Air France, le projet Transavia Europe est-il enterré définitivement ?

Auditionné mardi par les députés, le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac a déclaré : le "projet est retiré et il sera rediscuté en temps utile". Décryptage.
Fabrice Gliszczynski
La priorité pour Air France est le développement de Transavia France.
La priorité pour Air France est le développement de Transavia France. (Crédits : reuters.com)

Retiré pendant le conflit avec les pilotes, le projet Transavia Europe est-il définitivement abandonné ? A court terme probablement, à plus long terme, rien n'est moins sûr. Mardi lors de son audition devant la Commission du développement durable de l'Assemblée nationale, expliquant que ce retrait « constituait un affaiblissement stratégique » Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM a envisagé que le projet puisse un jour revenir sur la table.

"Le projet est retiré et il sera rediscuté en temps utile quand les choses seront revenues à la normale", a-t-il dit lors de sa présentation préalable au jeu des questions-réponses.

Plus tard, en réponse à des questions des députés, il a levé toute ambiguïté en disant "que le projet était retiré et que la question ne se pose plus", avant de nuancer son propos quelques minutes :

"Oui le projet est abandonné. Est-ce qu'un jour on pourrait y revenir ? Peut être mais pour l'instant il est abandonné, nous nous concentrons sur Transavia France".

Bases à l'étranger

Pour rappel, l'idée de Transavia Europe est de créer dans des pays autres que la France et les Pays-Bas, les deux pays dans lesquels sont respectivement basées Transavia France et Transavia Hollande, d'autres filiales disposant de personnels sous contrat locaux. Des bases d'exploitation au Portugal et en Allemagne étaient en effet à l'étude pour 2015. L'objectif était de constituer une compagnie low-cost paneuropéenne comme le sont Easyjet ou Ryanair, dans le but de profiter de la croissance du marché low-cost en Europe mais aussi de maintenir les positions du groupe Air France sur le continent.

Une stratégie qui a fait bondir les syndicats de pilotes, mais aussi d'hôtesses et de stewards et au sol, qui y ont vu un projet de "délocalisation de l'emploi français", synonyme de "dumping social". Des arguments qu'a une nouvelle fois rejeté Alexandre de Juniac devant les députés, évoquant que "Transavia Europe a été utilisée de manière tactique" par les syndicats.

Plus de 37 avions pour Transavia France?

La priorité est donc Transavia France. Alexandre de Juniac a expliqué sa volonté de faire passer Transavia France de 14 à 37 avions, "peut être plus et peut être plus rapidement". La direction veut en effet monter en puissance dès avril prochain.

Mais faute d'accord sur Transavia France durant le conflit, l'accord sur la création de Transavia France demeure. Signé entre la direction d'Air France et le SNPL, il limite la flotte de la compagnie à 14 avions.

L'accord sur Transavia France est particulier

Un spécialiste du transport aérien explique :

"Cet accord constitue une dérogation aux règles en vigueur dans toutes les compagnies aériennes qui définissent des accords de périmètre entre les compagnies et leur filiales"

Appelées "scope clause", ces accords précisent que les avions des filiales doivent être d'une taille inférieure (la limite varie selon les compagnies. Elle est fixée à 110 sièges à Air France) pour ne pas rogner sur le marché de la compagnie-mère. "Mais les règles de fonctionnement sont identiques", précise le spécialiste.

En 2007, le SNPL et la direction se sont accordées pour déroger à cette scope clause en définissant pour Transavia France, compagnie disposant d'avions de près de 180 sièges, des règles de condition de travail et de rémunération spécifiques. "Juridiquement, il s'agit d'un accord dérogatoire à un accord de périmètre", précise la même source.

"Le temps presse pour développer Transavia France

Pour aller au-delà de 14 avions, la direction doit soit parvenir à négocier un accord avec les syndicats, soit dénoncer cet accord. Alexandre de Juniac n'a pas évoqué la dénonciation.

"Il y a plusieurs solutions, a-t-il dit. Soit les représentants des pilotes acceptent de discuter signer le document sur lequel nous nous étions pratiquement mis d'accord, et il faut le faire très vite, Sinon d'autres options sont sur la table pour développer Transavia France dans des conditions similaires. Elles seront discutées très rapidement avec les organisations syndicales, pilotes et autres, puis mises en œuvre.

"Le temps presse si on veut être prêt pour avril 2015". Selon Alexandre de Juniac, "le contact avec les syndicats est repris. La raison peut peut être revenir".

 ________

>>> VIDEO L'intervention de Alexandre de Juniac

>>> VIDEO Questions de la commission à Alexandre de Juniac

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 02/10/2014 à 11:29
Signaler
Je me demande si AF-KLM n'a pas plutôt intérêt à racheter une low-cost existante (type Wizz), implanté sur un marché existant, avec des slots sur des aéroports visés, et surtout un siège local, et des salariés avec un contrat local. Une situation ét...

à écrit le 02/10/2014 à 9:12
Signaler
Faut laisser passer l'orage...

à écrit le 01/10/2014 à 17:57
Signaler
et Hop plus personne n'en perle. C'est abandonné aussi ou sinon à quoi Hop va servir ?

à écrit le 01/10/2014 à 17:32
Signaler
Si d'ici là AF existe encore...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.