La rénovation thermique redessine la stratégie de SOLIHA dans les centres-bourgs

 |  | 1095 mots
Lecture 6 min.
A Corcoué sur Logne, Soliha a financé la rehabilitation d'un ancien presbytère pour en faire cinq logements locatifs collectifs (4 T2, 1 T3, un ascenseur, une salle de convivialité ouverte aux locataires et habitants de la commune) pour personnes âgées autonomes et maintenir en place le patrimoine de la commune.
A Corcoué sur Logne, Soliha a financé la rehabilitation d'un ancien presbytère pour en faire cinq logements locatifs collectifs (4 T2, 1 T3, un ascenseur, une salle de convivialité ouverte aux locataires et habitants de la commune) pour personnes âgées autonomes et maintenir en place le patrimoine de la commune. (Crédits : Soliha)
Acteur de l’économie sociale et solidaire, Soliha Pays de la Loire se réorganise pour mieux accompagner la réhabilitation des logements privés et pour transformer des bâtiments vétustes de centre-bourgs en logements sociaux. Objectif visé : répondre aux besoins d’une population modeste, favoriser le maintien à domicile et contribuer à l’accélération de la rénovation du parc immobilier privé régional.

« On s'attaque à quelque chose de délirant. Nous sommes encore loin d'être à la hauteur des enjeux et pour autant il n'y jamais eu autant d'efforts de fait par la puissance publique pour accompagner la rénovation thermique des logements », explique Benoit Delliaux, directeur de Soliha, acteur de l'économie sociale et solidaire engagé depuis 70 ans dans l'accompagnement de l'amélioration du parc de logement privé à travers les politiques publiques de l'habitat.

Chaque année, l'association accompagne 4.000 ménages en direct ou par l'intermédiaire d'opérations menées par des collectivités. « Au-delà des questions de rénovations énergétiques, c'est une problématique importante pour l'habitat privé où face au vieillissement de la population, on permet aux personnes de rester dix à quinze ans de plus chez elles. Or, aujourd'hui, dans une région où la croissance démographique est forte et la vacance de logements assez faible, il est anormal que l'on soit l'avant dernière région en termes d'activité de rénovation », observe Benoit Delliaux. A ses yeux, dans les Pays de la Loire, plus de cinq cent mille logements auraient besoin « de travaux ou d'adaptation ».

Une entité régionale pour accélérer

Selon les derniers chiffres de la Dreal (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) des Pays de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :