SNCF : retour à la normale gare Saint-Lazare après une panne d'électricité

 |   |  320  mots
La circulation des trains a repris depuis 12h15.
La circulation des trains a repris depuis 12h15. (Crédits : Charles Platiau)
Une panne d'électricité a perturbé pendant plus de deux heures le réseau Intercités, TER et Transilien transitant par la gare parisienne. Le nombre de voyageurs longue distance concerné est d'environ 2.500 personnes avec des retards s'échelonnant entre 30 minutes et 2h30.

Le trafic ferroviaire de la gare parisienne de Saint-Lazare a été totalement interrompu mardi matin pendant plus de deux heures en raison d'un défaut d'alimentation électrique, affectant quelque 2.500 voyageurs longue distance, a indiqué la SNCF.

L'alimentation de certaines installations de la voie est tombée en panne à 09h40 à quelques kilomètres en amont de la gare et la circulation des trains a repris depuis 12h15 après l'intervention des équipes d'astreinte de la SNCF et de 15 spécialistes des services d'alimentation électrique, selon un communiqué de la SNCF.

La gare Saint-Lazare est notamment desservie par les lignes Intercités et TER en provenance de Normandie, ainsi que par les lignes J et L de Transilien.

Heure de pointe

"Aucun train n'a été immobilisé en pleine voie et des itinéraires alternatifs ont été proposés aux clients de ces trains depuis les gares de La Défense, de Mantes, Poissy, Argenteuil à partir desquelles il leur a été possible de se reporter sur le RER A ou sur la ligne H de Transilien afin de rejoindre le centre de Paris", a précisé la SNCF.

L'événement "est arrivé après l'heure de pointe à une période de l'année, entre Noël et le Nouvel an, pendant laquelle la fréquentation des trains est traditionnellement beaucoup plus faible", a-t-elle ajouté.

Entre 30 minutes et 2h30 de retard

L'incident avait dans un premier temps été considéré comme réglé au bout de 45 minutes mais la panne n'a finalement été réparée qu'à 11h49, selon la SNCF. Le nombre de voyageurs longue distance concerné est d'environ 2.500 personnes avec des retards s'échelonnant entre 30 minutes et 2h30.

Cette panne intervient trois jours après des problèmes d'engorgement des gares d'Austerlitz et de Bercy en raison, selon la SNCF, de l'affluence exceptionnelle avant les fêtes de Noël. Certains voyageurs n'avaient pas pu accéder à leur train.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2017 à 16:38 :
La SNCF préfère investir des millions dans des projets fantasques (Hyperloop du Milliardaire Elon Musk) ou sur des créneaux déficitaires comme Ouibus (où elle aurait déja perdu + de 100 millions) plutôt que de parer au plus pressé pour faire que la vie des usagers soit meilleure! Rassurons nous la SNCF c'est comme Areva, le jour ou ça sera la catastrophe absolue nous tous, contribuables, seront mis a contribution, c'est certain !
Réponse de le 30/12/2017 à 15:28 :
Entièrement d'accord. Une dette énorme et un réseau a deux vitesse voire 3 si on inclut les bus qui remplacent les lignes a faible fréquentation.
a écrit le 27/12/2017 à 16:18 :
2h15? oui pour certains trains... Je devais partir à 10h10 (vers Caen et Cherbourg) et comme tous les passagers de ce train, c'est pratiquement 3h plus tard que nous avons pu monter dans un train avec les passagers du train suivant. ensuite, il a fallu patienter parce qu'il n'y avait pas de conducteur de trains (ce n'est pas une blague). Après, si la sncf avait bien prévu de mettre une correspondance, pour le centre Manche, celle- ci partait 40min plus tard. résultat notre voyage a duré 5h de plus.
Je ne mets pas en cause les cheminots (à commencer par celui qui par sa vigilance a détecté la panne), ils n'ont pas le pouvoir de décider mais les directions,oui. Ce n'est pas en réduisant le nombre de salariés sur le terrain que le service s'améliorera.
Lors de mon précédent voyage, au départ de Caen, la locomotive n'a jamais démarré (et il n'y avait pas de locomotive d'échange)...il a fallu patienter jusqu'au train suivant (1h) et voyager debout ou assis sur le sol (nous payons pour une place assise)
Quant aux salariés, je ne pense pas qu'ils apprécient ce type de situation d'autant plus qu'ils sont en prise directe avec les passagers.
J'estime que dans ces cas là, les billets devraient être intégralement remboursés (et non en % selon la durée du retard) puisque ces retards sont imputables à l'organisme lui-même et aux choix faits
a écrit le 27/12/2017 à 14:01 :
60 ans de laxisme à la sncf des cheminots former à rien foutre et le patron pepy de la sncf aussi incompétent que ses ingénieurs aux compétences de fonctionnaires braquignoles tout est dit
a écrit le 27/12/2017 à 13:36 :
On ne comprend plus, là...:
La S.N.C.F. vous dit de nous dire : ''retour à la normale'' .
Dans un autre article, elle vous dit de nous dire que la pagaille récente est ''Habituelle''.

Faut-il comprendre que ce retour à la normale est la continuation de la pagaille habituelle ? Bon, moi c'est ma conclusion logique, c.q.f.d. et...défense de rire !
a écrit le 27/12/2017 à 10:47 :
Existe t-il en France un service public qui fonctionne normalement ?
a écrit le 27/12/2017 à 9:37 :
Plus de quarante milliards de dettes, pour ne plus pouvoir rejoindre une ville de province, si ce n'est avec un éventuel taxi, les trains étant supprimés à la dernière minute, ne plus avoir de connexion entre les trains, et des délais insupportables. La promesse du service public n'est plus tenue, en dépit de coûts faramineux. Pire, la promesse de pouvoir se déplacer simplement sans moteurs thermiques n'est pas tenue, puisqu'il est impossible de monter dans un train sans réservation. Notre fils était stotché sur Paris, suite à un retard d'un vol, et donc impossible de prendre le train suivant pour nous rejoindre pour les fêtes; il faut tout simplement privatiser cela et laisser plusieurs opérateurs sur le réseau. Les cheminots nous em..
a écrit le 26/12/2017 à 23:57 :
Quelques soucis électriques....les locomotives vapeur devraient revenir, au moins nous n'aurions plus ces soucis....ainsi que les garde - barrières...cela éviterait des drames épouvantables et serait créateur d'emplois...😁
a écrit le 26/12/2017 à 20:11 :
C'est la faillite d'un système où personne est responsable, toujours des pannes, des retards et des trains annulés....c'est une pagaille sans nom !
Tout est à revoir, hélas ce n'est pas près de s'améliorer, les mauvaises habitudes sont là !
Y t il encore de la motivation , du professionnalisme au sein de l'entreprise....?
La SNCF est endettée de plus de 40 milliards...et le concurrence arrive !
Pas d'anticipation, pas de projection de l'avenir ! Triste constat...
a écrit le 26/12/2017 à 18:59 :
Marre du train grandes lignes? Prenez l'avion.
Réponse de le 26/12/2017 à 19:52 :
OK, et j' arrête de payer pour la retraite des cheminots à 52 ans.
je pars cette année à 64 ans passé. avec 0 jours de chomage, 0 jour d' arrêt maladie 40 ans de travail.
Chercher l' erreur.
a écrit le 26/12/2017 à 18:54 :
Tous ces dysfonctionnements et l'attitude "Tout va bien ,Madame la Marquise" de la SNCF feront que quand le monopole tombera et que la concurrence arrivera en France, tout le monde applaudira à la privatisation du réseau ferroviaire.
Réponse de le 30/12/2017 à 15:19 :
Concurence dans un premier temps puis regroupement du marché dans les mains de 2 a 3 opérateurs puis remontée des prix. C'est un scénario immuable mille fois vérifié
a écrit le 26/12/2017 à 18:49 :
Il y a toujours des problèmes à la sncf ! Suicides, pannes diverses et variées, grèves, retards... et j'en passe ... faut vous mettre au travail, les salariés de la sncf !!!! L'autre jour j'ai été contrainte de louer une voiture pour rentrer chez moi... et je ne suis pas riche pour me permettre de faire appel à un loueur de voiture ! Les usagers en ont plus qu'assez !!! La sncf est payée par nos impôts ... à bon entendeur salut !!!!
Réponse de le 27/12/2017 à 10:41 :
"faut vous mettre au travail, les salariés de la sncf !!!!"

Ah,ah.


Voila ce qui coûte cher à la SNCF ,le salaire de ses cadres dirigeants qui se sont multipliés comme des petits pains depuis plusieurs années au détriment des cheminots sur le terrain :

La dette de la SNCF s'élève aujourd'hui à 42 milliards d'euros... et pourrait atteindre les 63 milliards en 2026. Cela n'empêche pas l'entreprise ferroviaire de payer grassement ses cadres dirigeants. Sur les six premiers mois de 2017, la discrète ministre des Armées, Florence Parly, a en effet reçu pas moins de 52.569 euros net mensuels, soit 315.418 euros, de la part de l'entreprise publique, dont elle était directrice générale chargée de SNCF Voyageurs, la branche dédiée aux trajets de longue distance. L'équivalent de 35 Smic. C'est ce qu'il ressort de la déclaration d'intérêts de la ministre, transmise en plein creux du mois d'août, après l'immense majorité de ses collègues, et publiée ces derniers jours sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Son poste dans l’entreprise publique lui avait déjà rapporté des sommes rondelettes en 2016 : 365.961 euros, soit 30.496 euros net mensuels. Grâce à de sympathiques revenus complémentaires, obtenus via une présence aux conseils d'administration de plusieurs sociétés, comme Ingenico, Altran, Zodiac Aerospace ou BPI France - pour un total de 139.119 euros en 2016 -, plus quelques milliers d'euros de dividendes perçus de ces sociétés, Florence Parly apparaît comme la ministre la mieux rémunérée du gouvernement en 2016 et en 2017.
Réponse de le 30/12/2017 à 15:36 :
Franchement c'est pas un peu injuste d'imputer même les suicides à la SNCF? Je précise qu'un de mes amis a mis fin à ses jours en se jetant sous un train il y a quelques années.
a écrit le 26/12/2017 à 17:08 :
Ils n'ont pas honte de mentir, déjà la panne est arrivée à 9h15, et puis je suis resté coincé en pleine voie 45 mn avec tous les autres passagers de mon Transilien, alors dire qu'il n'y a eu aucun train arrêté...!!!
a écrit le 26/12/2017 à 17:05 :
La ministre va encore crier à l'inacceptable... pour la 7eme fois en moins de 6 mois.

Va falloir qu'elle prenne une décision et soit démissionne, soit démissionne le PDG de la SNCF.
Réponse de le 26/12/2017 à 18:59 :
+1 il faut que dds têtss tombent, commençons par Pepy et si cela continue, cela serait normal que la ministre des transports suive pour incompètence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :