Pour la reprise, Ryanair et Easyjet privilégieront les aéroports qui feront des cadeaux sur les redevances

 |   |  1197  mots
(Crédits : Jon Nazca)
Les compagnies aériennes préparent la reprise de leur activité. Cette dernière sera progressive, et par conséquent sélective. Certains transporteurs comme Ryanair, Easyjet ou le groupe IAG mettent la pression sur les aéroports pour obtenir des conditions avantageuses pendant la reprise. Comme la suppression temporaire des redevances. Certaines, comme Ryanair, expliquent même aux aéroports qu'elles choisiront ceux qui accepteront leurs conditions. Ce point renvoie au sujet plus large de la compétitivité des aéroports français. Si celle-ci est trop faible par rapport à d'autres pays européens, la connectivité aérienne des régions pourrait être remise en cause.

Alors que le déconfinement se prépare un peu partout en Europe, les compagnies aériennes préparent la reprise de leur activité. Celle-ci sera évidemment progressive par rapport à la période précédant la crise du Covid-19. Etant réduite, elle sera donc sélective. Sans surprise, plusieurs compagnies aériennes font pression sur les aéroports pour obtenir des conditions très avantageuses pour stimuler le trafic, comme la suppression temporaire des redevances aéroportuaires, par exemple. Ryanair en fait partie.

Selon des sources aéroportuaires, la compagnie a envoyé un courrier en ce sens aux aéroports européens dans lequel elle formule plusieurs demandes de suppression de redevances d'ici octobre 2021, d'abord sur la totalité des passagers (jusqu'à octobre 2020), puis sur 50% du remplissage des avions (jusqu'en octobre 2021), sauf sur les nouvelles lignes où l'absence totale de charges est demandée.

Pour Ryanair, les aéroports qui joueront le jeu seront privilégiés

Comme à son habitude, la compagnie parle "cash" puisqu'elle dit clairement qu'elle privilégiera les aéroports qui joueront le jeu en leur rappelant qu'ils auront un "avantage décisif" pour être choisi.

"Ces mesures raisonnables de stimulation du coefficient d'occupation vous donnent un avantage sur les aéroports concurrents pour rétablir les vols du groupe Ryanair dans les meilleurs délais", explique le groupe dans son courrier, que La Tribune s'est procuré.

Interrogée, la compagnie à bas coûts a tenu à réagir :

"Contrairement à d'autres compagnies aériennes qui recherchent de vastes sommes via des aides d'État (par exemple: Lufthansa: 10 milliards d'euros, Air France: 7 milliards d'euros), Ryanair a demandé à plusieurs reprises aux gouvernements de l'UE et aux autorités compétentes d'offrir un soutien transparent à toutes les compagnies aériennes de manière égale, comme la suspension des taxes aéroportuaires et des taxes sur l'aviation pendant un certain temps, afin de stimuler la croissance du tourisme et des voyages dans toutes les régions de l'UE, ce qui est le seul moyen de sauver des millions d'emplois dans l'industrie du tourisme de l'UE".

La meilleure offre des aéroports influence les choix d'Easyjet

La compagnie low-cost irlandaise n'est pas la seule à faire de telles demandes. Sans employer un ton aussi direct, d'autres compagnies demandent la même chose, expliquent des sources...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2020 à 11:59 :
Le développement futur du transport aérien court courrier n'est plus a l'ordre du jour pour la décarbonation et le plan climat ! Michael O'Leary ose tout mais il n'a qu'a aller atterrir ailleurs car il n'est pas le seul sur le marché ! Les régions Françaises faisaient des cadeaux à cette compagnie sans l'accord des contribuables qui payent les escales de Ryan Air car ils amènent des touristes essentiellement du Royaume-Uni ce qui va être sérieusement moins assuré à l'avenir.. Et je conteste le calcul arbitraire qui détermine le bénéfice économique d'un touriste en vacance surtout depuis l'apparition de AirBnB qui est une calamité pour l'industrie hôtelière, les nuisances environnementales du tourisme de masse et l'accroissement de l'inflation immobilière inutile dans les zones en tension... De plus les grandes zones touristiques attractives n'ont pas à payer pour avoir plus de transports et les autres régions devraient surtout améliorer leurs infrastructures et leurs activités susceptibles d'améliorer l'expérience et l'accueil des voyageurs qui viendront avec ou sans Ryan Air...
a écrit le 27/04/2020 à 6:56 :
Autant faire cadeau de la redevance au groupe Air France Transavia et Hop en priorité !
Réponse de le 02/05/2020 à 7:59 :
Oui nous assistons à une concurrence déloyale , vis à vis de la Compagnie nationale qui elle est toujours critiquée mais paye ADP et les aéroports provinciaux plus cher que les low cost.....et ceci depuis toujours.
Honte aux CCI si elles acceptent ce triste CHANTAGE !!!!
La libre concurrence débute par une égalité des charges.
a écrit le 26/04/2020 à 17:32 :
Le commentaire d’Albert est la pure vérité.
Je trouve honteux voire scandaleux que des régions se prêtent à ce type de chantage en investissant à fond perdu des sommes importantes qui pourraient être utilisées par exemple à l'amélioration des services de santé dans leur région.
En termes économiques, utiliser les compagnies low cost c'est vraiment se tirer une balle dans le pied. Une partie du voyage est payé par la région et ensuite face aux difficultés le même citoyen demande l'aide de l'état. C'est quoi ce cinéma ?
a écrit le 25/04/2020 à 11:57 :
Je n'ai jamais voyagé sur ces compagnies, je suis fidèle à l'alliance SkyTeam donc je voyage majoritairement sur AFKLM, delta, et Alitalia. Quand je trouve un bon prix, ce qui ne veut pas dire forcément bas, j'opte pour la concurrence mais j'essaie de faire fructifier mes miles. easyJet et Ryanair sont souvent beaucoup plus chers que les compagnies traditionnelles et elles le deservent que le continent européen. Le bas coût à tout prix n'est pas toujours le meilleur choix. En Europe, je voyage essentiellement vers Stockholm, Oslo, Berlin, Varsovie et AFKLM propose de bons tarifs sauf en business ou la concurrence est moins gourmande. Payer 250€ pour faire CDG Stockholm ne me semble pas un prix élevé bagages et snacks compris.
a écrit le 25/04/2020 à 11:22 :
les aéroports n'ont qu'a refuser et ils ne pourront pas décoller point barre
demander aux aeroports de travailler gratuitement est un non sens pour des boites prives
que ryanair reste a beauvais ou personne ne va
mais adp doit continuer a facturer l'acces a paris
a écrit le 25/04/2020 à 8:57 :
Privatiser les bénéfices et mutualiser les contraintes ceci est vieux comme la révolution industrielle et si les nations changeaient de pratiques..
a écrit le 25/04/2020 à 8:39 :
Ah l'argent public et le néolibéralisme, un véritable désastre, le chaos européen.
a écrit le 25/04/2020 à 4:33 :
Il est certain que nos aéroports sont trop nombreux Près de 50 en France (!) là où une vingtaine suffirait (trois par Région). De plus, les risques sanitaires vont imposer des contrôles coûteux et des délais accrus qui rendront nos aéroports de province obsolètes. Trop d'aéroports (comme Lourdes, Calvi, Béziers, Metz, Bergerac, Nimes, etc...) ne sont pas viables : proximité avec un autre aéroport international pour les mêmes destinations, stagnation du nombre de passagers et déficit financier. Une logique économique qui semble inconnue de nos "élites locales".
Réponse de le 25/04/2020 à 20:11 :
Je partage votre opinion. Sinon
flatter quelques ėgos de circonstance, la concentration géographique de tous ces petits aéroports est absurde mais surtout défavorable à la santé des finances publiques. Des abus qui nous coûtent un pognon de dingue. On hallucine !
a écrit le 24/04/2020 à 19:54 :
Ces compagnies ne renonceront pas aux grands aéroports qui sont très rentables pour eux par contre ils laisseront tomber les lignes moins rentables. Ca sera au cas par cas
a écrit le 24/04/2020 à 18:59 :
il faut que les aeroports leur proposent le plan suivant:
mise a disposittion de la piste : 0.99 euro
mise a disposition des teminaux d'enregistrement 40000 euros
mise a dispo des infrastructures informatiques 3500 euros
mise a disposition du personnel de securite 4000 euros ( avec pas de possibilite de faire autrement, comme quand on veut payer autrement que par carte bleue chez eux)
mise adisposition des hauts parleurs d'annonce 4000 euros
fourniture d'electricite 2000 euros
mise a dispositions de wc dans les zones d'embarquement 3000 euros
voila, faut jouer avec les regles du jeu ca peut devenir marrant

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :