Transdev va lancer une navette autonome sur une route départementale de Normandie

A compter du printemps prochain, Transdev lancera des navettes autonomes habillées aux couleurs de l’impressionnisme qui circuleront entre la gare de Vernon et le village de Giverny cher à Claude Monet. L’expérimentation -une première en Europe sur cette distance dans un environnement rural- promet d'être riche d’enseignements pour le groupe et son fournisseur Easymile qui la pilotent. Explications.

4 mn

Les navettes porteront le nom de NIMFEA, clin d'oeil au tableau des Nymphéas que le maître de l'impressionnisme avait peint dans son jardin de Giverny.
Les navettes porteront le nom de NIMFEA, clin d'oeil au tableau des Nymphéas que le maître de l'impressionnisme avait peint dans son jardin de Giverny. (Crédits : Transdev)

Brique après brique, Transdev accumule les expériences de transport public autonome, le long de la vallée de la Seine. Après les robots taxis de Rouen et les navettes de Saclay et des Mureaux, le groupe va lancer pour la première fois un engin sans conducteur sur une route départementale « ouverte ». Autrement dit, sans travée réservée. En avril prochain, mois d'ouverture du jardin de Claude Monet, les touristes débarquant à la gare de Vernon pourront emprunter (gratuitement) trois navettes autonomes pour se rendre au village de Giverny, à six kilomètres de là. Fruit d'un partenariat public-privé, cette expérimentation qui durera sept mois est innovante à plus d'un titre.

C'est en effet la première fois en Europe qu'une navette circulera dans un environnement mixte (urbain et rural) sur une telle distance. Cela signifie que le véhicule devra franchir les obstacles classiques de la ville -à commencer par l'entrée périlleuse sur les ronds-points-, mais aussi ceux de la campagne. Un casse-tête pour EasyMile, le fournisseur des navettes. Son premier défi ? Renforcer la robustesse des techniques de localisation. Les yeux du véhicule en somme. Explications.

Lire aussi 9 mnNavette autonome : Entre piétons et voitures à Toulouse, EasyMile s'expérimente à l'Oncopole

Localiser n'est pas jouer

Là où les systèmes Lidar et GPS sont parfaitement opérants dans un milieu urbanisé truffé de points de repères, ils risquent de se révéler plus faillibles sur une route de campagne entourée de champs de blé.

« En ville, la précision est quasi millimétrique. Là, il faudra probablement que nous équipions certains poteaux électriques de capteurs pour faciliter la localisation », indique Rémy Dangla, responsable commercial d'EasyMile.

Pour pallier cette difficulté, l'entreprise table aussi sur un recours accru à l'ondométrie (qui mesure le nombre de tours de roues) et à la cartographie des marquages au sol.

Le second défi auquel devront faire face les développeurs consistera à anticiper les réactions des automobilistes sur une route départementale limitée à 50 km/h comme cela sera le cas ici. Certains conducteurs seront, en effet, tentés de doubler sans ménagement des navettes dont le compteur émarge à... 25 km/h maximum. « Mon pire cauchemar, ce sont les queues de poisson qui pourraient engendrer des freinages brutaux du véhicule, admet Rémy Dangla. C'est pourquoi nous allons informer les automobilistes ». En espérant que ceux-ci se montrent compréhensifs.

Lire aussi 5 mnAprès la navette, EasyMile fera circuler un bus autonome en 2022 avec Iveco

Un poste de contrôle déporté

Autre innovation de l'expérimentation normande, la supervision à distance (déportée dans le jargon). Celle-ci sera assurée, à 70 kilomètres de Vernon, depuis la « tour de contrôle » installée par Transdev à Rouen en 2018 dans le cadre du projet Autonomous Lab.

« Les superviseurs suivront la navette sur leur écran, pourront communiquer avec les passagers en cas de problème ou, par exemple, envoyer une équipe si une panne survient », détaille Arnaud Vitou, directeur général adjoint de la division Systèmes de transport autonome (STA) de Transdev.

L'enjeu est important pour le groupe où l'on imagine, demain, pouvoir contrôler, simultanément, plusieurs flottes de véhicules autonomes depuis des PC de sécurité mutualisés. Il l'est aussi pour l'administration.

« Le ministère des transports autorisera les navettes à passer au niveau 5 (sans safety driver ndlr) si nous progressons sur la supervision », rappelle Arnaud Vitou.

Transdev et EasyMile voient un dernier intérêt dans le test vernonnais : « la mesure de l'appropriation sociale » du service, premier du genre à cette échelle dans le domaine touristique. Giverny recevant plus de 80.000 visiteurs chaque année, les deux entreprises s'attendent à ce que leurs trois navettes (12 places chacune) soient très fréquentées. « C'est un cas d'usage très réel qui permet d'envisager de le dupliquer ailleurs en France et dans le monde », commente Benieke Treverton, directrice de la communication d'EasyMile. Autant dire que les réactions des passagers seront scrutées à la loupe.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 11/10/2021 à 13:06
Signaler
Dans ma ville cela fait 2 ou 3 ans que la municipalité tente de mettre en place sa navette autonome (d'un coût de 300.000 euros environ). Encore un échec cette année. Elle est retournée se garer aux services techniques de la commune. Plouf............

à écrit le 11/10/2021 à 7:56
Signaler
"promet d'être riche d’enseignements" Bref s'il y a des morts leurs familles pourront être fiers d’avoir participé au "progrès". Je tiens à signaler que la voiture autonome sans même avoir été validée, seulement sur les testes a fait deux morts. C'es...

le 11/10/2021 à 8:36
Signaler
"dans un environnement rural" Ah mais pardon ce ne sont que des bouseux qui risquent leur vie, pas grave donc ils sont moins enclins à faire des procès.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.