MH370 : "Nous nous approchons de la résolution du mystère"

 |   |  317  mots
Le fragment d'aile long de deux mètres retrouvé mercredi sur une plage de l'île française, dans l'ouest de l'océan Indien, porte le numéro partiel 657 BB, selon les photos du débris.
Le fragment d'aile long de deux mètres retrouvé mercredi sur une plage de l'île française, dans l'ouest de l'océan Indien, porte le numéro partiel "657 BB", selon les photos du débris. (Crédits : © Stringer France / Reuters)
Le débris d'aile retrouvé sur une plage de l'île de la Réunion doit être acheminé à Toulouse pour y être analysé par des enquêteurs du Bureau d'enquête et d'analyse (BEA). Il provient bien d'un Boeing 777 selon Malaysia Airlines, qui en a informé le vice-ministre des Transports malaysien.

La résolution du mystère de la disparition en mars 2014 d'un Boeing 777 de Malaysia Airlines (vol MH370) approche après la confirmation que le fragment d'aile découvert à la Réunion provient d'un avion de ce type, a déclaré vendredi 27 juillet un responsable malaisien.

"Je crois que nous nous rapprochons de la résolution du mystère du MH370. Cela pourrait être une preuve convaincante que le MH370 s'est abîmé dans l'océan Indien", a déclaré à l'AFP le vice-ministre des Transports, Abdul Aziz Kaprawi.

Le fragment d'aile long de deux mètres retrouvé mercredi sur une plage de l'île française, dans l'ouest de l'océan Indien, porte le numéro partiel "657 BB", selon les photos du débris.

"Le numéro partiel confirme qu'il provient d'un avion Boeing 777. Cette information vient de MAS (Malaysia Airlines). Ils m'en ont informé", a poursuivi le vice-ministre.

Les experts analyseront en détails depuis Toulouse

La confirmation définitive de l'origine du fragment, appelé un flaperon, qui a subi des modifications, doit venir du fabricant américain: "Seul Boeing peut vérifier" que le flaperon provient bien du Boeing 777 qui effectuait le vol MH370", a-t-il dit.

Le débris doit être acheminé à Toulouse pour y être analysé par des enquêteurs du Bureau d'enquête et d'analyse (BEA). Une équipe d'enquêteurs malaisiens est arrivée à Paris et va se rendre à Toulouse pour aider les enquêteurs français à examiner le fragment, a encore dit Abdul Aziz Kaprawi.

Le Boeing 777 parti le 8 mars 2014 de Kuala Lumpur pour rejoindre Pékin avec 239 personnes à bord avait disparu une heure après son décollage. Aucune trace n'a été retrouvée depuis, en dépit des intenses recherches dirigées par l'Australie dans le sud de l'océan Indien, où des satellites ont "accroché" pour la dernière fois les systèmes de communication de l'appareil.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :