Danger pour Air France et Transavia, Ryanair rode autour d'Orly !

 |   |  640  mots
Que fera Ryanair ? Fera-t-elle une croix sur Orly en raison des difficultés d'accès ? Ou bien tentera-t-elle sa chance, en acceptant de commencer petit pour monter en puissance progressivement en fonction des opportunités comme l'a fait Easyjet depuis 2003?
Que fera Ryanair ? Fera-t-elle une croix sur Orly en raison des difficultés d'accès ? Ou bien tentera-t-elle sa chance, en acceptant de commencer petit pour monter en puissance progressivement en fonction des opportunités comme l'a fait Easyjet depuis 2003? (Crédits : reuters.com)
Selon nos informations, des cadres de Ryanair sont venus récemment à Paris rencontrer la direction de Cohor, l'organisme en charge de la gestion et de l'attribution des créneaux horaires en France, pour se renseigner sur la problématique particulière d'Orly, dont la capacité est artificiellement limitée pour des questions environnementales. Aucune demande de créneaux n'a été déposée pour la prochaine saison estivale qui débute fin mars. Mais après?

Après Easyjet, Vueling et bien d'autres low-cost, y-aura-t-il également un jour Ryanair à Orly ? Le deuxième aéroport parisien ne laisse pas indifférent la compagnie low-cost irlandaise qui cherche à s'installer sur les grandes plateformes après avoir privilégié pendant des années les aéroports secondaires.

Selon nos informations, des cadres de Ryanair sont venus récemment à Paris rencontrer la direction de Cohor, l'organisme en charge de la gestion et de l'attribution des créneaux horaires en France, pour se renseigner sur la problématique particulière d'Orly, dont la capacité est plafonnée pour limiter les nuisances sonores.

Dans l'immédiat, Ryanair n'a pas de projets concrets d'ouvertures de lignes au départ d'Orly. Aucune demande de créneaux horaires n'a été formulée pour la prochaine saison estivale qui débute fin mars 2015. Mais après, que fera Ryanair ? Fera-t-elle une croix sur Orly en raison des difficultés d'accès ? Ou bien tentera-t-elle sa chance, en acceptant de commencer petit pour monter en puissance progressivement en fonction des opportunités comme l'a fait Easyjet depuis 2003?

Orly plafonné à 250.000 mouvements alors qu'il peut en absorber 450.000

La problématique d'Orly est en effet particulière. Depuis 1994, l'aéroport est plafonné à 250.000 mouvements annuels (créneaux d'atterrissages et de décollages, ou « slots » en anglais), alors qu'il pourrait en absorber 450.000. Le plafond étant quasiment atteint, ces créneaux constituent une denrée extrêmement rare et ne sont distribués qu'au compte-gouttes, lorsqu'un pool de slots libérés par d'autres compagnies peut être constitué.

En raison de la proximité de l'aéroport de Paris et de sa praticité, il y a largement plus de demandes que de créneaux disponibles. Cette situation est d'autant plus compliquée que les associations de riverains s'opposent avec véhémence à toute éventualité de déplafonner Orly de peur de voir augmenter les nuisances sonores. Ce qu'aucun gouvernement n'a d'ailleurs osé tenter.

Un million de passagers supplémentaires par an génèrerait 3.500 emplois

La situation est-elle figée ? Jusqu'ici les chances de voir l'État reconsidérer sa position étaient nulles. Pour autant, la donne a quelque peu changé ces dernières semaines. Le projet de loi Macron montre que le gouvernement n'hésite pas à s'attaquer à des citadelles jugées imprenables si cela peut créer de la croissance et de l'emploi. Selon certaines études, un million de passagers supplémentaires par an à Orly génèrerait 3.500 emplois directs et indirects. Par ailleurs, avec le développement prévu de Transavia, Air France va vite redevenir demandeur de créneaux, après avoir tout fait pour verrouiller Orly. Un contexte là aussi différent pour les autorités.

Déplafonnement contre baisse du niveau sonore?

Si tant est que cela soit possible, convaincre les associations de riverains à accepter plus de vols à Orly ne sera évidemment pas sans contrepartie. Seule une baisse sensible du niveau sonore peut éventuellement les y pousser. Il a certes diminué depuis la mise en place du plafonnement en raison de la modernisation des flottes, mais il faudra aller plus loin pour déplafonner Orly.

Pour les partisans du déplafonnement, l'arrivée des versions remotorisées de l'A320 (A320 Neo) et du B737 (B737 Max) au cours des prochaines années sont donc une aubaine pour réduire les nuisances sonores. Ils y voient une fenêtre de tir à ne pas manquer. Car s'il faut attendre les successeurs de ces deux appareils pour définir un niveau de réduction de bruit (par rapport à un seuil à déterminer), cela peut prendre beaucoup plus de temps. Ces appareils ne sont pas attendus avant une quinzaine d'années. Surtout, si ces nouveaux avions sont équipés d'open rotors, ils n'apporteront pas de gains supplémentaires (en termes de bruit) par rapport au moteur des A320 NEO et B737 MAX.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2014 à 17:14 :
Je pense pas que Ryanair souhaite partir de Beauvais. Connaissant les pratiques de son patron j'ai plutôt l'impression qu'en allant discuter avec la Cohor il essaye de faire pression sur l'aéroport de Beauvais.
Le gros point noir de Beauvais et son train qui s'arrête dans des bleds ou parfois il n'y a même pas de quai. Sinon en partant du 15eme, y'en a pour 50 minutes de voitures BVA.
a écrit le 18/12/2014 à 19:42 :
Personne n'a intérêt à tenter de déplafonner Paris-Orly : dans le cas contraire, il y aura de la casse, beaucoup de casse.
a écrit le 18/12/2014 à 15:38 :
Ryanair étudie cet aéroport, avec l'association NEXUS
a écrit le 18/12/2014 à 15:23 :
Il paraît plus probable que se soit Angers-Marcé qui intéresse Ryanair...
En 2024, l'aéroport sera à 60' de Montparnasse, 75' de Roissy et 50' d'Orly, le tout en liaison TGV...
Donc, si Orly ne marche pas....
Réponse de le 18/12/2014 à 17:42 :
Pauvre Angers, avoir un aéroport proche d'une ville, personne n'en veut...surtout pour le bruit et la pollution.
Réponse de le 21/12/2014 à 17:09 :
Probable ? Jamais il n'y aura Ryanair à Angers, avec une piste de 1800m aucun 737 ne se posera, l'aéroport est loin d'être adapté, et il n'y a pas d'ILS.
Contrairement à Beauvais et ces 2 terminaux, 1H en voiture suivant la circulation, ILS cat. 3 "tout temps", parkings, hotels.. Et je pense pas que le passager "low cost" va aimer payer un billet de TGV.
a écrit le 18/12/2014 à 14:37 :
ryanair a lille , ce serait plus intelligent
lille une heure de paris, 20minute de Bruxelles une heure 30 de londres
un potentiel de voyageurs trés important,
Réponse de le 20/12/2014 à 0:07 :
Lille a 2h de paris en circulation fluide
Bruxelles a 1h de lille
Réponse de le 21/12/2014 à 16:58 :
sauf que ryanair est déjà à Charleroi, et prévoit de s'installer à Bruxelles.
a écrit le 18/12/2014 à 14:15 :
les Perfides d'Albion sont rentrés à Paris. Au secours au secours
Réponse de le 18/12/2014 à 15:35 :
ça va nous changer du laxisme non ?
a écrit le 18/12/2014 à 9:06 :
Quand on est régulièrement en retard, on évite Orly comme destination ! Ca se termine à Roissy pour les passagers tard le soir ...
a écrit le 18/12/2014 à 8:20 :
Quel est l'intérêt de reprendre le chapeau intégralement dans le début de l'article ? Payeriez-vous vos journalistes à la longueur de la page pondue ?
a écrit le 18/12/2014 à 8:05 :
artificiellement limitee pour des questions environnementales.... c est les voisins qui vont être content....
a écrit le 18/12/2014 à 7:23 :
Une solution pour déplafonner le nombre de vols sans en avoir l'air, ne serait-elle pas de prendre le niveau sonore à une date donnée, et de plafonner le niveau sonore à ce niveau là ? .. Avec les améliorations techniques des appareils, le nombre de rotations pourrait mécaniquement augmenter !
Il suffira que ADP module ensuite ses tarifs en proportion des émissions sonores tout autant que du nombre de passagers !!
Réponse de le 18/12/2014 à 7:41 :
C'est ce que dit l'article non?
Réponse de le 18/12/2014 à 10:19 :
Non, ce n'est pas la même chose... si vous lisez l'article avec tous les mots, vous comprendrez que l'article indique que l'amélioration technique entraine une réduction es nuisances sonores, et, pour cette raison, que l'on pourrait augmenter le nombre de rotations... ce qu'aucun gouvernement n'a osé faire !!
Si ensuite vous lisez mon commentaire, vous constaterez que je suggère surtout une évolution de la règle d'ouverture de nouveaux créneaux, en automatisant le rapport entre baisse des nuisances sonores et ouverture de créneaux. Ça enlèverait le côté "politique" de la création de créneaux...
Je mettrai la mauvaise analyse de Perroquet sur le compte de l'heure très matinale de son commentaires... !
Réponse de le 22/12/2014 à 0:53 :
Les aeroports trop pres des villes sont a proscrire pour des tas de raisons. Les petits malins qui pensent le contraire n' ont qu'a investir en bout des pistes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :