Ryanair : la Justice interdit la grève des pilotes en Irlande mais l'autorise au Royaume-Uni

 |   |  461  mots
(Crédits : Ints Kalnins)
La Haute Cour de Dublin a bloqué mercredi une grève de pilotes de Ryanair prévue jeudi et vendredi en Irlande, donnant raison à la compagnie aérienne. En revanche, son homologue à Londres a autorisé la grève.

Prévue les 22 et 23 août, la grève des pilotes irlandais pour protester contre leurs conditions salariales jugées insuffisantes n'aura pas lieu. Elle a été bloquée ce mercredi par la Haute Cour de Dublin, donnant ainsi raison à la compagnie aérienne, qui avait initié cette action en justice. Pour Ryanair, une grève ne pouvait être menée avant que n'arrive à son terme la procédure de médiation. La compagnie estimait par ailleurs que le vote du syndicat Forsa en faveur de la grève avait été précipité et sans demande très précise.

Les pilotes sont "très bien payés" dit la direction

La compagnie s'est immédiatement félicitée dans un communiqué de cette décision qui empêche selon la compagnie "une minorité de pilotes irlandais de faire grève". Elle demande en outre aux pilotes irlandais, "très bien payés" selon elle, de revenir à la table des négociations dans le cadre de la procédure de médiation.

En revanche, la Haute Cour de Londres a autorisé des pilotes britanniques de Ryanair à faire grève jeudi et vendredi, rejetant la demande de la compagnie aérienne de bloquer leur mouvement.

Malgré cette décision, les vols pourront être assurés "grâce à l'excellent travail et à la bonne volonté de la grande majorité des pilotes basés au Royaume-Uni", a indiqué Ryanair dans un communiqué. "Nous ne nous attendons pas à des perturbations majeures jeudi ou vendredi, bien que l'on ne puisse exclure de légers retards ou des changements de vols", a ajouté la compagnie.

Peu d'impact de la grève au Portugal

Ryanair s'en tire bien au Portugal. La grève lancée ce mercredi par les hôtesses et stewards pour une période de cinq jours n'entraînait pour l'instant que de légers retards après la mise en place d'un service minimum décrété par le gouvernement portugais. Cette grève convoquée par le Syndicat national du personnel de vol de l'aviation civile (SNPVAC) exige que la compagnie respecte le code du travail portugais, notamment sur les questions des primes et des congés.

Suppressions de postes

Enfin, une autre grève de dix jours en septembre se profile en Espagne de la part du personnel navigant commercial (PNC) pour protester contre des fermetures prévues de bases aéroportuaires. Le groupe Ryanair  entend fermer des bases cet hiver et à l'été 2020 à cause des reports de livraison du Boeing 737 MAX, dont la flotte est clouée au sol depuis l'accident d'un appareil d'Ethiopian Airlines en mars. Cette mesure a été mise en avant avec la baisse des bénéfices pour justifier la suppression de 900 postes sur ses quelque 13.000 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2019 à 6:20 :
Voila le debut des ennuis pour cette Europe a multi vitesse.
a écrit le 21/08/2019 à 18:43 :
A condition de respecter le droit ; en France c'est le n'importe quoi , ailleurs grace à Thatcher c'est la loi
a écrit le 21/08/2019 à 18:29 :
Mais quel est donc ce pays,en plus d'être un paradis fiscal, qui permet à sa "justice" de définir qu'une grève est illégale? Négociation ou pas un préavis est déposé, il n'y a rien d'illégal.Le droit de grève est...un droit.
Michael O'Leary serait il un patron voyou?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :