OPA : Veolia retoque illico le compromis proposé par Suez

 |  | 445 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Suez a proposé ce dimanche 21 mars une "solution négociée" à son rival Veolia. Alors que ce dernier avait déposé une offre publique d'achat à 18 euros par action, Suez se dit prêt à accepter si l'offre est relevée à 20 euros. En fin d'après-midi, Veolia s'est directement déclaré "pas intéressé".

[Article publié le 21/03/2021 à 16h50, mis à jour à 18h15]

Suez veut sortir de l'impasse. Le géant français, qui est depuis l'été dernier la cible d'une offre de rachat hostile de son concurrent Veolia, propose ce dimanche 21 mars un compromis. Veolia, devenu son premier actionnaire depuis le rachat d'un bloc de 29,9% détenu auparavant par Engie, a déposé une offre publique d'achat (OPA) à 18 euros par action. Un prix légèrement au-dessus du cours du début de l'hiver, mais proche du cours actuel.

Suite à une réunion samedi soir de son conseil d'administration, Suez se dit prêt à donner son accord... à certaines conditions. Premièrement, le groupe spécialiste des services collectifs souhaitait relever l'offre de Veolia de 18 à 20 euros par action, selon son communiqué de presse. Sur cette base, la valeur de l'entreprise serait donc de 15,8 milliards d'euros, selon Suez.

"Le conseil d'administration de Suez est prêt à engager une négociation dès aujourd'hui pour sortir de l'impasse actuelle et souhaite que Veolia réponde favorablement à cette proposition constructive", explique le groupe dans un communiqué.

Mais Veolia a coupé court aux négociations en fin d'après-midi ce dimanche. "Veolia n'est pas intéressé par le démantèlement de Suez proposé par M. Philippe Varin", a déclaré le groupe dirigé par Antoine Frérot dans un communiqué, ajoutant qu'il ne vendra pas ni n'échangera sa participation de 29,9% dans Suez. (Bertrand Boucey)

Lire aussi : Suez: Veolia demande à la justice de suspendre toute vente d'actifs stratégiques

Sans accord, Suez dit vouloir céder des actifs

Dans le détail, la "solution négociée" proposée par Suez faisait suite à une offre ferme de reprise déposée ce dimanche par le fonds d'investissement Ardian et Global Infrastructure Partners (GIP). Dans un communiqué de presse distinct, le consortium Ardian-GIP proposent en effet de reprendre l'essentiel des activités de Suez en France, ainsi que l'activité "Eau et Technologie" à l'international, pour un montant de 11,9 milliards d'euros (soit 15,8 milliards en valeur d'entreprise et 20 euros par action).

"Nous espérons que notre offre contribuera à favoriser une solution négociée entre Suez et Veolia dans l'intérêt de ces deux champions français", a déclaré Mathias Burghardt, responsable d'Ardian Infrastructure dans un communiqué.

Suez proposait à Veolia d'engager des discussions tripartites sur la base de la proposition du consortium et fixe une date-butoir au 20 avril pour y parvenir. Faute de quoi, le groupe présidé par Philippe Varin avertit qu'il accélèrera la mise en œuvre de son plan stratégique, qui passe par des cessions d'actifs.

Lire aussi : Veolia/Suez: « Une médiation peut éviter des années de conflit »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2021 à 1:54 :
Bonsoir
a écrit le 22/03/2021 à 8:22 :
Eau toujours plus chère ainsi que son abonnement, avec toujours plus mauvais goût, ils feraient mieux de penser enfin à leurs clients, même si forcés, plutôt qu'à leurs querelles de clocher.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :