La SNCF pourrait supprimer le bar dans les TGV du futur d'Alstom (Guillaume Pepy)

 |   |  571  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour concevoir des TGV disposant de plus de sièges, le président de la SNCF évoque la possibilité de supprimer le bar. La SNCF demande à Alstom un TGV réduisant les coûts au siège de 30%. Guillaume Pepy a par ailleurs qualifié l'affaire des TER trop larges de "vrai-faux scandale".

 Le TGV du futur n'aura t-il plus de bar à son bord ? C'est l'hypothèse émise ce mercredi par le président de la SNCF Guillaume Pepy auditionné par la commission du développement durable de l'Assemblée Nationale. Le projet de TGV du futur d'Alstom, prévu pour 2018, a évolué, depuis le lancement du projet, d'un modèle haut de gamme à un train moins coûteux par passager, a indiqué Guillaume Pepy.

"Le cahier des charges a fondamentalement changé", a souligné Guillaume Pepy, puisqu'il est passé du "nec plus ultra", à 30 ou 35 millions d'euros par train, à "un TGV qui, au siège passager, serait 30% moins cher (...) [pour pouvoir] faire des prix plus bas".

Un chariot roulant

Alstom, en charge du projet, devra donc concevoir un TGV avec plus de places par rames que dans le modèle actuel, "sans diminuer le confort des voyageurs", a détaillé le patron de la SNCF, évoquant notamment la possibilité de "supprimer le bar", qui pourrait être remplacé par un autre système, un chariot roulant par exemple.

"Vrai-faux scandale"

Concernant l'affaire des TER trop larges, Guillaume Pepy l'a qualifiée de "vrai-faux scandale". "On est passé très très vite (...) à un statut de vrai-faux scandalee, sans que nous ayons pu avoir le temps, les uns, les autres, de revenir sur les faits", a-t-il commenté.

Selon lui, les 260.000 salariés de SNCF et RFF n'ont "pas compris comment un article du Canard Enchaîné (qui avait dévoilé l'information, ndlr) (s'est transformé) en polémique nationale, en scandale d'État". Il a déploré "le dommage créé à notre industrie", et estimé que "toute cette affaire, c'est la volonté de tous les élus de France de rendre les trains plus accessibles aux personnes à mobilité réduite, aux seniors, aux familles. Cet objectif-là, nous allons le poursuivre".

Selon lui, seule une ligne dans les Hautes-Pyrénées aura ses nouveaux TER en retard à cause des travaux.

"On prendrait la même décision aujourd'hui"

"Si la décision était à prendre aujourd'hui, il ne fait aucun doute qu'elle serait la même", selon le président de RFF Jacques Rapoport, auditionné conjointement avec Guillaume Pepy.

Il a de nouveau précisé que tout nouveau matériel nécessite une "adaptation de l'infrastructure, ça a été le cas pour les TGV, pour les Franciliens, ..." et a précisé que, rien qu'en Ile-de-France, "il y a sept hauteurs de quais différents, c'est le fruit de 150 ans d'histoire".

Néanmoins, les deux entreprises ont de nouveau reconnu une mauvaise communication entre elles de 2009 à 2011, "sur le thème simple de « ce n'est pas à moi de payer, c'est à l'autre", selon Jacques Rapoport.

Réforme ferroviaire

La réforme ferroviaire, assurent SNCF et RFF, devrait empêcher à l'avenir ce genre de dysfonctionnement.

Le texte, qui doit être débattu à partir du 17 juin à l'Assemblée Nationale, vise à regrouper les forces de la SNCF et de Réseau ferré de France (RFF) avec une organisation en trois entités: SNCF mobilités, opérateur ferroviaire, SNCF-réseau, gestionnaire d'infrastructures, et un établissement public qui chapeaute les deux autres, nommé SNCF.

Par ailleurs, évoquant une nouvelle commande de trains pour remplacer les vieux Corails, après celle passée en décembre, Guillaume Pepy a fait état d'une "décision à prendre par le ministre des Transports, (...) dans les prochains mois". Il a rappelé que c'est l'écotaxe "qui devait assurer le renouvellement des trains Corail".

 

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2015 à 12:11 :
Ce qui est dommage est qu'en seconde classe du tgv le confort n'est pas du tout le point fort de la sncf contrairement a la première classe. Vu qu'il veulent supprimer la voiture bar ils pourront élargir les sièges. Enfin j'espère
a écrit le 17/06/2014 à 11:29 :
pour ce qu'on mange au bar on se croirait a st tropez !!!
a écrit le 11/06/2014 à 15:29 :
que la sncf supprime tout ! on emmène déjà nos sandwiches et boissons..i
a écrit le 10/06/2014 à 18:13 :
Ce serait une bonne chose pour les trajets courts Paris-Lyon et Paris Lille par exemple. Il faut quand m^me les remplacer par un distributeur de boissons et d'en-cas pour ceux qui ont oublié de s"en procurer. Pour les longs trajets c'est à voir. Et il faut que les contrôleurs aient une réserve de bouteilles d'eau pour les grands retards de 2 à 3 h;
a écrit le 10/06/2014 à 11:59 :
à y réfléchir , pourquoi pas ! Le service est déficitaire et nécessite une subvention d'équilibre.Regardez chez les low cost aérien où les consommations sont payantes.Les gens consomment moins et souvent un toilette sur deux sont remplacés par des sièges offrant des prix moindres !
a écrit le 09/06/2014 à 21:41 :
Monsieur PEPY a les meilleures idées du monde , avec sa vision du TGV du FUTUR il va de nouveau assombrir l'avenir et la survie de 2000 salariés (non cheminot) déjà exploités travaillant au sein de la restauration ferroviaire , qu'il s'agit des hôtesses et stewards TGV ou des manutentionnaires pour l'avitaillement des trains qui travaillent comme des forcenés dans des conditions sociales déplorables et des salaires qui ne cesse de s'effondrer suite au manque récurrent de denrées a bord pour satisfaire la clientèle lié a la mauvaise gestion des stocks par une de ses FILIALE SNCF CRMService.
Mr PEPY lors d'une Audition par l'Assemblée Nationale annonce la suppression des BAR TGV sur lequel certain salariés y travaillent depuis plus de 30 ans ... sans a aucun moment faire état du personnel qui y travaille .. un SCANDALE ! Nous salariés de cette activité apprenons par article de presse et l'audition de Mr PEPY que notre METIER sera vouer a disparaitre en quelques secondes ou encore a se compliquer davantage en nous faisant travailler dans des conditions exécrables, imaginez vous un peu quel sera la qualité de restauration auquel vous aurez droit a bord du TGV du futur ... un chariot pour restaurer 650 VOYAGEURS , déjà qu'il y a aujourd'hui parfois un peu d'attente pour consommer au BAR imaginez vous alors le taux de probabilité que vous aurez de pouvoir vous sustenter ..
Mr PEPY par envie d'Economie mais surtout de PROFIT risque de balayer d'un revers de main 2000 salariés !!!!!
a écrit le 07/06/2014 à 23:48 :
Il est trop large, il y a trop de bouteilles
Je plaisante, ils ont pris des magnums.
Une seconde, pour rire dans ce monde de .......
a écrit le 05/06/2014 à 21:53 :
et la sncf ne gagne pas d'argent avec ses TGV super chers? wow!!! Quant au bar, c'est comme les buvettes des gares, HORS de prix.... entre 1.50 et 2.00 euros le café immonde, entre 5 et 6 euros un sandwich pas franchement bon et scandaleusement cher, et que dire de la bouteille d'eau premier prix vendu plus de 2 euros alors qu'elle coute moins de 20 cents dans le commerce!
Réponse de le 08/06/2014 à 17:17 :
Le Café est un expresso à 2.50 et rien ne vous empêche de fabriquer votre sandwich et d'amener votre boisson.
Réponse de le 08/06/2014 à 17:51 :
Bonjour, je vais éclairer votre analyse totalement erroné.
Le prix.du café est bien de 2€50 c'est une café expresso illy, à dosette unique.
Les sandwichs sont entre 3€50 et 5€90 et sont de marque monop'daily à durée de vie de 4 jours.
Et enfin la bouteille d'eau n'est pas à plus de 2€ mais à 2€ pile pour la moins cher (même prix qu'au macdo ou chez Paul)
Voilà. Bonne route et continuons à détruire les emplois en France.
Les salariés du bar tgv sont tous d'une entreprise privée.
Cdlt
a écrit le 05/06/2014 à 17:39 :
Je croyais que ça existait déjà, ça s'appelle l'AGV, plus de motrice, la traction étant dans les bogies. Il y'a un fort gian de place. Mais la SNCF n'est veut pas, il préfére le TGV duplex. Pourquoi ne pas faire un AGV duplex, il y'aura de la place pour le bar.
Réponse de le 05/06/2014 à 19:03 :
Si la SNCF ne veut pas de l'AGV, c'est pour une raison bien précise.

Les rames à motorisation concentrée (type TGV toutes générations donc) permettent d'échanger les motrices. Avec une rame à motorisation répartie, comme l'AGV ou l'ICE 3 et le Velaro de Siemens, cette opération n'est évidemment pas possible.

Et ce "bricolage" se fait plus que vous ne le pensez : par exemple, en cas d'avarie grave sur une motrice (incendie...), il existe des motrices de réserve permettant de remplacer celle qui est endommagée très rapidement. Avec une rame à motorisation répartie, il faudrait immobiliser la rame pendant un certain temps, ce qui n'est absolument pas productif.

Par ailleurs, lors de la mise en service du TGV Est en 2007, la SNCF avait besoin de rames aptes à circuler en Allemagne et en Suisse. A ce moment là, une commande de TGV Duplex était en cours mais la SNCF jugea le potentiel de l'axe trop faible pour y justifier la mise en place d rames à 2 étages. Ainsi, des rames à un niveau dont les motrices d'origine ne peuvent circuler qu'en France ont reçu des motrices de Duplex aptes Allemagne/Suisse neuves. En parallèle, les anciennes motrices libérées des rames à un niveau précitées ont rejoint des voitures Duplex neuves issues de la commande en cours. Ainsi, grâce à l'architecture à motorisation concentrée des TGV, la SNCF a pu disposer de rames à un niveau aptes "Allemagne" avec le marché de rames à deux niveau en cours (sans lancer de marché donc). Encore une fois, ce bricolage n'aurait absolument pas été possible avec des rames à motorisation répartie.
Pour la petite histoire, le TGV Est a été dès son lancement un énorme succès commercial et le trafic (y compris international) s'est immédiatement trouvé supérieur aux prévisions les plus optimistes. Les rames à un niveau issues de l'assemblage précité se sont donc révélées trop peu capacitaires et la SNCF les a remplacées par des rames Duplex neuves. Elles ont été revendues à Lyria, la filiale commune de la SNCF et des CFF opérant les relations franco-suisses et ont donc migré de la gare de l'Est à la gare de Lyon, tout en recevant une nouvelle peinture aux couleurs de Lyria.
a écrit le 05/06/2014 à 16:16 :
Il ferait mieux d'offrir un plateau repas aux passagers ce serait mieux que le bar et pas une aberration vu le tarif prohibitif des billets de TGV!
Sur certaines destinations Air France est souvent mieux placée avec en plus une collation et un journal ! Bref à part pour le travail j'évite de prendre le train.
a écrit le 05/06/2014 à 15:52 :
La SNCF qui est un organisme commercial ne devrait pas avoir a discuter de ces questions. Elle devrait fusionner avec la Ratp pour offrir un service cohérent tandis que RFF et les techniciens comme Alstom ou Schneider devrait faire une offre globale au passager en définissant les moyens. Cette offre deviendrait un moyen d'export. nous sommes ici dans une mauvaise organisation où des incompétants discutent de choses qu'ils ne connaissent pas et où les fournisseurs n'ont aucune stimulation. Comme indiqué déjà sur ce fil, la division "route" de la Ratp devrait être déconnectée et rejoindre une autre organisation.
a écrit le 05/06/2014 à 15:16 :
Il est trop large, ......
Réponse de le 05/06/2014 à 17:13 :
Tu en es ou dailleur toi de tes études d'ingenieur ?
a écrit le 05/06/2014 à 14:15 :
Lorsque l'exploitation commerciale du réseau ferré sera ouverte à la concurrence car ce moment viendra), j'aimerais vraiment savoir si les clients apprécieront d'opter pour un service voyage qui n'offre pas de consommations à bord....
a écrit le 05/06/2014 à 13:15 :
que les """cerveaux""" de la SNCF fassent un voyage en Shinkansen Japonais ça devrait leur apprendre pas mal de choses : propreté, efficacité, érgonomie et ponctualité ! .... et celui-ci ne dispose pas de voiture bar.
Réponse de le 05/06/2014 à 17:12 :
C'est la france qui aides beaucoup de pays dont les pays asiatique en terme de train ... on parle plus de cerveau la.. mais la sncf embauche.
a écrit le 05/06/2014 à 11:42 :
Ceci n'est qu'un projet totalement déplorable !
a écrit le 05/06/2014 à 10:44 :
Supprimons également les toilettes et les escaliers....
Réponse de le 05/06/2014 à 12:06 :
Franchement, qui se souci du bar dans un tgv ?
Réponse de le 06/06/2014 à 8:42 :
Toby, le personnel du bar TGV (qui ne fait pas partie de la SNCF) se souci de la suppression du bar.
Si suppression du bar, cela signifie que notre entreprise disparaît et laisse sur le carreau des milliers de travailleurs :-(
Réponse de le 07/06/2014 à 23:51 :
C'est vrai, l'eau il y en a aux toilettes, et pour le coca,y a pas besoin de bar......gag
Réponse de le 10/06/2014 à 20:38 :
Cantalou l'eau dans les toilettes, n'est pas potable !!
Et c'est pas vraiment drôle.
On va être des milliers à la porte donc des milliers en plus à pôle emploi !!!
a écrit le 05/06/2014 à 9:53 :
Si on veut gagner de la place, il est techniquement possible de supprimer la cabine du conducteur en l'automatisant comme sur la ligne 14 du métro.
Cela coûte plus cher en investissement, mais pas de Pb de grève.
Cela a déjà été évoqué au sein de la SNCF, mais devinez pourquoi cela ne s'est pas fait ? :)
Réponse de le 05/06/2014 à 13:14 :
vous avez raison autant automatiser les avions et pourquoi pas les velos ....
réfléchissez un peu un metro sous terre circule dans un espace ferme..
Réponse de le 05/06/2014 à 14:33 :
Mais les avion sans pilote est un sujet sur lequel se penchent les chercheurs
Réponse de le 05/06/2014 à 17:09 :
pour avoir travailler dans la maintenance de la ligne 14 je vous garantie que c'est impossible et demandera plus de personnel qu'autre chose ... certe ya pas de conducteur mais faut l'équipe derrière pour la maintenance de la ligne , et le pcc et surtout on vise les 10 ans de construction .... quand on sait que rien que pour la ligne 14 ca a mis beaucoup d’année le 100% automatisé
Réponse de le 06/06/2014 à 0:22 :
Vous vous contredisez : d'abord vous dites "c'est impossible" ensuite vous dites "ça mis beaucoup d'année" ? Et, la ligne 14 est un vrai succès, osez dire le contraire, ça serait mentir.
a écrit le 05/06/2014 à 9:26 :
ALSTOM Ferroviaire et l'écosystème ferroviaire national :

Lorsque la concurrence arrivera et que la SNCF sera réunifiée avec RFF, la guerre recommencera entre la nouvelle SNCF et ce concurrent ! Car le problème de fond ne sera pas résolu. Et entre temps des milliards d’euros seront gaspillés. La Nation ne le peut plus. Il faut que les syndicats et les industriels qui vivent des chantiers et des marchés de la SNCF et qui font du lobbying auprès de la Direction SNCF en prennent conscience car ils vont tuer leur poule aux œufs d’or…


La seule solution est de faire la totale séparation entre l'Infrastructure et l'Exploitation. Deux sociétés bien distinctes juridiquement, mais surtout sur le plan opérationnel.
Cela nécessite d'affecter tout les effectifs SNCF Infra à RFF et de lui laisser jouer son rôle véritable de gestionnaire des Infrastructures.
L’Union International des Chemins de Fer qui regroupe de nombreux pays et des réseaux privés comme publique arrive à faire travailler tout le monde ensemble pour définir des nouvelles normes. C’est la coopération et non la guerre comme sait le faire la Direction de la SNCF actuelle. Le dossier de la commande de train trop large pour les quais le prouve.

La question de management est doit-on encore laisser le Président de la SNCF être le leader en matière ferroviaire en France et décider de tout l’ensemble. Car cela concerne les services, mais aussi les infrastructures et les matériels ? Le faire amènerait à mon avis à un non changement désastreux pour notre économie.

Créons plutôt une Union Nationale des Chemins de Fer Français regroupant les missions de RFF, SNCF INFRA et autres agences ferroviaires publiques, en mettant autour de la table l'Etat, SNCF, RATP, les compagnies Privées, ... Un STIF National amélioré.


Rappelons aussi que l'arrivée de nouvelles compagnies ferroviaires sera une nouvelle opportunité pour Alstom de vendre ses trains, un fantastique booster de l'innovation technique et des services.
a écrit le 05/06/2014 à 9:26 :
Pourquoi ALSTOM a perdu des parts de marché en matière de matériel ferroviaire ?
Car la SNCF a pratiquement un monopole en France des achats ferroviaires et une forte influence sur l’univers des infrastructures, des entreprises puissantes du BTP par ses choix en matière de nouvelles lignes TGV, des télécoms (télécom développement/SFR a été une de ses filiales), de l’immobilier dans le domaine des entrepôts FRET, des bureaux et des logements pour les particuliers, etc… Un Etat dans l’état qui reste quand les politiques de tous bord passent …
Les produits utilisés pour la France conçu ne correspondent pas au besoin des clients de l’exportation. L’échec de certains projets TGV en ont été la preuve.
L’ouverture à la concurrence sur le marché français aurait créé de nouveaux clients pour ALSTOM sur son marché national. Mais la SNCF fait tout pour que cela ne se fasse pas. Elle a même utilisé un de ses agents qui est devenu député européen vert EELV pour faire passer des amendements dans ce sens sur le dernier projet de loi européen !
Pourquoi certains dirigeants de la SNCF ont imposé leur choix en matière d’investissement avec une vue plutôt à court terme; choix qui ont eu un impact sur la santé de leur principal fournisseur ALSTOM ? Pas seulement pour des raisons économiques… L’équipe France ferroviaire n’existe pas et la lutte des petits pouvoirs est fratricide. Les petits arrangements seulement entre amis, la faiblesse face aux syndicats refusant le marché, sont incompatibles avec la mondialisation fût elle limitée à l’espace Européen.
Le Roi du rail est maintenant seul face à ses responsabilités et à ce bilan global désastreux (endettement records, clients insatisfaits, baisse du CA, de la rentabilité, etc) qui est masqué par une habille et coûteuse communication.
Pourquoi aussi hésiter avec les américains ? L‘arbitrage entre eux et les allemands oppose la vision industrielle européenne et l’ouverture libre à la concurrence transatlantique. Le cœur de la politique future européenne.
On ne peut pas vouloir conquérir le marché des USA en matière de TGV si nos partenaires se sentent rejetés. Idem pour les allemands avec leur propre marché et le notre qui reste fermé.
La situation présente prouve que la France repliée sur elle-même conduit à l’échec en matière de développement commerciale internationale pour nos services, mais aussi pour nos biens produits.
La question de management est doit-on encore laisser le Président de la SNCF qui va aussi avoir les commande sur RFF, être le leader en matière ferroviaire en France et décider de tout l’ensemble. Car cela concerne les services, mais aussi les infrastructures et les matériels ?
Le faire amènerait à mon avis à un non changement désastreux pour notre économie car non adaptée aux enjeux internationaux sur les zones à forte croissance qui ne sont pas en Europe, mais en Asie, en Afrique, aux Amériques…
Laissons ALSTOM faire ses propres choix car il connait son métier, ses clients, ses concurrents et ses vrais partenaires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :