COP26 : les pays du G20 vont-ils s'entendre sur le climat ?

Réunis à Rome ces 30 et 31 octobre, les dirigeants des vingt pays les plus riches du monde, qui concentrent encore 80% des émissions de gaz à effet de serre, restent divisés sur la sortie du charbon et la limitation des hausses de température à 1,5°C. "Nous n'allons pas stopper le réchauffement climatique" au G20 ou à la COP26, a déjà prévenu le Premier ministre britannique Boris Johnson.

5 mn

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres (à gauche), a été reçu, dans la soirée du vendredi 29, au palais du Quirinal par le président italien Sergio Mattarella (à droite).
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres (à gauche), a été reçu, dans la soirée du vendredi 29, au palais du Quirinal par le président italien Sergio Mattarella (à droite). (Crédits : Reuters)

Tous les regards du monde sont braqués sur eux. L'Argentine, l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Arabie Saoudite, l'Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, les Etats-Unis, la France, l'Inde, l'Indonésie, l'Italie, le Japon, le Mexique, le Nigeria, le Royaume-Uni, la Russie, la Turquie sans oublier l'Union européenne sont tous censés se retrouver à Rome ces 30 et 31 octobre 2021 dans le cadre du G20.

80% des émissions de gaz à effet de serre

A l'ordre du jour, la Covid-19 et la relance économique mondiale bien sûr, mais aussi et surtout la lutte contre le dérèglement climatique à la veille de la COP26 qui s'ouvre le 31 à Glasgow (Ecosse). Les vingt pays les plus riches du monde concentrent en effet 80% des émissions de gaz à effet de serre mais restent divisés sur la sortie du charbon et la limitation des hausses des températures à 1,5°C. L'enjeu est pourtant de taille : il s'agit d'atteindre la neutralité carbone le plus tôt possible.

« Sur tous nos objectifs climatiques, nous avons du chemin à faire et nous devons accélérer l'allure », a encore exhorté, le vendredi 29, le secrétaire général de l'ONU.

« Nous avons encore le temps de remettre les choses sur le bon chemin et cette réunion du G20 est l'occasion de faire cela », a ajouté Antonio Guterres.

Lire aussi 4 mnClimat : à Rome, le G20 cherche une convergence en vue de la COP 26

"Nous n'allons pas stopper le réchauffement à Rome" (Johnson)

Hôte de la réunion, le président du conseil italien, Mario Draghi, avait plaidé, début octobre, pour « un engagement du G20 sur la nécessité de limiter la hausse des températures à 1,5°C », conformément à l'accord de Paris, adopté en décembre 2025 lors de la COP21. Mais, dans l'avion le menant à Rome, le Premier ministre britannique a douché ses espoirs.

« Nous n'allons pas stopper le réchauffement climatique à Rome ou à cette réunion de la COP. Le plus que nous pouvons espérer, c'est ralentir l'augmentation » des températures, a déclaré Boris Johnson.

La Russie et la Chine visent la neutralité carbone en 2060

A défaut d'être présent sur place - ne participant que par visioconférence - le président Poutine a, lui, annoncé, la semaine dernière, que la Russie visait une réduction de ses émissions de CO2 de près de 80% d'ici à 2050. Et ce en abandonnant progressivement le charbon (16% de son mix énergétique) comme source d'électricité, au profit du nucléaire.

Quatrième pollueur mondial derrière l'Inde, qui inquiète la communauté internationale par son silence, Moscou a également annoncé viser la neutralité carbone d'ici à 2060. Un objectif partagé par Pékin, responsable d'un quart des émissions de CO2 sur la planète, en s'appuyant notamment sur un système d'échanges de quotas d'émissions de carbone.

En septembre dernier, devant l'assemblée générale de l'ONU, la Chine avait déjà annoncé qu'elle cesserait de construire des centrales à charbon à l'étranger. Une promesse également formulée par le Japon et la Corée du Sud, et sur le point d'être exprimée par l'Afrique du Sud lors de la COP26 à Glasgow.

Lire aussi 6 mnClimat: à une semaine de la COP26, la position de la Chine et des États-Unis reste illisible

L'Australie et les Etats-Unis de retour dans la coopération climatique

En réalité, la surprise est déjà venue de l'Australie. Le gouvernement dirigé par le climatosceptique Scott Morrison a promis d'atteindre la neutralité carbone le plus rapidement possible, de préférence d'ici à 2050. Un objectif que s'est assigné la France dès 2019. Un discours qui tranche en outre avec celui tenu jusqu'à présent par le Premier ministre australien qui avait promis que Canberra continuerait l'exploitation et l'exportation du charbon, tant qu'il y aurait des acheteurs.

Lire aussi 6 mnClimat: malgré "l'héroïsme" de l'Australie, Boris Johnson anticipe un fiasco de la COP26


De retour dans la coopération climatique avec l'élection de Joe Biden
, les Etats-Unis, deuxième pollueur mondial, ont, eux, fait savoir qu'ils doubleraient leur aide aux pays en développement pour faire face au dérèglement climatique.

« Avec notre aide, ainsi qu'un capital accru du privé et d'autres donateurs, nous serons capables d'atteindre le but de mobiliser 100 milliards de dollars », a ainsi affirmé le président américain.

Lire aussi 6 mnClimat: le financement des pays du Sud, la question à 100 milliards de la COP26

 Déjà en 2009, les pays développés réunis à Copenhague (Danemark) s'étaient engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 - engagement prolongé jusqu'en 2025 dans le cadre de la COP21 à Paris -, mais le pari n'a pas été tenu...

La Turquie s'apprête, elle, à, enfin, ratifier l'accord de Paris de décembre 2015. Son président Recep Tayyip Erdogan expliquant qu'il ne l'avait pas ratifié jusqu'à présent, en raison d'un désaccord sur le partage du fardeau entre pays industrialisés, catégorie à laquelle Ankara appartient.

Lire aussi 4 mnClimat : les engagements annoncés par cinq pays du G20 à la veille de la COP26

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 31/10/2021 à 9:48
Signaler
Et que faites vous de la concurrence "libre et non faussée"? C'est elle qui, par son dogme, nous empêche de sortir de la politique de l'offre et publicitaire pour évoluer vers une politique répondant a la demande!

à écrit le 30/10/2021 à 21:28
Signaler
Et la réponse est "je vous le donne Émile"... Non. Enfin Si, mais Non quand même.

à écrit le 30/10/2021 à 18:30
Signaler
Les grecs avaient deja tout compris... le monde n'est qu'apparances, mensonges, confusion, la Vérité est difficile a trouver, embrouillée dans les phénomènes. Nous cherchons le Noumène, la racine, ce en quoi peuvent se réduire toutes ces choses qui...

à écrit le 30/10/2021 à 17:33
Signaler
Le changement climatique n'est en plus qu'une partie du problème... Le problème plus général est celui de la consommation de toutes les formes de ressources complexes in and of themself... Ces ressources naturelles qui n'apparaissent jamais au bil...

à écrit le 30/10/2021 à 17:00
Signaler
Sans la Chine qui a bien d'autres préoccupations avec une nouvelle alerte Covid la préparation dans 100 jours des J.O. et une relance économique poussive; et qui représente à elle seule 40% de CO2 Planétaire, si l'on ajoute l'absence de POUTINE qui ...

à écrit le 30/10/2021 à 14:53
Signaler
il y aura accord; les europeens vont continuer de se suicider, et les chinois reprendront l'industrie mise dehors et feront tourner ca avec des centrales a charbon

à écrit le 30/10/2021 à 11:14
Signaler
Oui ils vont s'entendre pour continuer de nous raconter des gros bobards, tout ce que ces politiciens soumis aux banquiers savent faire. C'est l'empire des faibles.

à écrit le 30/10/2021 à 11:07
Signaler
S'entendre sur quoi? A niveau d'activité constant il n'y a pas de solution. L'hydrogène on le fait pas a l'amour et l'eau fraiche, la biomasse (saf biogaz, bois....) y en aura pas assez pour tout le monde et on peut pas y bruler et "en même temps" f...

à écrit le 30/10/2021 à 10:35
Signaler
Depuis cinquante ans, l'humanité n'a rien fait pour réfréner ses penchants natalistes, donc maintenant, le problème climatique est devenu irréversible. Entre parenthèses, l'industrie textile pollue énormément, et le fait que ces braves dirigeants soi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.