Et si l'Etat vendait les aéroports de Nice et Lyon à un groupe turc ?

Le groupe turc Limak aurait l'offre indicative la plus élevée pour le rachat des 60% que détient l'Etat dans l'aéroport de Nice. A Lyon, il pourrait rejoindre le consortium regroupant l'aéroport de Genève et le fonds d'investissement Cube. Les offres fermes doivent être déposées avant le 4 juillet.
Fabrice Gliszczynski

4 mn

(Crédits : Reuters)

Après la vente de l'aéroport de Toulouse à un groupe chinois, l'Etat va-t-il céder ses 60% qu'il détient dans le capital des aéroports de Nice et de Lyon à un groupe turc? Le scénario n'est pas à exclure, à Nice notamment, dans la mesure où l'offre du groupe turc Limak ressort en tête, à l'issue du dépôt des offres indicatives. Elle représenterait, selon une source proche du gouvernement, un multiple Ebitda « équivalent » à celui qui a permis au groupe chinois de l'emporter à Toulouse (18 fois l'Ebitda quand les finalistes, Vinci et ADP proposaient 16 fois l'Ebitda), les autres candidats seraient plutôt sur des multiples de 14 ou 15. Ce multiple de 18 valorise l'aéroport niçois à 1,8 milliard d'euros.

Estrosi ne veut pas de cession à un groupe étranger

Le groupe Limak fait partie des entreprises choisies par le gouvernement turc pour la construction et le management du nouvel aéroport d'Istanbul. Malgré cette expérience aéroportuaire et sa solidité financière, cette candidature fait des vagues sur les rives de la baie des Anges.

Ce matin, dans Nice Matin, Christian Estrosi, président LR de la métropole Nice Côte d'Azur, ne veut pas entendre parler du groupe turc.

"Alors que nous sommes en état d'urgence, en état de guerre même, c'est tout simplement inadmissible de permettre à une puissance étrangère de s'emparer d'un tel outil stratégique de la Côte d'Azur", a-t-il déclaré.

Le gouvernement est forcément dans l'embarras. Il ne peut pas exclure un groupe étranger de la compétition au motif qu'il est étranger, alors qu'Ankara ne s'est pas opposé à la prise de participation de 38% du groupe ADP dans le gestionnaire aéroportuaire turc TAV. Surtout, si ce candidat répond au cahier des charges et est prêt à faire le plus gros chèque. Car le prix est le principal critère du choix du vainqueur.

La jurisprudence du CIC

A l'issue d'un recours déposé au Conseil d'Etat par la Société Générale lors de la privatisation du CIC en 1997, le Conseil d'Etat avait considéré en 1998 qu'une si une offre inférieure de 2% seulement à la meilleure offre pouvait l'emporter si le projet industriel était estimé meilleur. Or ces 2% ne représentent pas grand chose. Et pour refuser l'offre turque si celle-ci était bien la plus élevée, il faudrait une offre dans les mêmes eaux avec un meilleur projet industriel.

La Commission des participations et des transferts (CPT) reste en effet très attentive pour que la prééminence du prix, soit respectée.

"Si le vendeur s'écarte trop de cela, il y a un risque de contentieux", fait valoir un observateur.

Quelle rentabilité à venir ? Les avis divervgent

Rien n'est joué évidemment. Les candidats ont jusqu'au 4 juillet pour déposer leur offre ferme. Outre Limak, sont également candidats l'italien Atlantia, déjà opérateur de l'aéroport de Rome, associé pour une participation minoritaire avec EDF Invest (la branche d'investissement d'EDF) ; le quatuor Ardian-Siparex-Caisses d'épargne-JCDecaux ; Industry Fund Management (IFM) ; le groupe espagnol d'infrastructures Ferrovial associé au fonds Meridiam ; le trio Vinci-CDC-Predica, l'assureur allemand Allianz associé à Global Infrastructure Partners (GIP), et enfin d'aéroport de Zurich en tandem avec le fonds de pension CPPIB (Canadian Pension Plan Investment Board).

Problème, la valorisation semble difficile. Selon nos informations, la banque conseil de l'Etat, Mediobanca, a convoqué chaque candidat pour leur indiquer que les attentes de rentabilité sont largement supérieures à celles présentées par la direction. La divergence est de taille puisqu'elle va du simple au double. La banque table sur un Ebidta de l'ordre de 500 millions d'euros à la fin de la concession en 2044, quand le management avançait environ 250 millions d'euros. Par ailleurs, à Nice, l'Etat est, selon deux sources, en train de recruter une deuxième banque conseil. HSBC serait favorite.

Alliance à Lyon?

A Lyon, le groupe turc est également en lice. Selon nos informations, des discussions étaient très avancées en début de semaine entre Limak et le consortium regroupant l'aéroport de Genève et le fonds Cube. Ardian-Siparex-Caisses d'épargne-Decaux, IFM, Ferrovial-Meridiam, Vinci-CDC-Predica sont aussi prétendants pour Lyon, le groupe australien d'investissement Macquarie allié à la holding FFP de la famille Peugeot, dont l'intérêt pourrait aller jusqu'à 20%-25%. Selon Reuters, Atlantia, serait également candidat.

Fabrice Gliszczynski

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 27/06/2016 à 0:08
Signaler
J'approuve, et en plus c'est hilarant : "Réponse de Pif Paf Pof le 24/06/2016 à 22:16 : Va falloir penser à renommer de suite le projet NDDL : en vue d'une revente à la Turquie une fois fini... pour plaire aux futurs acheteurs : Air-Dogan, ça s...

à écrit le 26/06/2016 à 16:32
Signaler
C'est surtout l'Elysée qui devrait être vendu ... Avec ses locataires!

à écrit le 26/06/2016 à 4:27
Signaler
On ne vend pas ce qui a été payé avec nos impôt pour récupérer de l'argent qui disparaitra je ne sais ou. C'est quoi cette comptabilité de voleurs ?

à écrit le 26/06/2016 à 0:03
Signaler
Pour ma part, je refuserai l'offre des turque,,,, ne pas oublier l'arnaque de l'aéroport d'Ankara lors de sa vente au aéroport de Paris.... donc il vos mieux moins d'argent et ne pas être dessus plus tard...

à écrit le 25/06/2016 à 17:58
Signaler
Une bonne chose, ça renflouerait les caisses !

à écrit le 25/06/2016 à 11:48
Signaler
Et si la Turquie rachetait la France pour y parquer les migrants :-)

à écrit le 25/06/2016 à 10:49
Signaler
Vous auriez pu rappeler aussi dans quelles conditions s'est fait le rachat par ADP de l'aéroport Turc : annonce de la fermeture dudit aéroport avec ouverture d'un nouveau après le rachat. Une concession de quelques années payée plusieurs milliards, q...

à écrit le 25/06/2016 à 10:18
Signaler
Avec M.Estrosi si c'est sur la côte d'azur il ne faut pas le vendre à un étranger par contre si cela est ailleurs ça ne le dérange pas. Belle mentalité. Comme partout que le meilleurs gagne. Quoi qu'il en soit si c'est un étranger qui emporte le pact...

le 26/06/2016 à 12:38
Signaler
EXAT? L ARGENT N A PAS D ODEUR? ?? CES GROS AEROPORTS GOUTENT TRES CHER A ENTRETENIR???

à écrit le 25/06/2016 à 9:03
Signaler
Sous ce quinquennat tout est possible, le mot d'ordre : 'c'est pas mon pognon !'

à écrit le 25/06/2016 à 9:03
Signaler
Sous ce quinquennat tout est possible, le mot d'ordre : 'c'est pas mon pognon !'

à écrit le 25/06/2016 à 7:54
Signaler
L'etat brade la France sans se soucier des conditions politiques. Il n'a toujours pas compris que l'economie contrôlait tout. un aeroport c'est strategique il faut voir a qui on le vend ce n'est pas un hotel ! Non a cette vente!

à écrit le 25/06/2016 à 7:52
Signaler
L'etat brade la France sans se soucier des conditions politiques. Il n'a toujours pas compris que l'economie controllait tout. Non a la Turquie en UE en France et non a cette vente!

le 25/06/2016 à 19:02
Signaler
@Planetemars: ils ont bien compris, mais la stratégie est de faire croire que les déficits baissent. Alors on vend les bijoux de famille et les autres se débrouilleront. Ces gens devraient être traduits devant un tribunal révolutionnaire !!!

à écrit le 24/06/2016 à 21:23
Signaler
Si l'aéroport de LYON est racheté par un groupe turc ( ou étranger), aux prochaines élections présidentielles, il faudra alors payer la note. Une nouvelle pareille fait déborder un vase ARCHI PLEIN!! L'Argent ne peut pas tout acheter. Lyon AUX LYON...

à écrit le 24/06/2016 à 21:12
Signaler
Quand la SNCF fait du déficit vous crié a la privatisation parce que sa coûte de l'argent aux impôts donc sa viens de votre poche. Quand on veut privatiser pour désengager l'état justement pour prévenir c'est genre de problème, vous crié au loups ...

à écrit le 24/06/2016 à 19:26
Signaler
Que la force du Thevenoud, du Cahuzac, du Balkany...soit avec nous.

à écrit le 24/06/2016 à 19:23
Signaler
Une honte il faut faire une révolution que va t.on laisser à nos enfants un pays musulman

le 24/06/2016 à 20:20
Signaler
La révolution a été faite me semble- t-il, elle n'a mené à rien, sauf à la grandeur des autres, quelle erreur !!! et vous persévérez PSG, avenue des champs Elysées, Air France vous en voulez encore, mon ou ma pauvre sans les capitaux internationaux ...

à écrit le 24/06/2016 à 19:06
Signaler
Décidément depuis 2012, on aura tout vu, tout entendu, mais rien n'a été fait et voilà que l'on veut vendre 2 aéroports aux turcs, du n'importe quoi, bientôt, la France ne nous appartiendra plus, nous ne sommes déjà plus chez nous avec tous les migra...

le 24/06/2016 à 20:13
Signaler
Ce sont seulement les enfants et petits enfants de ceux qui ont été pillés quelques décennies auparavant. Chez vous c'est où la France ou l'Allemagne chère puce du rhin ou d'outre rhin......... Quand à la ''France qui ne nous appartient plus'' ??? ...

à écrit le 24/06/2016 à 18:49
Signaler
Décidément l'argent fait faire n'importe quoi. Ne vous étonnez pas si les Anglais ont choisi le BREXIT, à quand le FREXIT? Pensez plus à faire une Europe sociale au lieu d'une Europe financière, l'argent ne fait que des malheureux.

à écrit le 24/06/2016 à 18:45
Signaler
Quand arrêteront ils de vendre nos bijoux de famille ? Ils n'en ont pas marre de dilapider notre avenir avec toutes leurs décisions stupides ? Pas plus tard qu'il y a quelques années on voulait nous faire croire que les métiers de service remplacerai...

à écrit le 24/06/2016 à 18:35
Signaler
Inacceptable ! mais avec le "pouvoir" actuel il faut s'attendre à tout

le 24/06/2016 à 22:44
Signaler
Le pouvoir que vous critiquez emploie hélas la même politique libérale que ses prédécesseurs. Juppe a ainsi vendu pour quelques francs à une société espagnole les autoroutes que les contribuables ont payées. Ils continuent à payer, toujours plus cher...

le 05/07/2016 à 6:56
Signaler
Cela date depuis le temps de Sarko et la droite en Général a vendu la France par des qataris,arrête votre démagogie et haine la France investisse partout à l'extérieur.

à écrit le 24/06/2016 à 17:11
Signaler
Et encore une ânerie de plus... L'Europe et la France s'effondre et on parle encore de privatisation... Ce qui se passe eu Royaume uni ne sert pas de leçon....

le 24/06/2016 à 22:16
Signaler
Va falloir penser à renommer de suite le projet NDDL : en vue d'une revente à la Turquie une fois fini... pour plaire aux futurs acheteurs : Air-Dogan, ça serait bien, non ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.