Air France : la direction propose un pacte de croissance aux salariés pour sortir de la grève

Le directeur général d'Air France propose d'ouvrir une négociation pluriannuelle sur les salaires, incluant les années 2019-2021.
Fabrice Gliszczynski

4 mn

(Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)

Pour sortir du conflit sur les salaires dans lequel elle est engluée depuis six semaines et qui lui a déjà coûté 170 millions d'euros, la direction fait une nouvelle proposition aux syndicats. Dans un courrier, que La Tribune s'est procuré, le directeur général Franck Terner s'adresse ainsi aux salariés :

"J'ai fait une proposition aux organisations syndicales représentatives : ouvrir immédiatement une négociation pluriannuelle sur les salaires, incluant les années 2019 à 2021. Cette négociation, intercatégorielle, sera l'occasion de conclure un véritable "pacte de croissance". La dimension pluriannuelle permettra d'inscrire dans le temps des mesures salariales que la compagnie ne peut pas supporter de façon brutale. Afin de mettre un terme à ce conflit, nous proposerons, dans le cadre de cette négociation, qu'une partie des mesures d'augmentation générale des salaires 2019-2021 s'applique dès le 1er avril 2018, à hauteur de 1%. Cette augmentation s'ajouterait à celle de 1% déjà décidée pour 2018, portant l'augmentation générale à 2%", explique Franck Terner.

Au total, a expliqué Gilles Gateau, le directeur des ressources humaines, "ces 2% combinées aux augmentations individuelles de 1,4% (au sol), permet donc d'augmenter salaires de 3,4%. Parmi les 100 plus grandes entreprises, il n'y a qu'une entreprise en France, dans le secteur du luxe, qui a accordé plus (4%)".

Vendredi dernier, le PDG d'Air France-KLM Jean-Marc Janaillac ayant indiqué qu'avec une hausse de salaire de 1%, l'intéressement et le GVT ("glissement vieillesse technicité"), la masse salariale augmentait en 2018 de 4,5%. Avec 1% supplémentaire, elle progresserait donc de 5,5%.

En contrepartie, la direction demande une suspension de la grève pendant les négociations qu'elle propose de commencer dès ce jeudi.

Pour rappel, l'Intersyndicale exige une augmentation salariale de 6% pour tous les salariés (hors intéressement et hors GVT) pour rattraper l'inflation perdue par le gel des grilles depuis 2011 (les pilotes réclament même 4,7% de hausse supplémentaires) en expliquant que la compagnie a dégagé le meilleur résultat d'exploitation de son histoire (588 millions d'euros). Une telle hausse représenterait un surcoût structurel de 240 millions d'euros pour la compagnie. La direction refuse. Accepter, ce serait « compromettre l'avenir d'Air France », a déclaré le Pdg d'Air France-KLM ce vendredi sur les ondes de RTL, en précisant que, si les grilles de salaire avaient été gelées depuis 2011, les rémunérations avaient augmenté à un niveau supérieur à l'inflation en raison du GVT ("glissement vieillesse technicité") pour la majorité des salariés (90%).

La direction a jusqu'ici maintenu la hausse de 1% des grilles salariales (assortie d'une enveloppe d'augmentations individuelles pour le personnel au sol équivalent à 1,5% de hausse pour les seuls personnels au sol, dans la mesure où ce type d'augmentations sont régies pour les navigants par des accords spécifiques), qui avait fait l'objet d'un accord en février avec la CFDT et la CFE CGC, accompagnée d'un doublement de l'intéressement, à 60 millions d'euros.

Accord gagnant-gagnant avec les pilotes

Dans le même temps, la direction entend continuer à négocier avec les pilotes un accord gagnant-gagnant, prévoyant une hausse de rémunération pluriannuelle pour les pilotes contre des mesures permettant à l'entreprise de faire des économies, que ce soit des mesures sur l'entrée de l'A350 dans la flotte, sur le protocole instructeur du B787 ou encore l'extension du périmètre de Transavia, dont la flotte maximale est aujourd'hui fixée à 40 avions par un accord signé par la direction et celle du SNPL.

"Je souhaite vivement que notre proposition permette de suspendre ce conflit. Ne pas lever les préavis de grève déposés, alors que nous serions en négociation, serait incompréhensible. Refuser cette main tendue serait une lourde responsabilité", a-t-il précisé, en expliquant que ce conflit était largement minoritaire dans l'entreprise, avec un nombre de salariés en grève est passé de 22%, le 22 février, à moins de 9% aujourd'hui.

"Ces grèves ont des répercussions dramatiques pour nos clients, notre image et nos résultats. impactant ainsi nos capacités d'investissements et le montant de l'intéressement à verser l'an prochain", a t-il ajouté.

Les pilotes ne sont pas convaincus

Sollicités par l'AFP, les syndicats de pilotes, le SNPL et le Spaf, ont peu goûté cette communication.

"Nous aurions aimé l'apprendre autrement que par un mail adressé à tous les personnels, parlant de négociations qui n'ont pas eu lieu!", a réagi Grégoire Aplincourt, président du deuxième syndicat de pilotes (Spaf).

"Le courriel de Franck Terner est un peu méprisant dans ses termes" et il propose "quelque chose qui n'a ni queue ni tête", a commenté Philippe Evain, le président du SNPL Air France.

Selon lui, le dirigeant de la compagnie "propose de lever le conflit" sans rien obtenir de concret en échange. "C'est vraiment pas sérieux et pas à la hauteur de la problématique", qui est de "rembourser" l'argent que le personnel a "prêté" à la compagnie ces derniers années, a-t-il insisté.

L'intersyndicale s'exprimera mercredi à 11H00 devant le siège de la compagnie à Roissy, où un rassemblement de grévistes est prévu.

   

Fabrice Gliszczynski

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 11/04/2018 à 14:37
Signaler
@gina G le lien que vous donnez prouve bien que les salaires ne sont pas les plus élevés du monde . les pilotes AF partent bien à 65 ans et ceux de Lufthansa ont eu une augmentation bien plus substantielle que celle que réclament les syndicats fr...

à écrit le 11/04/2018 à 14:36
Signaler
@gina G le lien que vous donnez prouve bien que les salaires ne sont pas les plus élevés du monde . les pilotes AF partent bien à 65 ans et ceux de Lufthansa ont eu une augmentation bien plus substantielle que celle que réclament les syndicats fr...

à écrit le 11/04/2018 à 10:37
Signaler
Pourquoi ne pas laisser AF géréé comme une coopérative avec des salariés élus comme dirigeants.

à écrit le 11/04/2018 à 7:07
Signaler
Les entreprises comme AF son dependant du prix du petrole. Le cours a été bas ces derniers mois mais avec la guerre TRUMP-CHINE, le Kerozen est en train de grimper. Pas étonnant que la direction d'AF ne veux pas ceder. On rappellera que les pilotes d...

le 11/04/2018 à 11:50
Signaler
Eh non , d’apres Mr Spohr , PDG de lufthansa , les meilleurs salaires pour les pilotes sont chez KLM puis Lufthansa puis AF . Sans parler de l’age de départ à la retraite ( 58 ans chez Klm pour 65 chez af...) Pour ce qui est des heures (parlez vous ...

le 11/04/2018 à 13:44
Signaler
Les pilotes d’AF partent en retraite à 65 ans!!!! Ah ah ah vous me faites bien rire. http://www.air-journal.fr/2018-03-31-quels-sont-les-salaires-des-personnels-dair-france-5196713.html

le 11/04/2018 à 15:19
Signaler
Depuis le 1er janvier 2010.... https://www.ladepeche.fr/article/2008/10/31/485620-assemblee-porte-65-ans-age-retraite-pilotes-hotesses-air.html Heureux que votre ignorance vous fasse rire ... C’est déjà ça.... Pour ce qui est de l’article que vo...

à écrit le 10/04/2018 à 20:26
Signaler
La direction AF continue de pénaliser les clients au lieu d'accepter des revendications largement justifiés. En allemagne 2 millions de fonctionnaires demandent 10%, les salariés metal ont obtenu 4.5%. Lufhtansa aussi en greve. Solidarité avec les gr...

à écrit le 10/04/2018 à 18:42
Signaler
Comme on pouvait s'y attendre la direction d'AF commence à lâcher du lest montrant par là sa fébrilité et donc sa faiblesse face au mouvement social. Cette attitude va certainement pousser les syndicats à maintenir leurs exigences et in fine obtenir...

à écrit le 10/04/2018 à 18:38
Signaler
Comme on pouvait s'y attendre la direction d'AF commence à lâcher du lest montrant par là sa fébrilité et donc sa faiblesse face au mouvement social. Cette attitude va certainement pousser les syndicats à maintenir leurs exigences et in fine obtenir...

à écrit le 10/04/2018 à 18:27
Signaler
"J'ai fait une proposition aux organisations syndicales représentatives : ouvrir immédiatement une négociation pluriannuelle sur les salaires, incluant les années 2019 à 2021". On peut rappeler que périodicité des négociations obligatoires a chang...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.