Fiat se sépare de Ferrari pour financer son plan stratégique

 |   |  435  mots
Ferrari California T.
Ferrari California T. (Crédits : Reuters)
Le groupe organise le spin-off de sa marque de sport de luxe dont il va céder 90% à ses actionnaires et 10% sur le marché. Il va également lever 2,5 milliards de dollars en obligations convertibles. Le titre s'envole à New York.

C'était dans les tuyaux depuis des années... Ce sera bientôt chose faite. Fiat Chrysler Automobile (FCA) - le nouveau nom de l'entité récemment créée réunissant les groupes automobiles italien et américain - va mettre en Bourse une partie du capital de Ferrari. Le groupe va ainsi introduire 10% du capital de la célèbre marque de voitures de sport. Les 90% restants seront redistribués aux actionnaires de FCA, dont la famille Agnelli reste le premier actionnaire.

Un limogeage, un spin-off, le tournant de Ferrari

Ce spin-off intervient moins de deux mois après le limogeage de Luca Cordero di Montezemolo, patron de Ferrari depuis 1991. L'emblématique patron de la marque au cheval avait alors jeté l'éponge en constatant des divergences stratégiques avec Sergio Marchionne. Ce dernier voulait accroître les ventes de la célèbre écurie, tandis que son patron voulait préserver le caractère exclusif de la marque en plafonnant les ventes à 7.000 unités.

Lire aussi : Crise chez Ferrari : l'emblématique patron s'en va

Un plan de 48 milliards de dollars

FCA n'a toutefois pas indiqué combien il comptait tirer de cette introduction en Bourse qui aura lieu courant 2015. Sergio Marchionne, le patron du groupe, cherche des fonds pour financer son plan stratégique de 48 milliards de dollars.

"Pour mettre en oeuvre le plan stratégique 2014-2018 et œuvrer à optimiser la valeur de nos activités au profit de nos actionnaires, il est approprié de prévoir que FCA et Ferrari suivent des chemins séparés", a-t-il ainsi déclaré, cité dans un communiqué.

Toujours dans le cadre de cette recherche de fonds, FCA a annoncé qu'il allait émettre un emprunt obligataire convertible de 2,5 milliards de dollars avant la fin de l'année sous réserve de conditions de marchés favorables. En attendant, les marchés ont réagi favorablement à l'initiative de Sergio Marchionne puisque l'action FCA, mise en bourse le 13 octobre dernier, s'envole de 12% à New York.

Des résultats trimestriels mitigés

Cette annonce est intervenue à l'occasion de la publication des résultats de FCA au troisième trimestre. Ceux-ci sont ressortis en ligne avec les prévisions du groupe. Le bénéfice net est quasi-inchangé sur un an à 188 millions d'euros. Il s'inscrit toutefois en-dessous des attentes des analystes qui tablaient, eux, sur un bénéfice compris entre 220 et 300 millions de dollars. Le bénéfice opérationnel s'établit à 926 millions d'euros (+7%), et le chiffre d'affaires a progressé de 23% à 23,6 milliards de dollars. Ce dernier a battu le consensus, qui anticipait un chiffre d'affaires compris entre 22 et 23 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2014 à 13:05 :
Arrêtez de raconter n'importe quoi, ou il faut le prouver!
Il n'y a pas de "meilleurs au monde". L'ingénierie automobile, même la plus avancée en outils et R&D est à la portée de n'importe quel pays, ainsi que les universités et instituts polytechniques de n'importe quel pays ont également le même savoir.
Il y a une volonté de stratégie industrielle de la part d'un constructeur qui fait qu'une technologie en automobile avance.
FIAT n'est pas le meilleur et de loin comparé à ce que fait Toyota en fiabilité (si vous savez ce que c'est et ne confondez avec qualité ce qui n'est pas la même chose) avec sa marque LEXUS.
a écrit le 31/10/2014 à 23:15 :
Les usines Fiat sont classées parmi les meilleures usines automobiles au monde "World Class", donc, attendons les nouveautés.
a écrit le 29/10/2014 à 21:45 :
Ferrari sans FIAT on dirait...mais pour découvrir que:
"Les 90% restants seront redistribués aux actionnaires de FCA, dont la famille Agnelli reste le premier actionnaire."
Par ici la monnaie des gogos en bourse...mais c'est nous les patrons...
La bourse prête...les banques non!!
a écrit le 29/10/2014 à 17:18 :
Mort d'un "mythe"
a écrit le 29/10/2014 à 17:12 :
c'est sûr qu'avec les nouvelles normes anti-pollution et pas qu'en Europe on peut se poser des questions sur l'avenir des bagnoles de sport
Réponse de le 29/10/2014 à 18:25 :
@syfre
Il faut se poser la question sur l'avenir de la voiture à pétrole tout court.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :