Nucléaire : un salarié accuse EDF d'avoir dissimulé des incidents à la centrale de Tricastin

L''ingénieur entré chez EDF en 2004, rapporte ainsi avoir pointé du doigt diverses anomalies qui n'auraient pas été déclarées à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ou qui l'auraient été de façon à "minimiser les événements". La centrale de Tricastin est l'une des plus anciennes de France et ses réacteurs devraient être prolongés de dix ans. Le salarié a porté plainte.

4 mn

(Crédits : Wikipedia)

A l'heure où l'avenir du nucléaire revient en force dans le débat public, avec notamment l'annonce d'Emmanuel Macron visant à relancer la filière, c'est une révélation qui pourrait bien fragiliser EDF. Selon l'AFP,  un cadre de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme), qui sollicite le statut de lanceur d'alerte, a déposé plainte contre l'électricien, accusant sa hiérarchie de l'avoir placardisé pour avoir dénoncé une "politique de dissimulation" d'incidents de sûreté, a appris l'AFP vendredi de source proche du dossier.

Aujourd'hui âgé de 42 ans et en arrêt maladie, l'ingénieur entré chez EDF en 2004, rapporte ainsi avoir pointé du doigt diverses anomalies - comme une surpuissance du réacteur n°1 en juin 2017, une inondation interne le 29 août 2018 sur la tranche n°3 - qui n'auraient pas été déclarées à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ou qui l'auraient été de façon à "minimiser les événements".

Une des plus vieilles centrales de France


La centrale nucléaire du Tricastin, mise en service en 1980 et 1981, est l'une des plus anciennes de France. En février, l'ASN a ouvert la voie à la poursuite de l'exploitation des plus vieux réacteurs de 40 à 50 ans, dont Tricastin, enjoignant à EDF de réaliser des travaux pour améliorer leur sûreté.

"Après 40 ans de service et de nombreuses alertes de Greenpeace sur la nécessité de fermer cette centrale", peut-on lire sur le site de Greenpeace. "Pourtant, à la centrale du Tricastin, les problèmes se multiplient : la cuve d'un des réacteurs compte plus de 20 fissures, la centrale est sensible aux séismes, aux inondations mais aussi aux sécheresses, elle est aussi menacée en cas de rupture du canal de Donzère-Mondragon en amont du Rhône...", alerte l'ONG.

De son côté, dans un rapport publié en 2017, l'Institut de radioprotection et de sureté nucléaire expliquait" qu'écarter trop facilement l'hypothèse (S1) d'un tel accident dans l'un des quatre réacteurs du Tricastin pourrait mener à une catastrophe". Et de poursuivre, en cas d'accident grave de type S1, avec diffusion d'un nuage nucléaire : "plus de 590 000 personnes en moyenne recevraient une
dose supérieure à 20 mSv, qui est la limite pour les radiologues et les salariés du nucléaire. "

Climat particulièrement tendu

Le plaignant est devenu chef d'un service à Tricastin en septembre 2016 après une "évolution fulgurante", retrace-t-il dans sa plainte, déposée le 5 octobre auprès du parquet de Paris et dont l'AFP a eu copie.

Mais rapidement, le climat se révèle "particulièrement tendu, dans la perspective de la visite décennale", une étape déterminante pour obtenir l'autorisation de poursuivre l'exploitation au-delà de 40 ans. "Un certain nombre d'incidents au sein de la centrale ont eu lieu, contribuant à la dégradation des relations" entre lui et son supérieur hiérarchique.

"C'est parce qu'(il) a dénoncé ce qui s'apparente à une politique de dissimulation et qu'il a refusé de prêter son concours à des opérations visant à entretenir de l'opacité sur certains incidents qu'il fera l'objet d'une éviction extrêmement brutale et injustifiée", affirment ses avocats Mes William Bourdon et Vincent Brengarth dans la plainte.

Selon eux, leur client a subi des "représailles", "dans un climat de management très autoritaire, lié notamment aux objectifs de production".

Ses conseils ont déposé plainte contre EDF, le directeur du site et l'ex-directeur de la production pour des infractions à la réglementation relative aux installations nucléaires, au code de l'environnement et au droit du travail, mise en danger de la vie d'autrui et harcèlement.

Ces révélations "sont d'une ampleur totalement inédite. En plus de mettre en lumière des dysfonctionnements très graves en matière de sûreté et de protection environnementale, elles interrogent sur le rôle des autorités de contrôle dont l'ASN", l'Autorité de sûreté nucléaire, ont souligné auprès de l'AFP Mes Bourdon et Brengarth.

"S'agissant des propos rapportés par un salarié, EDF ne fait pas de commentaires", a réagi un porte-parole de l'entreprise.

"La sûreté des centrales nucléaires est la priorité d'EDF (...). Chaque événement détecté sur le terrain, présentant un risque ou enjeu de sûreté, de risque pour l'environnement, est déclaré à l'ASN", précise-t-on encore.

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 12/11/2021 à 12:25
Signaler
Les lanceurs d'alerte, ce sont des héros quand ils sont à l'étranger et des menteurs quand ils sont en FRANCE. Quand à la justice française, elle est totalement indépendante.......à toute idée de justice... Pour tout ceal, il suffit de voir l'a...

à écrit le 12/11/2021 à 10:48
Signaler
Il n'était pas à la CGT donc vu que la CGT collabore avec ce mutisme, collaboration intéressée bien évidemment. Syndicats et patronnas sont les deux faces d'une même pièce.

le 12/11/2021 à 13:55
Signaler
Encore une pleurnicheuse qui ne bosse plus mais sais tout mieux que tout le monde et qui a attendu pour pouvoir déblatérer ces pseudos signalements , edf devrait virer ce gugusse !!!

le 12/11/2021 à 18:16
Signaler
Bien dit !

le 12/11/2021 à 19:14
Signaler
"Syndicats et patronnas sont les deux faces d'une même pièce" Les deux faces sont opposées....Il y a des syndicats jaunes, mais pas tous.

le 13/11/2021 à 9:41
Signaler
"Encore une pleurnicheuse qui ne bosse plus mais sais tout mieux que tout le monde et qui a attendu pour pouvoir déblatérer ces pseudos signalements , edf devrait virer ce gugusse !!! " Tu féminises pour insulter, on voit déjà bien le niveau pas beso...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.