Référendum sur le climat : l'Elysée nie l'enterrement, Macron critiqué

A rebours des déclarations du député LREM Pieyre-Alexandre Anglade, provoquant la colère des écologistes, l'Elysée entend toujours inscrire la protection du climat dans la Constitution.

4 mn

(Crédits : Reuters)

Article publié le 9 mai 2021 à 11h20, mis à jour le 9 mai 2021 à 17h23

Plusieurs milliers de Français sont de nouveau dans la rue dimanche pour réclamer une plus grande ambition écologique, au moment où la promesse présidentielle d'un référendum pour inscrire le climat dans la Constitution semble avoir pris du plomb dans l'aile.

Emmanuel Macron s'était engagé devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) à envoyer aux parlementaires leur proposition de modification de l'article 1 de la Constitution mais, face aux réticences du Sénat sur la formulation (le texte doit être voté dans les mêmes termes par les deux chambres pour pouvoir être soumis à référendum), le JDD affirme que le président a renoncé au scrutin.

Interrogé par l'AFP, l'Elysée a assuré que la modification de la Constitution pour y intégrer la protection du climat n'était "en rien enterrée", sans évoquer toutefois le référendum par lequel le président souhaite valider ce changement.

"La bataille n'est pas finie: comme elle l'est depuis le début du quinquennat, la cause écologique demeure l'une des priorités du président de la République", a ajouté la présidence.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a "souhaité" sur France 3 que le référendum ait lieu, accusant le Sénat à majorité de droite de faire obstruction au projet de loi.

"Si les choses restent en l'état, il ne pourra pas y avoir de référendum", a admis sur Radio J le président de l'Assemblée Richard Ferrand. "Au Sénat il y a une majorité plus conservatrice (...) sur les questions environnementales".

Le projet de loi grave, à l'article 1er de la Constitution, que la France "garantit la préservation de l'environnement et de la diversité biologique et la lutte contre le dérèglement climatique".

Or, la majorité du Sénat rejette le terme "garantit", qui donnerait selon elle à la préservation de l'environnement une forme de priorité sur les autres principes constitutionnels.

- La "faute" à Macron -

L'Elysée a eu beau assurer que la mesure n'était pas enterrée, écologistes, partis de gauche et syndicats, qui manifestent dimanche dans plusieurs villes de France pour dénoncer "un rendez-vous raté pour le climat", y ont vu une preuve de plus des reniements de l'exécutif.

"Il s'agit de continuer à dénoncer le manque d'ambition de la loi climat et, depuis ce matin, l'abandon quasi certain du référendum qui constitue une reculade de plus", a résumé Cyril Dion, garant de la CCC, présent dans le cortège parisien parti à 14H00 de de la place de la République, à Paris.

Dénonçant "un nouvel engagement sur l'écologie renié par Emmanuel Macron et LREM, et sans doute l'un des plus importants", le député écologiste Matthieu Orphelin a jugé que "le gouvernement manœuvrait pour que le processus n'aille pas au bout, refusant toutes concertations avec le Sénat".

L'annulation éventuelle du référendum "envoie un signal inquiétant sur la prise de conscience sur ces sujets chez les parlementaires", a noté Greenpeace.

La manifestation, qui doit rejoindre la place de la Bastille derrière une banderole "Loi climat = échec du quinquennat", était plus clairsemée que celle organisée le 28 mars dans la capitale. Au niveau national les organisateurs avaient ce jour-là revendiqué 110.000 manifestants partout en France (44.000 selon la police).

De premiers rassemblements de tailles diverses ont eu lieu à dimanche à Rennes, Besançon, Cherbourg, Laval ou Martigues, selon des images postées sur les réseaux sociaux.

La droite, engagée par ailleurs dans un bras de fer avec la majorité aux élections régionales, a pour sa part accusé le chef de l'Etat "d'hypocrisie". La tension, de ce côté, s'inscrit dans le contexte d'une OPA poursuivie par Emmanuel Macron sur l'électorat de la droite modérée en vue de 2022.

"Avant même que le Sénat n'ait voté quoi que ce soit et que la discussion avec l'Assemblée nationale ne s'engage, Emmanuel Macron nous accuse de blocage pour justifier l'annulation d'un référendum dont il ne voulait pas. La manœuvre et l'hypocrisie sera la marque de cette dernière année de mandat", a tweeté le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 10/05/2021 à 13:20
Signaler
il faut arreter avec le climat est demander aux francais leur 1ere revendication et la c'est le pleine emploi qui arrive avec une rémunération correct pour vivre. alors stop aux ecolos et retour a l'emploi

à écrit le 10/05/2021 à 12:08
Signaler
et cette fois, c'est par les sénateurs LR, pas par les gilets jaunes. Quelque soit la voie choisie pour modifier la constitution (referendum populaire ou vote par les le congrès au 3/5) il faut auparavant que le texte soit accepté dans des termes ...

à écrit le 10/05/2021 à 9:32
Signaler
Macron critiqué, ça c'est un scoop ! Quoiqu'il fasse, il se fait engueuler. Par les gens qui ont toutes les bonnes solutions, bien entendu.

à écrit le 10/05/2021 à 8:48
Signaler
Il le remplace par un référendum sur l'euthanasie.

à écrit le 09/05/2021 à 22:54
Signaler
La question climatique est importante, mais incanter le changement et en être réellement acteur sont des choses bien différentes. Le monde économique actuel ne peut supporter un changement brusque sans mettre des millions de personne au chomage d'un ...

à écrit le 09/05/2021 à 16:57
Signaler
Ras le bol des petits hommes verts, qu'on les renvoie sur mars.

à écrit le 09/05/2021 à 16:05
Signaler
Je pense que Macron ne se fait pas beaucoup d'illusion sur la réponse des français à un référendum sur le climat dans "le climat" actuel du Pays: ce sera NIET majhoritairement à une réponse sur le climat ? NON sur MACRON et sa politique.

à écrit le 09/05/2021 à 14:54
Signaler
Macron faire un referendum ?????, Il a bien trop peur que les Français le contredise .

à écrit le 09/05/2021 à 13:19
Signaler
Cette lubie d'enarchopolitiques de vouloir laisser sa trace, son jet d'urine dans la constitution. Ce n'est plus une constitution qu'on a mais un fatras cumulatif des idées passées, dépassées. Une constitution ça énonce les principes d'organisation d...

le 09/05/2021 à 17:14
Signaler
Et pourtant je n'aime vraiment pas la constitution de la Vème république mais pitié, arrêtez d'en rajouter des couches. Ce pays est un grand n'importe quoi dirigé par des gens qui se croient essentiels.. J'ai honte de mon pays, j'ai honte des françai...

à écrit le 09/05/2021 à 11:55
Signaler
C'est un referendum sur l'immigration qu'il faut faire qu'il demande l'avis des Français pour pouvoir prendre des décisions fermes et courageuse pour sauver notre pays ,mais je suis sur qu'il ne le fera pas il n'a pas le courage il n'aime pas la Fran...

à écrit le 09/05/2021 à 11:50
Signaler
En dernier ressort, nous avons la problème sanitaire qui pourrait éviter de mettre le "Président" en contradiction!

à écrit le 09/05/2021 à 11:48
Signaler
"Référendum sur le climat" Rien que cette appellation empeste l'imposture à plein nez étant donné que déjà le premier des problèmes c'est la pollution et non le changement climatique contre lequel nous ne pouvons rien et qu'en plus le principale ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.