La nouvelle Alitalia en piste dès 2015 avec l'ex-patron de Ferrari aux commandes

 |   |  284  mots
Luca Cordero di Montezemolo avait dû tirer sa révérence de la présidence de Ferrari il y a un mois, faute d'avoir pu continuer à aligner les succès en Formule 1
Luca Cordero di Montezemolo avait dû tirer sa révérence de la présidence de Ferrari il y a un mois, faute d'avoir pu continuer à aligner les succès en Formule 1 (Crédits : REUTERS/Albert Gea)
Alitalia et Etihad Airways ont annoncé mardi 23 décembre la finalisation de l'accord actant le rachat de la compagnie italienne. Quelques semaines plus tôt, en novembre, l'ancien dirigeant de Ferrari Luca Cordero di Montezemolo a été officiellement nommé pour prendre la présidence de la compagnie.

Des voitures de course aux avions de ligne. L'ancien président emblématique de Ferrari Luca Cordero di Montezemolo a été officiellement nommé mercredi 26 novembre président d'Alitalia lors d'une réunion du conseil d'administration, a annoncé la compagnie aérienne italienne dans un communiqué. Il avait été désigné lors d'une réunion du conseil d'administration mercredi 5 novembre.

Le marquis de Montezemolo était donné depuis longtemps par les rumeurs de presse comme probable pilote du projet et ce même avant son départ de la présidence de Ferrari. Il avait dû tirer sa révérence il y a un mois, faute d'avoir pu continuer à aligner les succès en Formule 1 et accepter la nouvelle stratégie de la maison mère Fiat-Chrysler, qui a annoncé la semaine dernière la prochaine entrée en Bourse de Ferrari.

En tandem avec le PDG Etihad

James Hogan, PDG de la compagnie émiratie Etihad qui a conclu en août, après de tumultueuses tractations, une alliance sauvant Alitalia de la faillite, devient son vice-président. L'entrée d'Etihad au capital de la compagnie italienne a été finalisé mardi 23 décembre et la nouvelle société, Alitalia SAI, sera opérationnelle dès le 1er janvier 2015, a annoncé la compagnie émiratie dans un communiqué.

D'après une source proche du dossier citée par Reuters, il s'agit d'une désignation et non pas d'une nomination formelle, l'accord capitalistique entre Alitalia et la compagnie d'Abou Dhabi n'ayant pas été entériné officiellement dans l'attente du feu vert des autorités européennes. Celui-ci prévoit un investissement total de 1,758 milliard d'euros en plusieurs tranches dans Alitalia, lourdement déficitaire et très endettée.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2014 à 21:20 :
Il a bien échoué chez ferrari....(avant c'était Tod et Schumi qui faisaient le boulot), a pas réussi à prendre les rênes de la F1 et se recycle là...
Il en est des chômeurs qui rêverait d'une telle profusion de poste...
Réponse de le 24/12/2014 à 8:02 :
Ils n'ont pas pensé à vous ?
a écrit le 07/11/2014 à 18:55 :
C'est beau le monde des affaires ! Il a échoué chez Ferrarri, du coup, on le bombarde patron d'Alitalia.
Cela nous fait une indemnité de départ, plus un golden hello, plus une autre indemnité de départ l'an prochain...
Avis aux salariés d'AZ: il va falloir faire des efforts.
Réponse de le 15/11/2014 à 1:01 :
"Il a échoué chez Ferrari" : peut être au niveau des résultats sportifs (quoique: qui était le patron de Ferrari à l'époque Todt - Schumacher, la plus glorieuse de l'histoire de Ferrari?) mais certainement pas au regard des résultats de la société, archi rentable et marque la plus puissante au monde. Bon courage au successeur de M. de Montezemolo...
Réponse de le 24/12/2014 à 7:43 :
Oui on a pas connu beaucoup de looser comme lui. Il a prit Ferrari en piteux état et en a fait une cash machine faramineuse. +1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :