BlaBlaCar débarque en Amérique en rachetant le Mexicain Rides

 |   |  327  mots
BlaBlaCar est leader en Europe du covoiturage. Il ambitionne désormais de s'exporter en Amérique.
BlaBlaCar est leader en Europe du covoiturage. Il ambitionne désormais de s'exporter en Amérique. (Crédits : DR)
Après le rachat d'un concurrent allemand la semaine dernière, BlaBlaCar se lance en Amérique en rachetant Rides, au Mexique.

La start-up française Blablacar a annoncé mercredi l'acquisition de la plate-forme mexicaine de covoiturage Rides, sans dévoiler de montant, et s'implante ainsi sur le continent américain, une semaine après le rachat de ses concurrents allemand et hongrois.

"Blablacar annonce aujourd'hui l'ouverture de son service au Mexique, après l'acquisition de la plate-forme de covoiturage locale, Rides. C'est la première incursion de la start-up française sur le continent américain", indique dans un communiqué la société, qui revendique plus de 20 millions de membres, désormais dans 19 pays.

Le prix du carburant, vecteur de croissance pour BlaBlaCar

"Après la suppression des subventions à l'essence, les Mexicains ont subi, depuis 2010, une hausse de 72% des prix à la pompe. Par ailleurs, le Mexique ne dispose pas d'infrastructures ferroviaires adéquates permettant de relier les 14 villes de plus d'un million d'habitants du pays", ajoute Blablacar.

Elle précise qu'"en deux ans, la startup Rides a connu une forte croissance et a fait entrer le covoiturage dans les moeurs au Mexique. C'est le témoignage du besoin réel qu'ont les Mexicains pour un moyen de transport économique comme le covoiturage".

Créé en 2006 sous le nom de "covoiturage.com", Blablacar a annoncé le 15 avril l'acquisition de son principal rival, l'allemand Carpooling.com, et de la société hongroise AutoHop, sans révéler de montants.

Une croissance financée par des levées de fonds records

Sa stratégie européenne remonte à 2009, quand elle s'est implantée en Espagne. Elle s'est ensuite exportée au Royaume-Uni en 2010, au Portugal, en Italie, au Benelux et en Pologne en 2012, en Allemagne en 2013.

Depuis 2014, elle se tourne vers les marchés émergents: elle a pris pied en Russie, en Ukraine, en Turquie et en Inde.

Cet essor a été financé par des levées de fonds exponentielles: 10 millions de dollars en 2012, puis 100 millions de dollars (73 millions d'euros) en juillet 2014, une somme record pour une start-up française.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :