Tensions salariales : Elisabeth Borne appelle à « revaloriser » les minima de branche inférieurs au Smic

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a appelé ce dimanche à revaloriser les minima de branche de certains secteurs qui se trouvent aujourd'hui en-dessous du Smic, dont celui de l'hôtellerie-restauration, confronté à un manque d'attractivité. Le gouvernement réunira toutes les branches concernées d'ici à novembre.

3 mn

Les propos d'Élisabeth Borne font écho à ceux du Premier ministre Jean Castex qui avait appelé le 8 septembre à travailler sur les salaires, notamment sur ce qu'on appelle les minima de branche, a fortiori lorsque ceux-ci sont inférieurs au Smic.
Les propos d'Élisabeth Borne font écho à ceux du Premier ministre Jean Castex qui avait appelé le 8 septembre à "travailler sur les salaires, notamment sur ce qu'on appelle les minima de branche, a fortiori lorsque ceux-ci sont inférieurs au Smic." (Crédits : Reuters)

A l'heure où les secteurs de l'hôtellerie, des cafés et de la restauration (HCR) se plaignent d'un manque de main d'oeuvre, le gouvernement planche sur des solutions. C'est dans cette veine que le Premier ministre, Jean Castex, demandait le 8 septembre dernier à "travailler sur les salaires", et notamment sur les minima de branche, "a fortiori lorsque ceux-ci sont inférieurs au Smic".

Onze jours plus tard, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, appelle à "revaloriser" les salaires de "toutes les branches" dont les minima sont aujourd'hui "en-dessous du Smic". "Ça n'est pas normal", a-t-elle affirmé ce dimanche sur les ondes de Radio J, en s'arrêtant notamment sur les tensions salariales dans le secteur HCR.

"J'ai une première idée : les minima de branche dans ce secteur sont en dessous du Smic. En termes d'attractivité du secteur, c'est un très mauvais signal", a-t-elle ainsi développé.

Lire aussi 4 mnSalaires, pénibilité: les attentes des travailleurs de l'hôtellerie-restauration

Le 4 septembre dernier, la ministre du Travail avait déjà déclaré que les rémunérations n'étaient "pas à la hauteur" dans certaines branches comme les HCR, et invité les employeurs de ces secteurs, "massivement aidés pendant la crise", à "mettre des propositions sur la table". Deux jours plus tôt, le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, expliquait pour sa part que l'Etat devait donner l'exemple en matière de hausse de salaires.

Feuille de route avant la fin de l'année

Élisabeth Borne a aussi rappelé ce dimanche avoir "reçu vendredi les représentants" du secteur HCR. Elle a précisé leur avoir demandé de "se mettre autour de la table avec les organisations syndicales pour améliorer l'attractivité de ces métiers".

"J'attends de ce secteur qu'il puisse nous présenter une feuille de route, avec un calendrier, et qu'il y ait des avancées concrètes pour les salariés du secteur très rapidement, très clairement avant la fin de l'année", a-t-elle détaillé.

Lire aussi 3 mnSalaires : hôtels, cafés, restaurants..."doivent se remettre en question", dit Elisabeth Borne qui attend des propositions

La ministre a ensuite élargi le propos à "tous les travailleurs de la deuxième ligne". "C'est le sens des négociations qui se sont engagées dans la propreté, la sécurité, le transport routier...", a-t-elle précisé. Et de conclure que le gouvernement réunira toutes les branches concernées "d'ici au mois de novembre".

Pour rappel, le Smic connaîtra dès le 1er octobre une augmentation mécanique liée à l'augmentation des prix. Actuellement de 1.554,58 euros brut par mois, il sera porté à 1.589,47 euros, soit une hausse de 34,89 euros.

(Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 20/09/2021 à 9:45
Signaler
Le dumping social européen a mené à cette aberration à savoir d'être obligé de demander aux patrons de payer leurs salariés au moins au minimum. Au secours.

à écrit le 19/09/2021 à 18:36
Signaler
Pass sanitaire local ( Attal … et co) ou la les annonces de la ministre du travail sont des «  opérations séduction avant éléctions) Ils déplacent juste le problème sur les régions avant les élections. Ils nous prennent vraiment pour des dé…s.

à écrit le 19/09/2021 à 18:05
Signaler
"appelle à "revaloriser" les salaires de "toutes les branches" dont les minima sont aujourd'hui "en-dessous du Smic". "Ça n'est pas normal". Aujourd’hui ! ,pauvre femme , il y a 304 branches représentant 13,2 millions de salariés,comme chaque anné...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.