Pagaille dans les gares pour de nombreux voyageurs, la SNCF nie toute «désorganisation »

 |   |  410  mots
(Crédits : Reuters)
De nombreux voyageurs ne parvenant pas à prendre leur train critiquaient samedi la SNCF pour l'engorgement de certaines gares parisiennes, mais celle-ci a démenti toute "désorganisation" et évoqué des problèmes "habituels" du week-end de Noël.

Pagaille dans les gares pour de nombreux voyageurs, des problèmes "habituels" du week-end de Noël pour la SNCF. C'est sur un fond de polémique que la SNCF veut éviter à après avoir été sous les feux des projecteurs cette année pour plusieurs dysfonctionnements que près de 1,7 million de voyageurs prennent leur train en ce week-end de Noël, qui coïncide cette année avec les départs en vacances.

Surbooking?

De nombreux voyageurs ne parvenant pas à prendre leur train critiquaient samedi la SNCF pour l'engorgement de certaines gares parisiennes, mais celle-ci a démenti toute "désorganisation" et évoqué des problèmes "habituels" du week-end de Noël.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux voyageurs se sont fait l'écho de difficultés à trouver des places, y compris quand ils avaient réservé leurs billets, notamment au départ des gares de Bercy et d'Austerlitz.

"Tous ces gens ont des billets pour un train", écrivait ainsi en début d'après-midi un utilisateur de Twitter, Luc Dages, accompagnant son message d'une photographie montrant le hall de la gare de Bercy noir de monde. "Un est déjà complet. Impossible de partir."

Interrogée par l'AFP, la SNCF a estimé qu'il n'y avait "pas (...) de désorganisation", tout en reconnaissant des difficultés dans certaines gares, selon les termes d'un porte-parole.

"La situation d'aujourd'hui avait été prévue et anticipée comme chaque année", a-t-il assuré, évoquant notamment la mise en service de l'ensemble des trains disponibles, y compris certains habituellement réservés à un usage interne.

Alors que plusieurs voyageurs dénonçaient une surréservation, soit le fait d'avoir vendu plus de places que le nombre disponible, la SNCF s'est défendue d'y avoir eu recours.

"Juste un problème de gestion de foule"

"Il n'y a pas de problème de surréservation aujourd'hui", a dit le porte-parole, expliquant que le groupe ferroviaire ne vendait pas en réservation plus de places assises que le nombre existant. Il reconnaissait néanmoins des difficultés à gérer la montée dans les trains où la réservation n'est pas obligatoire, comme les TER ou Intercités, par contraste avec les TGV. Dans ces trains, ont pu monter des voyageurs qui venaient de prendre leurs billets aux bornes.

"C'est juste un problème de gestion de foule", a dit le porte-parole. "On ne va pas envoyer les policiers pour vider les trains..."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2017 à 13:03 :
le gros probleme de la gestion de la sncf se decouvre
un pdg qui declare que sa fonction est de resoudre les problèmes
c'est qu'il n'est pas le dirigeants de l'entreprise
alors qui dirige le sncf regardons vers les politiens sorti de l'ena
a écrit le 26/12/2017 à 16:10 :
Les problèmes se succèdent à la SNCF quand ce ne sont pas les drames ! Et son président Guillaume Pépy est aux abonnés absents... Cela fait longtemps qu'il aurait dû être congédié. Le pire est qu'on lui prête l'intention de postuler à la présidence...d'Air France. La pauvre elle va déjà assez mal, il l’achèverait !
a écrit le 26/12/2017 à 13:06 :
Pépy a bien compris que pour se maintenir en place, il fallait mieux être à l'écoute de la CGT qu'à celle des clients de la SNCF (pardon, des usagers!)
Réponse de le 26/12/2017 à 17:17 :
Un usager est une personne qui utilise un service public, par opposition : au client, celui qui utilise les services d'une entreprise privée.
a écrit le 26/12/2017 à 12:54 :
Aujourd'hui, c'est la gare Saint Lazare qui est touchée par une panne électrique, il n'y avait pas de raison que ce soit toujours Montparnasse, suivant le principe d'égalité si cher aux cheminots.
a écrit le 25/12/2017 à 20:52 :
Le monde entier le sait et nous ridiculise avec à-propos : la ''désorganisation'' est effectivement la marque de commerce franchouille ''habituelle''. Donc, c'est normal, quoi...C'est ça qu'il faut dire ?
La S.N.C.F.en revanche fut très sinistrement bien organisée en 1942, en gare de Drancy, comme quoi, quand on veut, on peut !!!...
Ciao.
Réponse de le 26/12/2017 à 7:31 :
N'exagérons pas! À lire les journaux allemands et anglais, j'ai l'impression que nos voisins ont eux aussi bien des problèmes avec les transports ferroviaire. Quand on voit l'afflux de populations dans nos gares ces jours de fête on peut comprendre que ce pauvre Pepy à quelques difficultés , et je ne travaille pas à la SNCF
Réponse de le 26/12/2017 à 8:30 :
correction : les transports ferroviaires
Réponse de le 26/12/2017 à 9:27 :
jean 44, vous avez mis le doigt dessus, le probleme c'est bien ces "usagers"
qui veulent prendre le train d'une facon inconsidérée....
a écrit le 25/12/2017 à 15:05 :
Aux heures de pointes les transports en communs sont bondés, de même sur le périph pour les voitures , à un moment il faut arrêter de râler pour tout et n''importe quoi .....et dans quelques semaines il y aura la neige etc... oui il y aura toujours des impondérables !!!
a écrit le 25/12/2017 à 8:49 :
Trop, c'est trop, il faut cette fois que des têtes tombent, notamment la première d'entres elles, mister Peppy sqns oublier 4 ou 5 cranes d'oeufs des dirdctions.
a écrit le 24/12/2017 à 18:42 :
J' ai acheté un billet Paris Valence TGV en 1ier à 100 euros !! (raison travail jusqu' au dernier moment) pour ce vendredi 23 (TGV qui est d' ailleurs arrivé avec 2 heures de retard).
Le billet est vendu avec un numéro de voiture mais pas de numéro de place, et il est marqué noir sur blanc "place assise non assurée".
Si c' est pas du surbooking je ne sais pas ce que c' est !!
Réponse de le 25/12/2017 à 15:06 :
Vous étiez donc informé !!
Réponse de le 26/12/2017 à 9:34 :
Et la SNCF qui affirme qu' il n'y a pas de surbooking !!!
Réponse de le 26/12/2017 à 16:10 :
Il y a surbooking quand le même siège est réservé plusieurs fois , dans votre exemple ce n'est pas le cas , vous écrivez vous même " place assise non assurée.
Vous voyagez donc en connaissance de cause ...vous n'avez donc aucune raison de râler .
Réponse de le 26/12/2017 à 17:54 :
100 euros pour voyager debout pendant 4 heures, effectivement y a comme un problème à la SNCF, ou on confond client pardon usager avec pigeon,
a écrit le 24/12/2017 à 17:15 :
PEPY doit être en vacances de neige quand va t il s’expliquer ?
a écrit le 24/12/2017 à 13:31 :
Ce n'est pas une désorganisation, c'est une pépysation, donc une incompétence crasse protégée, en attente de satellisation prébendière, nuance.
a écrit le 24/12/2017 à 12:52 :
Directeur de SNCF Réseau : " L'ouverture à la concurrence induira une réduction des frais de structure et une meilleure productivité, ce qui permettra de faire baisser les coûts de manière à rester compétitifs avec l'avion et la route " --> Vive les cars Macron ( qui perdent des millions en 2017), et le ferroviaire privé à l'anglaise ...Quand on veut tuer son chien ...https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/au-royaume-uni-la-privatisation-des-chemins-de-fer-deraille-628489.html
a écrit le 24/12/2017 à 10:41 :
Et toujours Guillaume Pépy aux abonnés absents ! Avec tous les avatars que faire subir la SNCF à ses clients, il aurait du être mis à la retraite depuis longtemps ! Le pire est qu'on lui prête l'intention de postuler à la présidence... d'Air France. Il finira d'achever une compagnie aérienne déjà mal en point !
a écrit le 24/12/2017 à 10:38 :
Quantités de villes à 200km de Paris sont maintenant en desserte de type train de banlieue sans réservation avec arrêt à toutes les gares.
Dijon se rapproche mais Laroche Migennes (Auxerre) s'éloigne.
Précision, un train a été supprimé dans la matinée...
Des personnes auront pu contribuer aux revenus de la SNCF en achetant un billet inutilisable, confortant un nouveau business model dit "possibilité de service, mais sans certitude". Certaines ont pu se replier sur le service associé de système D, en payant leur écot à blablacar.
On en serait presque à regretter les années 60 ou il n'y avait ni yeld management, ni politique du revenu, et bcp moins de HEC boys aux manettes, mais un service ponctuel.
a écrit le 24/12/2017 à 5:47 :
Des problèmes habituels....il y en a beaucoup des problèmes habituels à la sncf non ?....😁...
a écrit le 23/12/2017 à 21:14 :
Les français commencent à m'exaspérer pour ne pas dire plus à me faire ch....! ce sont d'éternels râleurs et dans le cas présent après le manque de place dans les gares ou dans les trains ou dans les TGV etc...on ne va pas construire des gares ou plus de lignes de TGV ou acheter plus de TER pour qu'ils roulent à moitié plein en dehors des périodes de vacances ! ce sont les mêmes qui se plaignent des déficits de la SNCF, des salaires trop bas, de la vie chère mais hop au moindre pont ils se précipitent à la mer ou à la montagne ....alors stop aux revendications et aux récriminations de toutes sortes !
Réponse de le 24/12/2017 à 5:53 :
On voit que vous utilisez peu le train pour vous déplacez pour aller au travail ou en vacances.....entre les pannes, les feuilles sur les voies, la pluie, le vent, le manque de rames, l'absence de chauffage et les accidents....la sncf cumule...non?
Réponse de le 24/12/2017 à 8:38 :
Tout â fait d'accord. Je remarque d'ailleurs que la/le journaliste de service interroge toujours les mécontents. Ça fait sans doute vendre.
Réponse de le 25/12/2017 à 18:25 :
Très bien dit Wars, tout à fait d'accord.
a écrit le 23/12/2017 à 20:28 :
La privatisation de la SNCF est surement la meilleure nouvelle à venir. Cette entreprise est sclérosée et remplie d'incapable (Pepy aurait dû être débarqué depuis longtemps), sans parler de la mainmise des syndicats sur l'outil...
Réponse de le 25/12/2017 à 15:10 :
Depuis que les chemins de fer anglais ont été privatisés c'est la cata.
a écrit le 23/12/2017 à 18:39 :
Il n'y a que ceux qui n'ont jamais pris le train qui ne savent pas que la pagaille est un critère de base de l’organisation de la SNCF.
a écrit le 23/12/2017 à 18:01 :
C'est trop gros, on a bien compris que macron allez vendre la sncf à ses potes, qui fera comme en Angleterre, plus d’accidents et moins de service, mais cette pression incessante sur la sncf est tout simplement un procédé minable mais représentatif de la concentration des outils de production dans quelques mains.

Un média ça sert à informer ça sert pas les intérêts de ses propriétaires, enfin ça ne le devrait pas.

On nous prend pour des gonds.
Réponse de le 23/12/2017 à 18:46 :
une gaillardise ? ? pour défendre les cars ? l avenir le dévoilera rapidement les gens ne sont pas dupe et apres E D F
Réponse de le 24/12/2017 à 11:54 :
Vous déraillez mon ami, je pense que votre développement a mal été aiguillé.
Attention à l'arrivée au butoir.
Réponse de le 26/12/2017 à 12:07 :
Bon ben devant votre incapacité flagrante à vous exprimer je ne peux que vous signaler.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :