UPS met la main sur son compatriote Coyote Logistics pour près de 2 milliards de dollars

 |   |  308  mots
L'action UPS prenait 1,2%, à 102,69 dollars, vers 18h14 (heure de Paris).
L'action UPS prenait 1,2%, à 102,69 dollars, vers 18h14 (heure de Paris). (Crédits : © Brendan McDermid / Reuters)
Fondée en 2006, Coyote Logistics, basée à Chicago, est spécialisée dans la gestion du transport de fret en Amérique du Nord. La société a enregistré en 2014 un chiffre d'affaires de 2,1 milliards de dollars.

Coyote Logistics tombe sous l'escarcelle du numéro un mondial de la messagerie. Le groupe américain United Parcel Service (UPS) a annoncé vendredi 31 juillet se renforcer dans le transport de fret via l'acquisition pour 1,8 milliard de dollars (1,65 milliard d'euros) de son compatriote.

La transaction, qui devrait se faire en grande partie en numéraire, devrait être finalisée au troisième trimestre après le feu vert des régulateurs, est-il précisé dans un communiqué. Elle devrait avoir un impact positif dans les résultats à venir de UPS, qui y entrevoit aussi d'importantes synergies évaluées entre 100 et 150 millions de dollars par an. L'action UPS prenait 1,2%, à 102,69 dollars, vers 18h14 (heure de Paris).

L'agence Reuters avait rapporté en début de semaine passée que des discussions étaient en cours soulignant toutefois que le fonds d'investissement Warburg Pincus, songeait également à une mise sur le marché de la société. En mars, le Wall Street Journal avait en effet écrit que Coyote préparait une introduction en Bourse sur la base d'une valorisation à plus de 2 milliards de dollars.

Plus de 2 milliards de dollars de chiffre d'affaires

Fondée en 2006, Coyote Logistics, basée à Chicago, est spécialisée dans la gestion du transport de fret en Amérique du Nord. La société a enregistré en 2014 un chiffre d'affaires de 2,1 milliards de dollars.

Début avril, FedEx a lancé une offre amicale de 4,4 milliards d'euros sur son homologue néerlandais TNT Express TNTE.AS, tentant de réussir là où son concurrent UPS avait échoué voici deux ans pour des questions de concurrence. La Commission européenne a toutefois annoncé ce vendredi l'ouverture d'une enquête approfondie et se donne jusqu'au 8 décembre pour statuer sur le sujet. L'opération est également examinée par les autorités néerlandaises, chinoises et brésiliennes.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :