Air France : l'opération "déminage social" continue avant l'arrivée de Janaillac

 |   |  746  mots
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Pour éviter une grève des hôtesses et stewards cet été, la direction propose une reconduction de 17 mois de l'accord collectif existant jusqu'à mars 2018. La semaine dernière, les pilotes avaient accepté une trêve de 4 mois demandée par le nouveau PDG, Jean-Marc Janaillac (en échange du gel des mesures d'économies les concernant mises en place le 1er juin) pour "avoir le temps de construire".

Article mis en ligne à 15h47, réactualisé à 18h27

Le nouveau PDG d'Air France-KLM Jean-Marc Janaillac prendra-t-il ses fonctions lundi 4 juillet sans risque de grève du personnel d'Air France cet été? La direction de la compagnie tricolore s'y emploie. Après avoir évité une nouvelle grève des pilotes fin juin à la suite d'une trêve sociale de 4 mois obtenue par Jean-Marc Janaillac en contrepartie d'un gel de certaines mesures d'économies mises en place le 1er juin, la direction d'Air France tente aujourd'hui d'éviter une grève reconductible des hôtesses et stewards (personnels navigants commerciaux ou PNC) du 27 juillet au 2 août, l'une des périodes les plus chargées de l'année. Quitte à faire des concessions.

Renégociation de l'accord collectif

Les trois syndicats représentatifs des PNC, le SNPNC, l'UNSA et l'UNAC, ont en effet déposé début juin un préavis de grève pour peser sur les négociations concernant le renouvellement de l'accord collectif définissant les conditions de travail et de rémunération des hôtesses et stewards, lequel arrive à échéance fin octobre. A défaut d'accord, la direction peut, en théorie, imposer ses conditions. On n'en est pas là. Bien au contraire.

Ce vendredi, à l'occasion d'une réunion plénière avec les syndicats, le PDG d'Air France, Frédéric Gagey, a proposé une reconduction quasi-identique de l'accord existant jusqu'en mars 2018. C'est ce que la direction avait déjà indiqué aux syndicats ce jeudi à l'occasion de réunions bilatérales. Cet accord est soumis à signature jusqu'au 13 juillet.

"Après le plan Transform 2015, les syndicats n'étaient pas prêts à de nouveaux efforts d'amélioration de la compétitivité dans un contexte où ils estiment que les pilotes n'ont pas faits les efforts demandés et dans un contexte d'amélioration des résultats financiers de la compagnie", a expliqué ce vendredi soir Gilles Gateau, le directeur général adjoint ressources humaines et politique sociale d'Air France.

"Le meilleur accord collectif du monde"

Cette stabilité de l'accord collectif se traduit par une absence d'économies, les mesures d'améliorations de l'accord existant compensant les quelques mesures de gain de compétitivité, comme la réduction du nombre de PNC (3 contre 4) à bord des A319,  uniquement sur certaines destinations. Une mesure qui concerne 3% de l'activité moyen-courrier.

La direction a de facto fait une croix sur ses ambitions de l'an dernier, quand elle voulait négocier un nouvel accord permettant de générer 17% de gains de productivité. Un souhait qui avait été déjà revu à la baisse au printemps dernier, puisqu'au moment de la reprise des négociations l'objectif n'était plus que 5% selon un syndicaliste. Aujourd'hui le gain est donc nul. Si les syndicats acceptent, les 13.600 PNC d'Air France conserveront pendant 21 mois à partir de juillet "le meilleur contrat collectif du monde " pour cette profession selon Gilles Gateau.

Reconstruire un projet fédérateur

L'objectif est clair : laisser le temps à Jean-Marc Janaillac de s'imprégner de tous les dossiers et bâtir un projet fédérateur, acceptable sur le plan social et permettant à Air France et à Air France-KLM de croître de manière rentable.

Pour autant, à l'heure où certains concurrents annoncent ou vont annoncer de nouvelles mesures de productivité (Lufthansa a trouvé un accord avec ses PNC qui sera présenté le 5 juillet), un tel statu quo avec les PNC ne fera qu'accentuer l'écart de compétitivité entre  Air France et ses concurrents, lequel s'élève aujourd'hui à environ 40% pour les PNC.

Tensions sur les recettes unitaires

Surtout il n'est pas sûr que la proposition d'accord soit acceptée par les syndicats. Certains jugent « inacceptable » une reconduction de 17 mois de l'accord et demandent une reconduction pour une durée de ....5 ans.

Un statu quo serait d'autant plus inquiétant que selon plusieurs sources, les évolutions de recette unitaire sont préoccupantes et l'été s'annonce moins bon que l'année dernière.

Quand bien même la direction parvenait à déminer le conflit avec les PNC, il lui resterait encore à trouver un point d'entente avec les pilotes à l'automne. Or à ce stade, il est difficile d'imaginer le bureau du SNPL accepter demain ce qu'il a refusé hier. Surtout, accepteront-ils de bouger à l'automne si les PNC obtiennent un nouveau sursis? Pas sûr, même si la direction et les autres catégories du personnel leur rappelleront qu'ils n'ont pas rendu la copie du plan Transform, censé s'être achevé..fin 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2016 à 9:00 :
@ delta
Il y a bien longtemps que les pnc qui font la navette ne rentrent pas chez eux tous les soirs.
Commenter c'est bien, écrire des inepties, un peu moins
S'informer avant de commenter, c'est ça le plus important.
a écrit le 03/07/2016 à 9:31 :
Le message est clair à air France
On laisse donc les syndicats faire ce qu'ils veulent au détriment de la compagnie

La présidentielle arrive et il ne faut pas que les grèves continuent
L'avenir de la compagnie est le cadet des soucis du nouveau PDG

La faillite sera sûrement un jour la seule solution de réforme comme la fin de L URSS.
a écrit le 02/07/2016 à 20:16 :
Ce que je remarque sur les vols de onze heures que j'effectue souvent sur l.océan indien sur AF c'est qu'une fois le repas servi tout le monde va au dodo !
Sauf un ou deux personnes de garde à tour de rôle.
Il y a en effet des couchettes pour les PNC, et le plus drôle est qu'il est inscrit de ne pas s'y mettre par deux !!!
Alors travail de nuit décalage horaire il y a des métiers plus pénible.

Et puis on en a ras le bol de recapitaliser cette compagnie avec nos impôts !

Laissons AF d'auto détruire et repartons à zéro. Ou tout simplement développons Transavia Hop et KLM.
Réponse de le 03/07/2016 à 0:33 :
@masson - votre commentaire est une caricature - Air France est privatisé depuis de nombreuses années ce qui fait qu'aucune recapitalisation d'état (bien qu'actionnaire) n'a été opérée avec VOS impôts depuis au moins une décennie ... plouf - Concernant votre "perception" de notre métier en vol , votre analyse de la pénibilité est peu pertinente ... - Pour revenir sur le fond du sujet , la compétitivité des PN comparée a ceux de LH - il faudrait sans doute prendre en compte les coûts imposés par notre gouvernement actionnaire ( taxe chirac , redevance ADP, charges sociales exorbitantes en France ... La compétitivité d'un salarié ( salaire payé/travail réalisé) ... dans ce supposé gap de 40 % une part belle aux charges sociales et taxes diverses - Notre président s'octroie 65 % de salaires variable avant de se faire éjecté pour ses résultats financiers : désendetter le groupe AF-KLM !!! Je crois qu'on peux seulement admettre que les effets de la chute des cours de brent qui ont pu avoir un effet positif sur le désendettement - le reste c'est de la retorique , du commentaire voir de la discussion de comptoir - Et bim
Réponse de le 03/07/2016 à 13:53 :
Votre réflexion montre une méconnaissance du sujet. Il est peut être écrit de ne pas s'y mettre à deux on parle dans les couchettes, car il n'y a qu'un masque, mais autant de PNC peuvent descendre qu'il y a de couchettes.
Sur un vol de 12h que voulez vous que les PNC fassent si il n'y a pas de prestations prévu, surtout sur un vol de nuit, où vous passez votre temps à dormir. Vous ne souhaitez tout de même pas être sollicité toutes les 5 minutes comme chez Ryanair
a écrit le 02/07/2016 à 15:35 :
@Harpagon
Vous vous attachez aux heures de nuit , mais ce n''est pas ça le plus pénible .
Etre constamment en décalage horaire est épuisant à la longue pour l'horloge interne de l'individu .Il y a entre huit et dix heures de différence entre la côte ouest américaine ou l'extrême orient et l'Europe .
Et je puis vous assurer que les repos consécutifs aux vols n'effacent que très partiellement cette fatigue .
a écrit le 02/07/2016 à 11:10 :
Le long préavis des hôtesses aura porté ses fruits puisque la simple inflexion des réservations estivales à suffit à persuader la direction.
J'aime bien votre titre sur le "déminage" mais je crois plus à l'instar de la gestion du conflit avec les pilotes à une intervention de Janaillac en sous main car nommé le 4/7 seulement.
Erreur de vouloir faire signer les pilotes en premier une nouvelle fois démontrée. D'autant que cette profession n'a pas la même côte que les autres dans la mesure où toutes les Cies du monde cherchent à embaucher et que AF est déjà en sous effectif...
Il est remarqué que Mr Gâteau n'aura pas apporté de changement de perspective nu de vocabulaire, même si tous les espoirs sont encore reportés sur Mr Janaillac...
a écrit le 02/07/2016 à 8:44 :
17 mois, c'est bien. Cela permet à la nouvelle direction de ne rien régler du tout et de passer la patate chaude aux nouveaux dirigeants qui seront nommés après l'élection présidentielle.
Qui se souvient de l'action de M. Friedman, éphémère PDG d'Air France, nommé car ami de M. Chirac et dégommé quelques mois après suite à un changement de majorité car ami de M. Chirac.
a écrit le 02/07/2016 à 1:42 :
On en demande toujours sans vraiment voir les contrainte des métiers (decouchés hors domicile,divorce qui explosent etc) à air France comme à la sncf comme les autocaristes ou chauffeurs pl etc...loi travail mais on presse on presse jusque quand? Pendant ce temps là les cadres se la coulent douce et les dividendes pleuvent mais pour combien de temps?
Réponse de le 02/07/2016 à 9:06 :
Tout à fait d'accord avec vous. Les accords actuels permettent de faire 5 allers et retours côte est des USA/Canada. Cela représente 5 nuits dans l'avion, et 60 heures de décalage horaire cumulé.
Mois après mois, un rythme comme celui ci est difficile à tenir. C'est l'accumulation de la fatigue qui devient difficile à gérer.
C'est un beau métier, mais il faut l'avoir exercé pour se rendre compte de sa pénibilité. On ne s'habitue jamais aux nuits et au décalage horaire. Chacun tente de le gérer comme il peut.
Réponse de le 02/07/2016 à 10:35 :
Informer partiellement, c'est mentir. 5 nuits dans l'avion soit mais combien de temps de récupération ? Si vous préférez celui ou celle qui fait 5 nuits par mois pour conduire des passagers aux Etats-Unis, il ou elle fait quoi d'autre dans le mois ? C'est ça qui serait intéressant pour les voyageurs.
C'est comme les infirmières de nuit, certes elles travaillent de nuit mais la plupart sont volontaires pour ce travail, car elles préfèrent cela à travailler de jour : la nuit à part les grands malades, beaucoup dorment donc le rythme de travail est bien plus calme que le jour. La preuve, les médecins sont de garde la nuit et travaillent le jour, ils sont pourtant fait de chair et d'os comme les autres. S'ils travaillaient la nuit au même rythme que le jour au bout de 28 h de garde, nous aurions des "erreurs humaines" en quantité dans les salles d'opération.
Réponse de le 02/07/2016 à 10:38 :
Réponse à Sergio bis :Il faut lire 18 h de garde pas 28 H, une garde fait 24 h, j'ai changé un chiffre et oublié l'autre :).
Réponse de le 02/07/2016 à 14:50 :
C'est bien ce que je dis, il faut exercer ces métiers, en subir les contraintes, pour pouvoir en juger.
Je n'ai pas de jugement sur le travail des infirmières, les médecins car je ne suis pas compétent pour apprécier les difficultés inhérentes à leur métier.
Réponse de le 03/07/2016 à 14:11 :
Lorsqu'ils ont postulé, ils connaissaient les inconvénients du métier, et maintenant ils trouvent cela trop dure?? Ben ils ont la possibilité de passer sur la navette pour éviter les décalages horaires et rentrer chez eux tous les soirs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :