Connectons le bâtiment à son écosystème

 |  | 994 mots
Lecture 5 min.
Saint Denis Pleyel : Sogelym Dixence Holding (mandataire), ENGIE, Euroéquipements, Crédit Agricole Immobilier (promoteurs), Snohetta, Chaix & Morel, Baumschlagre Eberie, Atelier 2/3/4, Maud Caubet, Mars Architecture, Moreau Kusunoki (architectes)
Saint Denis Pleyel : Sogelym Dixence Holding (mandataire), ENGIE, Euroéquipements, Crédit Agricole Immobilier (promoteurs), Snohetta, Chaix & Morel, Baumschlagre Eberie, Atelier 2/3/4, Maud Caubet, Mars Architecture, Moreau Kusunoki (architectes) (Crédits : DR)
En produisant sa propre énergie, le bâtiment devient un maillon actif du tissu urbain. Grâce aux réseaux intelligents, il peut en effet alimenter son environnement immédiat avec l’énergie qu’il produit. Quand le bâtiment devient un fournisseur d’énergies renouvelables, il devient acteur de son écosystème.

Depuis toujours, les bâtiments sont ancrés sur un territoire et irrigués par une série de réseaux qui les alimente en énergie, en eau, en gaz et en chaleur. De plus en plus souvent, les réseaux de froid et d'air s'ajoutent à ces infrastructures urbaines pour répondre aux besoins croissants de rafraîchissement et de ventilation liés à la multiplication des pics de chaleur et à une isolation de plus en plus performante.

Mais si les bâtiments ont toujours été connectés entre eux pour recevoir des fluides, ils peuvent désormais alimenter le réseau avec l'énergie qu'ils produisent. Cette révolution modifie en profondeur le lien entre un bâtiment et son environnement immédiat.

Lire aussi : Utilisons les bâtiments autrement

Le bâtiment, producteur d'électricté

Grâce aux réseaux intelligents (smart grids), la chaleur produite par le système de refroidissement d'un data-center peut, par exemple, chauffer une piscine, tandis que les panneaux photovoltaïques d'un immeuble de bureaux peuvent produire de l'eau chaude pour des logements voisins. Un bâtiment producteur d'électricité peut aussi proposer des bornes de recharges pour des véhicules électriques, ou alimenter des infrastructures collectives.

À partir du moment où le bâtiment devient un fournisseur d'énergies renouvelables, il participe à la décarbonation de tout son quartier et augmente le pouvoir d'achat de ses habitants en faisant baisser significativement le montant de leurs factures de gaz ou d'électricité. Au lieu d'être une simple enveloppe consommatrice d'énergies fossiles, il devient un acteur de son écosystème qui peut proposer des services et améliorer la qualité de vie des citadins au quotidien.

Lire aussi : Optimisons nos consommations énergétiques

LES SOLUTIONS

43/ DÉVELOPPER LES USAGES MIXTES

Un bâtiment accueillant du public peut-il avoir plusieurs fonctionnalités selon l'heure et le jour de la semaine ? Dans une démarche d'économie d'énergie, la question se pose de partager les salles, afin de partager les frais de chauffage et de maintenance.

Au lieu de chauffer une salle vide pour accueillir des spectacles ou des ateliers le week-end, une petite municipalité peut, par exemple, utiliser la salle polyvalente de son collège qui est chauffée toute la semaine pour les élèves. Une université peut aussi mettre à disposition ses amphithéâtres pour des séminaires d'entreprise en soirée et un bureau d'immeuble peut accueillir des associations dans ses salles de réunion... Et si désormais ces doubles usages étaient anticipés dès la construction pour faciliter les changements de mentalités ?

44/ DÉVELOPPER LES SOLUTIONS DE MOBILITÉ

Dès que le bâtiment produit sa propre énergie, que ce soit par une micro-cogénération ou des panneaux photovoltaïques, la question se pose de la mettre à disposition des usagers du quartier pour leur permettre de recharger leur véhicule électrique avec de l'énergie bas carbone. Avec le développement de bâtiments à énergie positive - qui produisent plus d'énergie qu'ils n'en consomment - les bornes de recharge devraient se multiplier au pied des immeubles dans les années à venir.

Lire aussi : Faisons de la transition énergétique un vecteur de bien-être

En parallèle, le développement de la 5G et la multiplication des objets connectés va permettre d'inventer de nouveaux services pour faciliter la mobilité des usagers. À partir d'un smartphone, d'une tablette ou d'une borne interactive, il sera encore plus simple de réserver une place de parking équipée d'une borne de recharge, de connaître l'heure d'arrivée du bus ou de la navette, de réserver un vélo ou une trottinette...

45/ LUTTER CONTRE LES ÎLOTS DE CHALEUR

Alors que les épisodes de canicule se multiplient, les villes enregistrent des températures supérieures de plusieurs degrés. Ce phénomène s'explique à la fois par la minéralité du milieu urbain, la densité du bâti, l'activité humaine et l'explosion des climatiseurs qui chauffent la rue en même temps qu'ils rafraîchissent les intérieurs. Comme les villes, les acteurs du bâtiment commencent à s'attaquer au problème en renforçant leur végétalisation et en multipliant les points d'eau et de rafraîchissement.

Afin de limiter au maximum l'impact des climatiseurs, une solution d'avenir consiste à raccorder plusieurs bâtiments à un réseau de froid. Pilotés et intégrés à l'échelle urbaine, ces réseaux de canalisations souterraines transportent de l'eau glacée et assurent la collecte de la chaleur dans les immeubles climatisés, avant d'évacuer l'eau réchauffée dans un fleuve ou dans la mer. Les équipements de production de froid utilisés pour refroidir l'eau consomment beaucoup moins d'énergie que les solutions autonomes, tout en évitant de chauffer l'air extérieur.

46/ CRÉER DES COMMUNAUTÉS ÉNERGÉTIQUES

Le contexte réglementaire européen reconnaît le rôle des communautés énergétiques citoyennes et vise à favoriser leur développement. Centralisé depuis l'après-guerre, le système électrique français va donc devoir prendre en compte la création de nouvelles communautés citoyennes qui produiront leurs propres énergies renouvelables et la distribueront à leurs membres, avec toutefois l'obligation de collaborer avec le réseau et de participer à ses frais de maintenance de façon équilibrée.

Lire aussi : Changeons de modèle

Pour répartir l'énergie produite sur un site entre plusieurs logements ou plusieurs bâtiments, les solutions existent pour affecter l'énergie en fonction des besoins, et la piloter intelligemment afin d'optimiser au maximum chaque KWh. Un immeuble équipé de panneaux solaires peut ainsi fournir de la chaleur à une école voisine dès que sa température est atteinte, et un chauffe-eau peut s'allumer automatiquement quand le soleil se lève.

Pour télécharger le Livre Blanc, cliquez ici.

Pour en savoir plus sur le bâtiment bas carbone, contacter les équipes d'Engie Solutions, cliquez ici.