Les pilotes de ligne prêts à une grève de guérilla pendant 27 jours

Lundi, le puissant syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), a confirmé son appel à la grève du 3 au 30 mai pendant quelques heures chaque jour, un mouvement qui pourrait entraîner des retards importants.
Fabrice Gliszczynski
(Crédits : Reuters)

Un fleuron industriel, Alstom, en passe d'être démentelé pour en donner la plus grande partie à des capitaux étrangers; une poudrière sociale, la SNCM, prête à exploser à tous moments à quelques mois des vacances estivales, et enfin une menace de grève d'un mois en mai des pilotes de ligne français : les dossiers chauds s'accumulent pour le gouvernement de Manuel Valls.

Lundi, le puissant syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), a confirmé son appel à la grève du 3 au 30 mai pendant quelques heures chaque jour, un mouvement qui pourrait entraîner des retards importants selon le syndicat.

Loi Diard

Ils demandent notamment l'abrogation de la loi Diard qui impose aux grévistes de se déclarer individuellement comme tels 48 heures avant le début d'un conflit. Mise en place en 2012 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, cette loi que n'avait pas votée le parti socialiste, vise à permettre aux compagnies aériennes d'améliorer l'information des passagers.

"Manifestement, explique Yves Deshayes, le président du SNPL, le gouvernement ne veut absolument pas toucher" à la loi Diard. Comprenant que le sujet est "politiquement compliqué", le SNPL dit se contenter d'un aménagement de la loi, avec le retrait dans la loi des points portant atteinte au droit de grève. " Un amendement à la loi Diard et nous lèverons le préavis", indique à La Tribune Yves Deshayes.

Le SNPL demande que la loi interdise le remplacement des grévistes par des pilotes venus d'autres pays d'Europe. "C'est une atteinte au droit de grève . Le dernier conflit à Easyjet, avec 85% de grévistes, ne s'est traduit par aucune annulation de vol ni aucun retard parce que la compagnie avait remplacé tous les pilotes qui travaillaient en France", fait-il valoir.

Depuis sa mise en place en effet, les grèves dans le transport aérien sont en effet moins dommageables pour les passagers, même si elles restent coûteuses pour les compagnies.

5 heures de grève par jour

La forme du mouvement est originale, puisqu'il consistera en des arrêts de travail journaliers sur des plages horaires de quelques heures (deux heures le matin de 5h45 à 7h45, trois heures l'après-midi de 12h45 à 15h45) sur une période d'un mois. Une forme de guérilla qui vise à faire durer le mouvement et de ne pas prendre les passagers en otage, dit-on au SNPL.

"On ne pourra pas nous accuser de prendre les passagers en otage. Nous sommes disposés à assurer tous les vols mais il y aura de gros retards", a précisé Yves Deshayes. Selon lui, s'il y a des annulations de vols, elles seront imputables aux compagnies aériennes.

Air France, la première concernée par ce préavis de grève, a indiqué lundi qu'elle "n'avait à ce stade pas encore de visibilité sur les conséquences de cet appel à la grève pour ses clients".

"Si ce conflit devait avoir lieu, Air France sera en mesure de prévenir ses clients à l'avance et se mobilisera pour en atténuer les désagréments", a ajouté la compagnie aérienne, tout en précisant bien qu'il ne s'agissait pas d'une grève Air France mais d'un mouvement national des pilotes adhérents au SNPL.

Convention collective

Dans son préavis déposé en début d'année, le SNPL demandait aussi "l'ouverture de négociations en vue de l'adoption d'une convention collective nationale des pilotes du transport aérien" et "la mise en place à l'instar de ce qui existe aux Etats-Unis d'une facilitation de l'accès des pilotes en zone réservée afin de renforcer la confirmation de l'identité, diminuer les files d' attente passagers et mieux repartir les effectifs du personnel affecté à l'inspection/filtrage".

Enfin, le SNPL demandait la mise en place de conditions de concurrence loyale pour les entreprises de transport aérien françaises (baisse des charges pesant spécifiquement sur le transport aérien français, meilleure maîtrise des droits de trafic accordés aux compagnies extra européennes).

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 01/05/2014 à 16:17
Signaler
Vive la grève du SNPL. ce qui vous énerve tous , c'est leur capacité à faire la grève et à contrer les petits arrangements entre collègues de grandes écoles de nos dirigeants. Oui ils gagnent de l'argent et oui ils le méritent. Peut-on en dire à con...

à écrit le 01/05/2014 à 12:12
Signaler
La France doit défendre son droit de grève mais pas en abuser.les syndicats français ne sont pas représentatifs de la population active mais tire la couverture a eux et a ceux qui les dirigent . Nous avons touts les atouts pour réussir plus que n'im...

à écrit le 29/04/2014 à 13:44
Signaler
La loi Diard est donc insuffisante et facilement contournable , au vu de cette action : il est temps de la durcir : Préavis de 8 jours, précisant la date (et heure) de début et date (et heure ) de fin, assorti d'une interdiction de déposer plusieurs ...

le 30/04/2014 à 15:03
Signaler
oui t'as raison, moi je dis il faudrait interdire le droit de grève en France, et pas seulement aux pilotes.

à écrit le 29/04/2014 à 12:25
Signaler
Ça recommence les grèves des millionnaires du transport aérien ? Alors maintenant ils font grève pour augmenter leur droit de grève ? Pour nous prendre en otages, nous pauvres voyageurs aériens, encore plus, c'est ça ? Non mais je rêve !

à écrit le 29/04/2014 à 12:07
Signaler
... ou l'art de créer un boulevard pour les compagnies étrangères . Mais c'est pas grave ; après moi le déluge non ?

à écrit le 29/04/2014 à 11:45
Signaler
La corporation des pilotes, encore un schéma hérité du moyen âge, afin de préserver des avantages....C'est triste de voir une espèce en voie de disparition gesticuler. Et oui le statut de pilote à la air France, à du plomb dans l'aile....il est vrai ...

à écrit le 29/04/2014 à 10:09
Signaler
Evidemment qu' une grève est normale quand on n'est pas bien dans sa boite. Mais ce qu'il faut comprendre en "creux" derrière celle-la c'est qu'on prend toujours les français pour des usagers et non des clients. Il faut que AF comprenne qu' elle est ...

à écrit le 29/04/2014 à 10:05
Signaler
pour la concurrence loyale et la pression sur l'employeur=ok, par contre pour la pression sur les clients( les usagers) surement pas .

le 29/04/2014 à 18:26
Signaler
la meilleure façon de les perturber , est en tant que client ; d'utiliser la concurence et par consequent les autres compagnies !!! Quand AF aura perdu suffisamment de parts de marches , ils reagiront bien plus vite ...

à écrit le 29/04/2014 à 10:01
Signaler
Le discours est très bon : nous ne prenons pas les clients en otages mais nous demandons l'annulation d'une loi qui nous permettait de le faire plus efficacement. Le tout venant de CDB qui margent à 17K€ par mois en moyenne...

le 29/04/2014 à 12:33
Signaler
Exactement la reflexion que je me suis faite.... Incroyable ce culot! Il faut le lire pour le croire....

le 29/04/2014 à 20:02
Signaler
bientot Air France sera vendu aux chinois ou au arabes qui eux travaillent ... bravo pour vos enfants les pilotes de Air France ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.