Nouvel aéroport de Lisbonne : l'incroyable volte-face du gouvernement portugais, un coup dur pour Vinci

Le Premier ministre portugais Antonio Costa a désavoué jeudi son ministre aux Infrastructures, Pedro Nuno Santos qui avait annoncé la veille l'intention du gouvernement de construire un nouvel aéroport à Lisbonne. Pour Vinci, le gestionnaire des aéroports portugais, il s'agit d'un coup dur.
Le projet présenté par ANA Aeroportos de Portugal (filiale de Vinci Airports) pour la construction d'un deuxième aéroport lisboète est mis à mal par le gouvernement portugais, après une passe d'armes entre le Premier ministre et son ministre aux infrastructures.
Le projet présenté par ANA Aeroportos de Portugal (filiale de Vinci Airports) pour la construction d'un deuxième aéroport lisboète est mis à mal par le gouvernement portugais, après une passe d'armes entre le Premier ministre et son ministre aux infrastructures. (Crédits : Vinci Airports)

Pedro Nuno Santo, ministre portugais aux Infrastructures, s'est fait taper sur les doigts par Antonio Costa, Premier ministre, après avoir annoncé l'intention du gouvernement de construire un nouvel aéroport complémentaire à Lisbonne, à Montijo, dans une ancienne base militaire située face à la capitale.

« Cela fait des années que le pays parle d'aéroports. Cela dure depuis trop longtemps. La décision est prise. Nous allons avancer », avait déclaré, mercredi soir, le ministre.

Dans son élan, il annonçait que l'exécutif socialiste souhaitait d'ores et déjà commencer à planifier la construction d'un futur aéroport unique à Alcochete, également sur la rive sud du Tage, qui sera capable de remplacer l'actuel aéroport de Portela et celui de Montijo afin de desservir toute la région dans une douzaine d'années, lorsque le volume de trafic le justifiera.

Il a été désavoué le lendemain par le Premier ministre, Antonio Costa. «Il y a eu une erreur grave qui a été rapidement corrigée ». En résumé, il n'est pas question de construire ce deuxième aéroport.

L'annonce avait pris de court les partis d'opposition, d'autant que le Premier ministre avait déclaré la semaine dernière que le nouveau chef de l'opposition de centre droit serait consulté avant toute prise de décision. De même, les associations de défense de l'environnement ont vivement critiqué cette décision prise sans « véritable évaluation environnementale stratégique ».

Les propos d'Antonio Costa prêtent à sourire quand on se souvient de ce qu'il disait en 2019, lors de l'annonce de la décision d'étendre la capacité de l'aéroport actuel Humberto Delgado, situé au bord du Tage, et de construire d'ici à la fin 2022 un deuxième aéroport sur l'autre rive du fleuve, sur une base militaire de Montijo, déjà équipée d'une piste. Il s'agissait à l'époque, disait-il, de clore, 50 ans de débats sur l'opportunité de créer un nouvel aéroport dans la région de la capitale portugaise au cours duquel pas moins de 17 projets ont été débattus.

« Depuis 50 ans, le coût de la non décision a été très élevé. Il s'est traduit par l'incapacité de l'aéroport à supporter l'économie du tourisme », avait en effet déclaré Antonio Costa, déjà Premier ministre, lors de la signature d'un accord avec Vinci arrêtant les grands principes pour l'augmentation de la capacité de la région de Lisbonne.

A l'époque, l'ancien ministre des infrastructures, Pedro Marques estimait que ce projet aéroportuaire allait « régler l'un des principaux problèmes du développement du Portugal ».

Projet ambitieux

L'objectif était en effet de décongestionner l'aéroport et de bénéficier de la croissance du transport aérien et du tourisme, un secteur stratégique pour le Portugal en général et Lisbonne en particulier. Pour la seule région de la capitale, il générait avant le Covid 14 milliards d'euros de recettes par an. Traitant avant la pandémie 30 millions de passagers aériens, Lisbonne devait être en mesure, avec ses deux plateformes, d'en accueillir à terme 65 millions.

Le projet était en ambitieux. Il devait permettre, en accord avec les services de navigation aérienne, de doubler d'ici à 10 ans le nombre de mouvements d'avions (décollages, atterrissages), pour les porter à 72 par heure contre 38 aujourd'hui. Ceci avec deux pistes, une par aéroport. Avec 24 mouvements par heure, le nouvel aéroport  Montijo devait disposer du tiers de la capacité du nouveau système aéroportuaire, et  devait être spécialisé sur le trafic dit de "point-à-point" quand l'aéroport actuel devait conserver sa vocation de hub avec le maintien du système de correspondances de TAP Portugal.

Vinci avait la charge de financer et d'exécuter ce projet. Dans le cadre de cet accord, ANA s'était en effet engagé à  investir 1,115 milliard d'euros d'ici à 2028 (500 millions sur le nouvel aéroport et 650 millions pour l'actuel), auquel s'ajoutait une enveloppe de 150 millions d'euros pour dédommager l'armée et contribuer au travaux d'accès à l'aéroport.

Le problème de la saturation de l'aéroport de Lisbonne et la nécessité urgente de le désengorger, en raison du boom du tourisme que connaît la capitale portugaise, est évoqué depuis plusieurs années.

Pour Vinci, c'est un coup dur. Le groupe français, qui détient la concession du gestionnaire des aéroports portugais ANA depuis 2013, s'était engagé en 2019 à investir plus d'un milliard d'euros pour agrandir l'actuel aéroport de Lisbonne et construire celui de Montijo.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 01/07/2022 à 18:30
Signaler
D'ici 12 ans (date indique dans cet article), il peut se passer beaucoup de choses en terme de régulation du transport aérien face à l'urgence climatique. PS : contrairement aux rêves de l'industrie aérienne, les avions ne sont pas verts et ne sont ...

à écrit le 01/07/2022 à 18:18
Signaler
Pk un nouveau aéroport les prix des carburants augmentent les touristes ont diminués apres la pandemie de Covid.Les docteurs attendent encore une vague de Covid de plus le Monde se bats avec la carbonisation .Il n'y a aucune rqison de le construire

à écrit le 01/07/2022 à 16:47
Signaler
Pourquoi "incroyable"? Il n'y aurait que le gouvernement français qui aurait le droit de faire des volte-faces?

à écrit le 01/07/2022 à 15:00
Signaler
Et de toute façon, si un projet voyait le jour, il irait à une entreprise américaine (alors qu'en matière de TP...) ou turque, comme le veut la belle solidarité européenne.

à écrit le 01/07/2022 à 14:33
Signaler
Il vaut mieux Tage que jamais, ha ben non, pas encore... "supporter l'économie du tourisme" une bien grosse peine, c'est très lourd. Le train est bien développé au Portugal ou il ne concurrencera jamais l'avion ? Les européens, une fois les grandes...

à écrit le 01/07/2022 à 13:37
Signaler
Tiens, un pays qui se rend compte que les aéroports, les avions, c'est cher et ça apporte beaucoup de nuisances quand il y en a trop. Honte de prendre l'avion? Ben oui !

à écrit le 01/07/2022 à 13:32
Signaler
Construire des aéroports à l'heure actuelle est de la folie pure mais la corruption politico-financière est de la folie pure, encore un grand merci aux zadistes de NDDL qui non seulement ont empêché une pollution écologique majeur mais également une ...

à écrit le 01/07/2022 à 12:56
Signaler
Dans la rubrique «  sur le même sujet «  ou Lisbonne se rêve en capitale verte pour y être allé en train plusieurs fois ( Porto également) il y a beaucoup de chose a faire tant dans l offre de transport alternative à l avion que dans la capitale ou...

à écrit le 01/07/2022 à 12:55
Signaler
Dans la rubrique «  sur le même sujet «  ou Lisbonne se rêve en capitale verte pour y être allé en train il y a beaucoup de chose tant dans l offre de transport alternative que dans la capitale ou déchets fleurissent ci et là et dans le tage . Autr...

à écrit le 01/07/2022 à 12:39
Signaler
Ah merrde, on pourra pas toucher le pognon en bétonnant pénard comme dans le monde d'avant ? C'est beau le béton, ça chauffe un peu l'été mais aussi l'hiver faut voir le bon coté de la chose ! Et les tubes qui volent pardon les avions c'est beau au...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.