies décollant de France. Donc ce n'est pas une exclusivité pour AF.

-""Des redevances aéroportuaires exorbitantes"" idem que pour la taxe Chirac.

Qui plus est, entre les grèves, elle s'est fait chopée pour Dumping Social et condamnée de facto. C'est criminel pour une compagnie française qui se veut blanche comme neige.
Réponse de le 26/03/2014 à 9:27 :
Et non! AF-KLM a le plus grand reseau LC.
Je compare AF aux autres majors, pas aux LC. Ils ne sont pas sur le même segment. Quant aux accidents, il est bien plus rare d'avoir des accidents suf MC que LC. Mais RYR au vu des problèmes de carbu, n'est pas à l'abri.

Oui mais c'est AF qui paye le plus de taxes/redevances vu que sa base est en France.

Et pas de grèves majeures depuis un bon bout de temps chez AF.

Les detracteurs d'AF ont toujours le vent en poupe
a écrit le 19/03/2014 à 10:00 :
Il faudra malheureusement poser la question de la rémunération des pilotes d'Air France, bien supérieure à ceux de la concurrence. On aura beau jeu d'augmenter la productivité, mais à un moment donné il faudra bien poser la question du coût trop élevé du travail.....
Réponse de le 19/03/2014 à 10:56 :
bonjour
je ne suis pas pilote...
Louis pouvez vous avancer des chiffres pour étayer votre contribution...?
merci
Réponse de le 19/03/2014 à 12:30 :
@Citoyen: laissez tomber ! C'est un poncif du genre "les français n'usent pas de savon"... ca doit remonter à Louis XIV.
Réponse de le 19/03/2014 à 12:39 :
Oui. Moyenne des salaires d'un commandant de bord d'A320 chez Easyjet: 8000 euros par mois. Chez Air France: 14 000. Presque le double....
Réponse de le 19/03/2014 à 13:46 :
Je suis Cdb 320 Af
J annonce ce soir à madame que je vient d'être augmenté de 60%.
J espère que c est bien 14000 net?
Merci Louis XVI
Réponse de le 19/03/2014 à 20:20 :
Si vous ne me croyez pas lisez le rapport d'activité du groupe. ça dérange peut être mais c'est comme ça!
Réponse de le 20/03/2014 à 0:07 :
240,000 euro brut primes comprises pour un CDB instructeur en fin de carrière chez AF (source Challenges.fr du 2 fév 2012)
Réponse de le 20/03/2014 à 6:50 :
@Olivier : ne vous réjouissez pas trop vite, il s'agit d'une moyenne.

Pour le reste et comme le dis Louis, rapportez-vous au rapport d'activité du groupe.
a écrit le 19/03/2014 à 9:42 :
Dans le passé AF/KLM a perdu de l'argent; LH est resté presque constamment bénéficiare. LH a réduit fortement son personnel. AF/KLM aussi mais tardivement et "socialement." LH a investi dans l'avenir et le fait toujours. En général, les entreprises françaises accumulent surtout 2 choses :des salariés et des retards de plus en plus important en termes d'investissements pour pouvoir être compétitif dans l'avenir. Heureusement que les retraités français sont dotés d'un pouvoir d'achat qui les fait décollés et que l'emploi est aidé et que les salaires sont élevés...
Réponse de le 19/03/2014 à 12:57 :
Les situations de ces compagnies ne sont pas comparables stricto sensu. La France -(comme l'Espagne) a un immense territoire à gérer; ce n'est pas le cas de la RFA et encore moins du R.U. Lufthansa a su (pu ?) acquérir à bas coûts des compagnies "satellites" (Swissair, Austrian,...) ou affaiblir suffisamment les petites (nationales) dans sa zone d'influence, pour qu'elle collaborent. Pour Air France, Iberia cela n'a pas été possible (position dominante), et pour Alitalia... Qui plus est, il peut y avoir une forme de consensus social en RFA (bien que les grêves récentes tempèrent), alors qu'en France, la pratique est celle du conflit (avec toutefois en ligne de mire: pas ou peu d'atteinte à l'emploi). Pour l'innovation, Lufthansa a certes été active sur les 747, mais Air France a bien "joué" le 777. Par ailleurs le A380 a été livré à Air France avant la Lufthansa, me semble t il. Se rappeler qu'Air France a bien failli disparaître en '93. Qu'elle n'a survécu qu'en se rapprochant d'une compagnie "no future"; que l'intégration est longue (trop); mais qu'on peut louer les efforts d'Air France d'essayer de réunir les bataves, les italiens, dans une entité européenne. Lufthansa ne s'y est pas essayée.
a écrit le 19/03/2014 à 9:02 :
Un préavis de grève de 30 jours pour le mois de mai déposé par le SNPL, ca devrait arranger les choses ... non ?
Réponse de le 19/03/2014 à 9:32 :
Vous devriez relire votre texte où avez vu cette information et Hop + 9 tout est dit.
Réponse de le 20/03/2014 à 0:15 :
Source: Air journal article du 18 mars 2014 ( http://www.air-journal.fr/category/actualite/page/2/ ) et Hop +9 ou 10 ??!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :