La RATP investit dans le covoiturage domicile-travail

 |   |  489  mots
Avec cette nouvelle levée de fonds doublée d'un partenariat stratégique, WayzUp ambitionne d'étendre son réseau de covoiturage quotidien sur l'ensemble du territoire français en partenariat avec les collectivités locales et vise à terme l'international.
Avec cette nouvelle levée de fonds doublée d'un partenariat stratégique, WayzUp ambitionne d'étendre son réseau de covoiturage quotidien sur l'ensemble du territoire français en partenariat avec les collectivités locales et vise à terme l'international. (Crédits : DR)
La jeune pousse de covoiturage urbain WayzUp a bouclé un second tour de table de 1,4 million d'euros auprès du groupe RATP et de l'accélérateur Via ID.

Quelques mois après la création de RATP Capital Innovation, sa filiale dédiée aux investissements dans les startups, le groupe RATP investit dans WayzUp, leader français du covoiturage domicile-travail. Un mois après avoir placé des billes dans la jeune pousse d'autopartage Communauto, cette nouvelle prise de participation permet au groupe RATP de renforcer ses liens avec les startups pour favoriser l'innovation et le développement de nouveaux services.

Concrètement, WayzUp a levé 1,4 million d'euros, avec le groupe RATP et son actionnaire originel, l'accélérateur de jeunes pousses dans les nouvelles mobilités Via ID au tour de table. Ce dernier, qui a également investit dans la startup de location de voitures entre particuliers Drivy, ou celle de transport entre particuliers Heetch, est venu en complément du financement réalisé par la RATP.

L'atteinte de la masse critique, la condition sine qua non du succès

Un investissement dont se réjouit Julien Honnart, le fondateur de WayzUp:

"Ce choix de la RATP entre plusieurs acteurs dans le secteur est une validation de la pertinence et de la maturité de notre modèle économique, avec l'atteinte de la nécessaire masse critique. 80% des inscrits dans nos entreprises partenaires trouvent des covoitureurs sur leur trajet".

"Nous nous intéressons au covoiturage domicile-travail depuis longtemps et en avons fait l'analyse de marché", précise Valère Pelletier, directeur du développement et du digital chez RATP. "Nous avons d'ailleurs collaboré avec Sharette (une startup qui a depuis mis la clef sous la porte) sans prise d'investissement à l'époque, mais cela n'a pas bien fonctionné. Cependant, ce retour d'expérience a été riche pour nous. Nous avons compris que ce qui était déterminant était l'atteinte d'une masse critique. Il faut en effet un réseau d'utilisateurs suffisamment grand pour que le taux de réponse soit positif", poursuit-il.

En outre, si WayZup est sorti du lot au milieu des Karos, IDVRoom (filiale de la SNCF) et autres Blablalines (dernier service en date lancé par Blablacar), c'est également pour la qualité du management de Julien Honnart, précise Valère Pelletier. Ce qui s'apprécie d'autant plus que les données en attestent : "l'attraction est là, la base de clients est en nette croissance", ajoute-t-il.

Tisser sa toile en France et à l'international

Avec cette nouvelle levée de fonds doublée d'un partenariat stratégique, WayzUp ambitionne d'étendre son réseau de covoiturage quotidien sur l'ensemble du territoire français en partenariat avec les collectivités locales et vise à terme l'international. La jeune pousse qui est déjà passée de 20 à 60 entreprises partenaires grâce à Via ID ambitionne désormais d'atteindre le cap de la centaine d'ici la fin de l'année. Pour cela, elle va renforcer les pôles R&D (recherche et développement) et commercial de son équipe et passer de 12 à 20 personnes.

Lire aussi : Le covoiturage urbain a-t-il un avenir ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :