Chantiers navals Piriou : déjà 10 % du chiffre d’affaires dans le transport décarboné

Les chantiers Piriou vont construire un deuxième voilier-cargo pour le compte du transporteur finistérien Towt. Cette quatrième commande de navire de transport de marchandises fondé sur la propulsion vélique fait du groupe de construction navale basé Concarneau un acteur clé du transport décarboné. Cette activité, qui compte aussi la conception de navires hybrides, croit chaque année depuis deux ans.
Vue 3D des  piliers-cargos que les chantiers Piriou livreront au transporteur Towt en 2023 et 2024.
Vue 3D des piliers-cargos que les chantiers Piriou livreront au transporteur Towt en 2023 et 2024. (Crédits : Piriou)

« Il y a les gens qui parlent de décarbonation et qui conseillent les autres, je préfère ceux qui la font ». A l'occasion du Forum économique breton, jeudi 1er septembre à Saint-Malo, Vincent Faujour, président du groupe concernais de construction et d'ingénierie navale Piriou a lancé cette petite pique à l'encontre des experts en greenwashing lors d'une table ronde sur le nouveau Club des ETI de Bretagne dont il est membre.

 « Le transport décarboné représente déjà plus de 10% de notre chiffre d'affaires » a ajouté le dirigeant. Le chiffres d'affaires prévisionnel de 2022  tablait sur un pourcentage de 15% mais le groupe a dû faire face à des décalages de prises de contrats. 

Avec plusieurs projets déjà en commande, les chantiers Piriou entendent se placer à la pointe de l'innovation pour mettre en avant les technologies véliques et contribuer à la décarbonation du transport maritime. L'entreprise a d'ailleurs annoncé le 30 août un nouveau contrat : la construction d'un deuxième voilier-cargo de 81 mètres de long pour le compte du transporteur finistérien à la voile Towt (Transoceanic wind transport).

3.000 tonnes de CO2 économisées par an

Conçu pour réaliser 320 jours de mer par an et pour une navigation effectuée à la voile sur 90 ou 95% du temps, ce navire est livrable au printemps 2024. Il sera le sister-ship du premier grand voilier commandé par Towt en janvier 2022 et programmé pour fin 2023.

« La construction de la première unité débutera sur le site Piriou de Giurgiu en Roumanie dans les prochaines semaines puis le navire rejoindra Concarneau à l'été 2023 pour la phase d'armement » détaille l'entreprise. Forts d'un équipage de sept à douze personnes, ces voiliers géants qui auront Le Havre pour port d'attache, affichent une capacité d'emport de marchandises de 1.100 tonnes. Cela représente jusqu'à 20.000 tonnes de marchandises acheminées par an et une économie annuelle de 3.000 tonnes de CO2.

Du Persévérance à Grain de Sail II

La propulsion vélique, et plus largement les navires à faibles émissions, sont un axe important de diversification pour les chantiers Piriou. « À ce stade, notre ambition est de faire progresser le pourcentage de cette activité chaque année », confirme Vincent Faujour à La Tribune.

Employant un millier de salariés, dont un peu plus de la moitié en France, pour 250 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2021, le groupe table sur un revenu en hausse à 280 millions d'euros pour 2022 et précisera prochainement les contours de son exercice 2023. Globalement, il entrevoit que l'activité décarbonée pourrait contribuer pour 20 à 30% de son activité à l'horizon 2025.

Outre les deux contrats avec Towt, l'activité vélique des chantiers a aussi le vent en poupe grâce à deux autres projets emblématiques. D'abord, la construction du voilier avitailleur Persévérance pour le compte de Septième Continent la société de Jean-Louis Étienne. Le chantier a démarré en février dernier sur le site Piriou au Vietnam pour une livraison début 2023.

Cette goélette de 42 mètres, dotée d'une coque en aluminium renforcé et de deux mâts de 33 mètres de hauteur, aura pour mission de ravitailler la station océanographique dérivante Polar Pod entre 2023 et 2026. « En février dernier, nous avons aussi signé le contrat de construction du Grain de Sail 2, un voilier-cargo de plus de 350 tonnes de capacité d'emport dont la livraison est prévue pour fin 2023 » ajoute Vincent Faujour.

Acteur de la filière hydrogène française

En matière de bateaux à propulsion innovante, les chantiers Piriou sont également occupés par un autre projet mêlant électricité et hydrogène : une drague hybride de 70 mètres qui sera livrée à la région Occitanie fin 2023. Elle est destinée à l'entretien par aspiration des ports du Golfe du Lion.

L'utilisation d'une pile à hydrogène devrait permettre d'économiser jusqu'à 20% de la consommation en gasoil du navire. « L'intégration d'une pile à combustible, de batteries et de conteneurs de stockage d'hydrogène sur une drague marque un vrai défi technologique », fait valoir Vincent Faujour.

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.