Entre les cadres et les ouvriers, les écarts de salaires varient du simple au double

Le salaire horaire des cadres s'établit à 29 euros contre 13 euros pour les employés et les ouvriers selon une récente étude de l'Insee. Le diplôme joue un rôle prépondérant pour expliquer un tel écart.
Grégoire Normand

3 mn

(Crédits : Reuters)

La pandémie a ravivé les débats sur les inégalités professionnelles. Parmi ces disparités, le sujet des salaires est au centre des préoccupations au moment où l'économie française repart vivement et où le gouvernement ne cesse d'affirmer que "la croissance doit profiter à tous".  Après 18 mois de crise sanitaire, beaucoup de travailleurs ont permis à l'activité tricolore de continuer malgré les risques. Les conditions de travail des salariés de la seconde ligne particulièrement exposés aux menaces de contamination ont fait l'objet de vives discussions au ministère du Travail au printemps dernier. Dans ce contexte, la dernière livraison de l'Insee dévoilée vendredi 10 septembre met en évidence l'écart béant entre le sommet et le bas de la pyramide des catégories professionnelles .D'après l'organisme de statistiques, le salaire horaire des cadres (29) euros est 2,2 fois supérieur que celui des employés (13 euros) ou celui des ouvriers (13,8 euros). S'agissant des catégories intermédiaires, le salaire horaire s'établit à 18 euros. Sans surprise, les statisticiens rappellent que le diplôme joue un rôle très important pour expliquer de tels écarts. "Le salaire horaire moyen des plus diplômés (Bac+5 ou plus) est supérieur de 81 % à celui des salariés de niveau Bac (respectivement 27,7 euros et 15,3 euros) et de 99 % à celui des salariés ayant au plus le brevet des collèges (13,9 euros)" indique l'Insee. Ce panorama indique également que la rémunération annuelle brute dans le privé était de 37.000 euros en prenant en compte les primes, les heures supplémentaires et l'épargne salariale.

Des écarts importants entre les secteurs

En moyenne, le salaire horaire brut en France s'élève à 18 euros. Derrière ce chiffre, il existe de fortes disparités entre les secteurs. Parmi les domaines les plus rémunérateurs, arrivent en premier lieu la finance et l'assurance (25,3 euros). Viennent ensuite l'information-communication (25,1 euros) et les activités techniques et scientifiques (24,2 euros).

A l'opposé, l'hébergement-restauration (13,8 euros) ou encore la santé apparaissent en bas de l'échelle des salaires. Dans leur étude, les économistes de l'Insee ont cherché à neutraliser les effets de certaines variables pour mieux appréhender les disparités. "Le secteur en tant que tel explique peu le salaire horaire et les écarts de salaire moyen entre secteurs sont davantage liés au profil des salariés et des emplois : toutes choses égales par ailleurs, les effets propres de chaque secteur s'atténuent nettement dans la plupart des secteurs" signale l'organisme public.

En Europe, des inégalités salariales particulièrement criantes

Sur le Vieux continent, la dispersion des salaires est particulièrement marquée. En moyenne, le salaire horaire dans l'Union européenne est de 13 euros. Là encore, cette moyenne masque d'importants contrastes entre les Etats européens. Au sommet du podium, figure le Danemark avec un un salaire horaire qui culmine à 27 euros. Viennent ensuite le Luxembourg (19,5 euros) et la Suède (18 euros). A l'autre bout du spectre, apparaissent surtout les pays de l'Europe de l'Est et de l'Europe centrale avec la Bulgarie (2,4 euros), la Roumanie (3,7 euros) et la Lituanie (4,4 euros). Près de quinze ans après leur entrée dans l'Union européenne, ces pays sont loin d'avoir rattrapé leurs voisins de l'Europe occidentale et de l'Europe du Nord. Le fossé au sein de l'Europe risque encore de persister pendant encore longtemps.

Lire aussi 4 mnEn Europe, la spirale inquiétante des écarts de revenus

Grégoire Normand

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 13/09/2021 à 21:24
Signaler
Ce sont surtout les revenus des actionnaires et des hauts dirigeants qu'il faudrait scruter.

le 13/09/2021 à 23:33
Signaler
En effet, les actionnaires sont sous-rémunérés (cf. risque sur le capital investi) depuis que les banques centrales ont implémenté des taux négatifs subventionnant les créances obligataires d'entreprises zombies tout en spoliant l'épargne des ména...

à écrit le 13/09/2021 à 18:38
Signaler
Ce comparatif entre salaire horaire des 'cadres' (termes d'ailleurs beaucoup trop général) et 'ouvrier' est simpliste et bâclé; il suppose que les cadres travaillent 35H hebdo et ne tient notamment pas compte du fait que la plupart des cadres sont au...

à écrit le 12/09/2021 à 10:12
Signaler
Et pourtant la production des cadres est proche du néant (paperasse) alors qu'un non cadre arrête pas de produire...

le 13/09/2021 à 18:42
Signaler
Commentaire simpliste. Dans mon entreprise industrielles, un grand nombre de 'cadres' sont en fait des ingénieurs sans responsabilité hiérarchique qui travaillent sur des postes techniques à la fabrication, sur les bancs d’essais etc. Ils ont un rôle...

le 13/09/2021 à 23:40
Signaler
@Polaris Evidemment si vous mesurez la productivité des cadres en litre de café absorbés sur une journée alors les cadres français sont bel et bien hyperproductifs... devant la machine à café.

à écrit le 12/09/2021 à 9:08
Signaler
Plus d'emplois fictifs chez les cadres par définition qu'en manutention, les fils de et autres pistonnés aux petits réseaux ne veulent pas se salir les mains. Pôle emploi étant un méga refuge pour ces gens là avec sa semaine supplémentaire de vacance...

à écrit le 12/09/2021 à 6:13
Signaler
Dans un monde complexe, les compétences les plus pointues sont les mieux rémunérées. C'est un fait qui existe depuis l'industrialisation. Pour ce qui concerne ces chiffres, je suis étonné car ils ne peuvent provenir que des grandes entreprises qui ne...

à écrit le 12/09/2021 à 6:10
Signaler
Dans un monde complexe, les compétences les plus pointues sont les mieux rémunérées. C'est un fait qui existe depuis l'industrialisation. Pour ce qui concerne ces chiffres, je suis étonné car ils ne peuvent provenir que des grandes entreprises qui ne...

à écrit le 11/09/2021 à 20:17
Signaler
Aux écarts de salaire qui n'ont cessé de grandir ces dernières décennies, il faut ajouter le mépris et le cynisme à l'encontre des ouvriers et employés. A part ça, dans beaucoup d'entreprises, les cadres sont trop nombreux et certains n'ont pas gran...

le 13/09/2021 à 12:11
Signaler
Les ingénieurs permettent certes aux entreprises de bénéficier du crédit recherche. Cela étant, ce sont surtout les revenus de ceux d'en haut qui sont exorbitants. Rien ne justifie de telles différences.

le 13/09/2021 à 18:47
Signaler
Ce sont elles entreprises elles-mêmes qui ont généralisé l'attribution du statut 'cadre' à la majeure partie de ses salariés diplômés, non pas pour mieux les payer, mais au contraire pour leur imposer le salaire au forfait sans référence horaire (une...

à écrit le 11/09/2021 à 18:50
Signaler
C'est surtout et aussi qu'il y a beaucoup trop de cadre dans ce pays 40.000 dans les années 50 ,prés de 4,7 millions de cadres en France en 2018, d'après l'INSEE. C'est 15 % de la population active, contre seulement 5 % il y a 40 ans et autant en ret...

le 13/09/2021 à 18:47
Signaler
Ce sont elles entreprises elles-mêmes qui ont généralisé l'attribution du statut 'cadre' à la majeure partie de ses salariés diplômés, non pas pour mieux les payer, mais au contraire pour leur imposer le salaire au forfait sans référence horaire (une...

le 13/09/2021 à 20:30
Signaler
Donc faut supprimer ce statut cadre, c'est bien ce que je dis.

à écrit le 11/09/2021 à 17:49
Signaler
"l'écart béant entre le sommet et le bas de la pyramide des catégories professionnelles " C'est sûr qu'un rapport 2 est inacceptable. MdR. Et le salaire des PdG est des administrateurs on en cause?

à écrit le 11/09/2021 à 17:27
Signaler
je pense qu'un gars pas forme, pas competent, et qui prouve dans son travail qu'il a le meme platane dans la main que quand il s'agissait de faire ses devoirs a l'ecole, gagne desormais plus qu'un gars qui a fait maths supp, ingenieur, vit a paris ( ...

à écrit le 11/09/2021 à 16:42
Signaler
Les diplômes sont les nouveaux titres de noblesse des aristos qui sont rémunérés selon leur rang plutôt que pour leur productivité au sein de l'entreprise...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.