Air France : un « Oui » au référendum ne changerait pas l'équation économique

 |   |  655  mots
Comme ce fut le cas en 1994, le Oui ouvrirait la voie à un avenir radieux quand le Non plongerait l'entreprise dans le chaos.
Comme ce fut le cas en 1994, le "Oui" ouvrirait la voie à un avenir radieux quand le "Non" plongerait l'entreprise dans le chaos. (Crédits : Marcus Donner)
Vendredi 4 mai, en fin de journée, Air France communiquera le résultat de la consultation lancée auprès de ses salariés sur sa proposition d'augmentation salariale. En cas de victoire du "Non", le Pdg d'Air France-KLM démissionnera. Si le "Oui" l'emporte, le différend salarial pourra être tranché mais les grandes questions stratégiques ne seront pas réglées.

À deux jours du résultat du référendum de la direction d'Air France sur sa proposition d'augmentation salariale (+7% de 2018 à 2021) destiné à court-circuiter une intersyndicale arc-boutée sur sa revendication d'une hausse de +5,1% pour la seule année 2018, nombreux sont ceux parmi les salariés, les hommes politiques ou observateurs en tout genre, qui n'hésitent pas à faire le parallèle avec le référendum salvateur de 1994 gagné par le président de l'époque Christian Blanc.

"Oui pour l'avenir d'Air France"

Ils appellent à voter "Oui" pour soutenir la stratégie de croissance du Président actuel, Jean-Marc Janaillac, lequel a promis de quitter ses fonctions en cas de victoire du "Non" », et pour donner "un avenir" à la compagnie. Comme ce fut le cas en 1994, le "Oui" ouvrirait la voie à un avenir radieux quand le "Non" plongerait l'entreprise dans le chaos. Le scénario du départ de Jean-Marc Janaillac et d'une intersyndicale toute puissante paralyserait en effet une compagnie qui n'avait déjà pas beaucoup bougé depuis les 15 jours de grève des pilotes en 2014. Le temps de lancer le processus de recrutement d'un nouveau Pdg et que ce dernier s'empare des dossiers de la compagnie, il faudrait pratiquement un an avant de relancer la machine. Pour autant, la victoire du "Oui" ne garantirait pas un avenir plus serein à Air France comme ce fut le cas en 1994, quand bien même la participation et le résultat devaient tourner au plébiscite pour Jean-Marc Janaillac.

Car les deux référendums n'ont de point commun que le nom. Le premier portait sur un projet industriel d'envergure visant à sauver une compagnie qui était cliniquement morte quand le second ne doit trancher qu'un « simple » différend salarial dans une compagnie qui, même si elle est en retard par rapport à ses concurrents, a enregistré sa meilleure année financière en 2017.

Même en cas de "Oui" franc et massif comme ce fut le cas en 1994 (83,55% de participation et 82% de salariés favorables au plan de Blanc), la problématique d'Air France ne changera pas. Certes, il pourrait permettre à la direction de remettre à la signature des syndicats sa proposition salariale que pourraient signer plus facilement certains syndicats.

Mais, la compagnie devra toujours trouver les moyens d'être suffisamment solide pour non seulement financer sa croissance mais aussi pour résister à un retournement de l'environnement. Déjà, avec une victoire du "Oui", Air France augmenterait ses coûts alors que sa situation compétitive demande qu'elle les baisse (d'autant plus qu'elle a échoué l'an dernier à tenir son objectif de baisses des coûts unitaires de 1,5%), et ne serait par ailleurs sûre de mettre fin à cette grève qui a déjà coûté 300 millions d'euros, même si celle-ci, de moins en moins suivie, risque de s'éteindre d'elle-même.

Plan stratégique

Surtout, même avec une victoire du "Oui", les grandes mesures stratégiques resteront à prendre. Soit dans le cadre des négociations spécifiques avec les pilotes en échange d'une hausse de rémunération, comme cela est envisagé pour le développement de la low-cost Transavia pour lequel l'accord des pilotes est obligatoire, soit dans le cadre du plan stratégique qui doit être présenté en septembre, lequel doit notamment se pencher sur des dossiers aussi lourds que la restructuration de Hop et de tout le réseau court-courrier ou le démarrage ou pas d'une activité low-cost long-courrier. Le tout déterminant de grosses commandes d'avions. Or, dans une entreprise une nouvelle fois déchirée avec une ambiance détestable entre les salariés, un référendum qui désavouerait les syndicats risquerait d'influencer les mesures à prendre. Pour ne pas heurter davantage des syndicats dont l'irritation serait décuplée par la victoire du "Oui" au référendum, la direction oserait-elle prendre en effet les décisions nécessaires à ses yeux pour s'adapter à un monde qui bouge ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2018 à 17:03 :
L'équation est elle à 100 % économique ?
That is le problème et je partage l'opinion de St.ex ..Vivement les avions qui n'auront plus besoin de pilotes : on a déjà grace à l'IA la voiture et le camion autonome , l'avion autonome c'est pour demain et demain c'est presqu'aujourd'ui !
a écrit le 03/05/2018 à 14:18 :
En effet cela ne changera rien. Tant que la capacité de nuisance des pilotes, qui constituent une caste d'hyper privilégiés sera intact, Air France ne s'en sortira pas. Quant à son président, cela aura été son "bâton de maréchal" et il se satisfera de partir en retraite. Espérons que ce ne sera pas Guillaume Pépy son successeur ! après avoir coulé la SNCF il achèverait Air France !
Réponse de le 03/05/2018 à 14:52 :
"une caste d'hyper privilégiés" .(sic)
La jalousie est souvent mauvaise conseillère... Cela fait longtemps que les conditions et avancements de carrières sont supérieurs chez KLM grâce aux charges externes plus faibles.
Si "en effet cela ne changera rien", c'est à cause des surtaxes françaises.
Prenez les taxes aéroportuaires par exemple: elles baissent à Amsterdam quand elles montent à CDG! Mais il est vrai qu'il faut bien habiller la future mariée ADP...
Réponse de le 03/05/2018 à 17:31 :
D'accord avec Guillaume met les pilotes et leur attitude ne sont pas seuls responsables de l'état lamentable d'AF.
Ayant son hub à Paris AF a des charges plus élevées que les autres compagnies certes mais cela n'explique pas tout il y a évidemment un problème de gestion.
Concernant les pilotes , au vu de l'explosion du trafic aérien une pénurie s'annonce qui va entrainer une inflation des salaires sur fond de concurrence entre compagnies notamment celles chinoises qui recrutent des pilotes européens en les rétribuant 50% de plus qu'en Europe.

Le mouvement social actuel va couter cher et une augmentation des salaires de 7% sur les 3 ans à venir que propose la direction d'AF signifie environ 280M€ de surcout qui va se traduire par une augmentation du prix des billets d'AF

AF est dans lla même situation qu'en 1994 année où elle aurait du disparaître sauvée par une augmentation de capital de l'état actionnaire de 20 Milliards de Francs.
Ce sauvetage ne sera pas possible cette fois et AF risque de disparaitre .
Pour ADP cette disparition n'aura aucune conséquence car d'autres compagnies récupèreront les créneaux de vol libérés et paieront plus de taxes.

Bref AF est une compagnie vouée à la disparition et vu son niveau de service personne les clients ne pourront qu'être gagnants.
a écrit le 03/05/2018 à 13:22 :
La solution consiste à appliquer la note n°6 du CAE avec une allocation universelle pour respecter l'équité. Mais qui est capable de le comprendre? Demandez l'avis de notre prix Nobel d'économie. c'est ce que font les Allemands et les Suédois; ça marche chez eux.
a écrit le 03/05/2018 à 13:21 :
La solution consiste à appliquer la note n°6 du CAE avec une allocation universelle pour respecter l'équité. Mais qui est capable de le comprendre? Demandez l'avis de notre prix Nobel d'économie. c'est ce que font les Allemands et les Suédois; ça marche chez eux.
a écrit le 03/05/2018 à 8:39 :
PAN AM, TWA, autant de compagnies prestigieuses qui n’ont pas su ni vu venir la concurrence sont restées arqueboutées sur leur prestige supposé et en sont mortes.
Réponse de le 04/05/2018 à 4:30 :
Il reste de la memoire vive en Navarre. Et c'est tant mieux. TWA etait un mastodonte quand j'etais gosse, il n'en reste rien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :