Tourisme industriel

 |   |  279  mots
(Crédits : AFP)

Après un XVIIIe siècle dominé par les activités artisanales et minières, le XIXe inaugure le formidable essor industriel des Alpes du Nord, avec la découverte en 1889 de l'hydroélectricité par Aristide Bergès?: la houille blanche. Une invention qui permet le développement de nombreuses activités?: mécanique, électrochimie, électrométallurgie, papeterie, ganterie? mais aussi de la production d'« or gris » ? comme on appelait autrefois le ciment ? par Vicat. Le textile se développe quant à lui autour de la soierie lyonnaise, notamment à Bourgoin-Jallieu, capitale française de l'ennoblissement textile, et à Grenoble, avec la viscose, soie artificielle obtenue à partir de cellulose de bois. La dernière filature fermera en 1989. La filière papier-carton iséroise est, elle aussi, confrontée à des difficultés structurelles, tout comme la chimie. Toutefois, le secteur secondaire n'a cessé de se développer et de se diversifier, notamment autour des équipements et composants électriques et électroniques et du travail des métaux. En Haute-Savoie, la vallée de l'Arve, fief de l'horlogerie à la fin du XVIIIe siècle reconverti dans le décolletage lors de la Première Guerre mondiale, est ainsi considérée comme l'un des premiers pôles mondiaux dans ce domaine. Aujourd'hui, la métallurgie est, d'ailleurs, de loin le secteur qui prédomine dans les deux Savoies, malgré des difficultés ces dernières années. Les Alpes du Sud, richement pourvues en laine, ont, elles, surtout prospéré grâce au textile. Si l'industrie y est aujourd'hui moins développée que dans le reste du massif, elles peuvent compter sur la présence d'importantes entreprises, comme Sanofi, Arkema ou L'Occitane. Muriel Beaudoing

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :