Diffazur Piscines séduit les Américains

 |   |  544  mots
L'entreprise a remporté une médaille au prestigieux concours organisé par l'Association américaine des piscines et spas. professionnelssecteur.

C'est la 130e récompense du genre, mais elle émeut toujours autant Monique Richard-Bénielli, la directrice générale de Diffazur. Surtout, la médaille décernée par l'Asap (Association of Pool and Spa Professionnals), lors du plus grand concours international du secteur, permet à la société qu'elle a créée avec son mari, Gérard, en 1974 de continuer à se positionner comme le numéro un de la construction de piscines et ce, aussi bien en France qu'en Europe. Malgré un marché perturbé, « notre stratégie est de rester dans notre c?ur de métier, d'offrir au consommateur un produit qui représente un investissement familial, une plus-value immobilière et patrimoniale », souligne Gérard Bénielli. Car la crise, même si elle secoue le secteur de la construction de piscines, qui plus est m ise à mal par la mauvaise météo de début d'année, permet à « la clientèle de revenir vers le vrai, d'acheter davantage un produit qu'un prix. Les années que nous sommes en train de vivre ne sont pas des années de progression, mais une période qui permet aux entreprises de se remettre en question ».

Alors que la piscine privée, représentant 80 % de l'activité, « fléchit en quantité, mais voit son prix moyen augmenter », la piscine collective, elle, « souffre moins, encouragée par la bonne santé de l'hôtellerie de plein air », précise Gérard Bénielli.

force d'innovation

De quoi maintenir le chiffre d'affaires à la hauteur des 38 millions d'euros enregistrés en 2008. D'autant que Diffazur continue d'être une force d'innovation. Réputée pour ses efforts en recherche et développement, l'entreprise varoise, connue pour avoir été à l'origine des plages immergées, des effets de débordements et des piscines miroir, a fait parler d'elle il y a quatre ans, lorsqu'elle lance le Fibergun.

Ce mélange de carbone et de fibres organiques remplace le ferraillage lors de la construction de piscines. L'avantage est une totale liberté permise quant à la forme des bassins. Cette technologie a valu à l'entreprise de recevoir le grand prix de l'innovation Siemens en 2005.

dégradé de gris

Aujourd'hui, elle travaille sur les revêtements, notamment le Naturalroc, mosaïque de pierres et de gravillons à l'aspect coloré et scintillant. « La tendance est au dégradé de gris », explique Gérard Bénielli. Quant aux velléités d'implantation à l'étranger, l'Inde « est un projet à l'étude, nous aimerions y être présents d'ici trois ans, c'est un marché qui offre de grandes possibilités », ajoute Monique Richard-Bénielli. Avec l'Italie, pays frontalier, c'est par le biais de master franchise que Diffazur est présente. « Nous avons conclu un accord avec une société de Turin pour un transfert de savoir-faire. Notre objectif est de posséder une représentation sur une bonne partie du territoire à mi-2010. » À court terme, deux agences devraient ouvrir : à Narbonne d'ici à la fin de l'année et à Nantes, afin de couvrir la côte atlantique, région où Diffazur n'est présente que ponctuellement, au gré des projets qui lui sont soumis. L'entreprise, qui a réalisé 1.200 piscines l'an dernier, emploie 350 salariés. n

DR

Monique Richard-Bénielli et Gérard Bénielli ont fait de la PME varoise une référence mondiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :