Sortie du glyphosate : Macron dit ne pas avoir "réussi", plaide un échec "collectif"

 |  | 479 mots
Lecture 3 min.
Quand on veut lutter contre les pesticides, c'est l'Europe le bon niveau, a déclaré Emmanuel Macron.
"Quand on veut lutter contre les pesticides, c'est l'Europe le bon niveau", a déclaré Emmanuel Macron. (Crédits : Benoit Tessier)
"Je n'ai pas changé d'avis" sur cet objectif, mais "je n'ai pas réussi" à l'accomplir, c'est un échec "collectif", a déclaré le chef d'État à propos de la sortie du glyphosate, lors d'une longue interview diffusée ce vendredi par le média en ligne Brut.

Emmanuel Macron a reconnu ne pas avoir réussi à tenir sa promesse de sortir du glyphosate en trois ans, plaidant un échec "collectif", dans un entretien vendredi à Brut.

"Je n'ai pas changé d'avis" sur cet objectif, mais "je n'ai pas réussi" à l'accomplir, c'est un échec "collectif", a déclaré le chef d'État qui, en novembre 2017, s'était engagé dans un tweet pour une interdiction "au plus tard dans trois ans".

En janvier 2019, Emmanuel Macron avait déjà averti que la France ne parviendrait pas à se passer du glyphosate "à 100%" en trois ans. "Pas faisable et ça tuerait notre agriculture", estimait alors le président.

"Pourquoi on n'a pas réussi? [...] Quand les autres ne vont pas au même rythme que nous, ça crée de la distorsion de concurrence et on sacrifie notre agriculture pour régler le problème", a-t-il fait valoir vendredi.

"Quand on veut lutter contre les pesticides, c'est l'Europe le bon niveau", a-t-il poursuivi. "On ne peut pas gagner la bataille tout seul si on n'a pas les autres européens", a-t-il insisté.

L'Élysée a indiqué récemment que le président souhaite porter la question au niveau européen, où pour l'instant seul le Luxembourg s'est engagé à se passer du glyphosate d'ici fin 2020.

L'autorisation actuelle du glyphosate dans l'Union européenne court jusqu'à fin 2022.

Colère des ONG

Les ONG, elles, se montraient très critiques fin novembre face à cette option. "Le gouvernement a berné les citoyens en faisant une promesse qu'il ne tient plus", reproche Agir pour l'environnement, faisant valoir que l'agriculture biologique montre qu'il est possible de se passer du désherbant.

Au niveau européen, "rien ne garantit [qu'une interdiction] sera actée par les 27 en 2022", s'inquiétait Greenpeace.

Le glyphosate, désherbant "à large spectre", a été classé comme "cancérogène probable" en 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), dépendant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Un avis que ne partagent pas l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), qui estimait "improbable" qu'il présente un danger cancérogène pour l'homme, et l'Agence européenne des produits chimiques (Echa). Mais des scientifiques et ONG ont dénoncé une évaluation "biaisée" car basée sur des rapports fournis par les industriels.

En France, l'Anses a restreint en octobre, sous six mois, les usages agricoles du glyphosate, qui reste le deuxième produit phytosanitaire le plus utilisé (9.700 tonnes vendues en 2018, contre 8.800 en 2017). Selon une évaluation de l'agence sanitaire, le glyphosate peut être le plus souvent remplacé, en particulier par des moyens mécaniques (désherbage manuel, machines dédiées...) même si cela entraîne un besoin de main-d'œuvre supplémentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2020 à 11:13 :
Et cela prouve de nouveau que les lobbies industriels sont plus riches, plus puissants, plus influents et plus pérennes que nos hommes (et femmes) politiques !
Rien de plus, rien de moins. Alors qui dirige quoi ?!
a écrit le 16/12/2020 à 11:13 :
Et cela prouve de nouveau que les lobbies industriels sont plus riches, plus puissants, plus influents et plus pérennes que nos hommes (et femmes) politiques !
Rien de plus, rien de moins. Alors qui dirige quoi ?!
a écrit le 07/12/2020 à 11:05 :
Le problème avec monsieur Macron c'est qu'il "baisse les bras" quand cela l'arrange!
a écrit le 06/12/2020 à 21:07 :
Et bien la propaganda staffel ne ralentit pas, J'avais mis tous les arguments selons lesquels le Glyphosate était bien moins dangeureux que la bouillie bordelaise appeller á le remplacer.
on voit bien qu'il faut pousser les théses écolos même si les citoyens n'en veulent pas.
a écrit le 06/12/2020 à 16:36 :
Pas de preuve sérieuse, irréfutable et Non Idéologique contre le glyphosate,
caricaturé et érigé en symbole.

Le plus inoffensif de tous.
a écrit le 06/12/2020 à 14:45 :
Macron ou l'art de l'echec collectif. Taxe écolo sur les carburants, réforme des pension de retraite, réforme des transports en commun, liberté d'expression, violence policière pour empêcher les manifestations de rue, vente des actifs agricoles et industriels français pour payer les déficits structurels de l'Etat, etc.
a écrit le 06/12/2020 à 10:07 :
Il me semble nécessaire d'aller vers une agriculture de haute qualité environnementale sinon elle disparaitra entrainant avec elle nos merveilleux paysages.
a écrit le 06/12/2020 à 8:49 :
Le lobby agro-industriel devant le lobby le plus puissant au monde il faut lui accorder le fait qu'il n'avait aucune chance, il a quand même dit du mal du lobby pétrolier mais l'agro-industrie personne n'ose y toucher alors que secteur qui détruit le plus l'écosystème et la vie sur terre.

Parce que l'on nous a parlé des pesticides, des perturbateurs endocriniens de l'énorme production de gaz à effets de serre que produise tous leurs produits qu'ils répandant par millions de tonnes sur notre planète mais notez que personne ne parle de cette vérité terriblement inquiétante que sont les "zones mortes"

Les zones mortes se trouvent automatique sur des points d'eau dans laquelle toute vie a été anéantie et si la moindre ombre de vie s'y achemine elle meure immédiatement or ces zones se multiplient et grossissent un peu partout sur la planète que ce soit dans les océans ,les rivières et lacs et ne sont dus essentiellement qu'aux engrais de l'agro-industrie.

Si vous avez des connaissances qui travaillent dans cette obscure activité, méfiez vous en et je parle sérieusement ce secteur a été totalement déserté par les humains vivants.
a écrit le 05/12/2020 à 22:41 :
Pourquoi diable les autres pays européens ne "nous?" ont pas suivis sur cette croisade anti-glyphosate pilotée sur base des données, non pas de l'OMS, mais du CIRC, labo dépendant de l'OMS et basé à Lyon? Parce qu'ils ne partagent pas les conclusions du Circ, parce que personne ne les partage, ni les américains au nord comme au Sud, aucun européen, ni les agences de santés françaises ou sud-africaines, ni les japonais non plus, pas plus que le anglais ou les australiens! Sommes-nous donc les seuls à avoir raison? Non! Ce "combat" est un mauvais combat écologique (pseudo-écolo) puisque sans désherbant efficace, c'est le désherbage mécanique en brulant du fuel et les émissions de gaz à effet de serre! L'écologie, sujet important voire fondamental, mérite un débat rationnel, et non des postures militantes basées sur du vent, ou une opposition politique à la mondialisation, ou aux grandes multi-nationales! L'organisation de notre monde peut, doit être débattu, mais la défense de l'environnement, difficile, doit être basée sur de l'éthique et une attitude scientifique! Sortons des postures ridicules!
Réponse de le 06/12/2020 à 10:46 :
On ne comprend pas bien ou vous voulez en venir...
Les autres pays ne suivent pas car il y a trop d intérêts en jeu :
Qui utilise le plus de pesticide par hectare: les pays bas
Qui les profduits? : l Allemagne
Qui les commercialise : les anglais et irlandais ....qui vend des produits grandis aux pesticides:
France Espagne Italie etc....
Donc personne n a intérêt à ce que cela cesse , la santé et les dépenses médicales induites des gens comme vous en ont rien a cirer apparemment
a écrit le 05/12/2020 à 17:33 :
Si ça marche c est grace à lui , quand ça foire c'est le résultat collectif. Belle mentalité
Réponse de le 06/12/2020 à 10:41 :
Ou avez vous vu et lu ce que vous affirmez? Dans votre tête sans doute....bref vous êtes à charge et n’apportez rien au débat comme des millions de français immatures et incultures aux réseaux sociaux manipulés par des groupes et des intérêts financières occultes ... lisez-vous plutôt la vraie presse ça grandîtes votre spectre
Réponse de le 06/12/2020 à 10:42 :
Ou avez vous vu et lu ce que vous affirmez? Dans votre tête sans doute....bref vous êtes à charge et n’apportez rien au débat comme des millions de français immatures et incultures aux réseaux sociaux manipulés par des groupes et des intérêts financières occultes ... lisez-vous plutôt la vraie presse ça grandira. votre spectre
a écrit le 05/12/2020 à 16:44 :
C'est là que l'on sent les limites de la souveraineté française malgré l'avis de son président!
a écrit le 05/12/2020 à 14:03 :
Le couard ! il se planque derrière les autres et plaide un échec collectif.
a écrit le 05/12/2020 à 12:49 :
MR Macron n’a pas de charisme. S’il y a un domaine où les pouvoirs publics peuvent faire c’est bien l’agriculture. Celle ci reçoit 12 milliards par an de pac, plus les lois mafieuses qui protègent les agriculteurs. Bail rural, loi egalim etc.
a écrit le 05/12/2020 à 11:14 :
Le problème n'est pas tant le glyphosate que tous les produits chimiques, pesticides, insecticides, engrais chimiques déversés sur la Terre. A quelque dose que ce soit, ce sont toujours des produits qui ont des effets sur le vivant, faune et flore. Ce n'est plus acceptable.
La plupart des agriculteurs en sont parfaitement conscients, mais coincé par les prix toujours à la baisse demandés par l'industrie agroalimentaire et la grande distribution noyautee par la Fnsea,
qui pousse à l'utilisation des produits de l'industrie chimique et Phyto sanitaires...La boucle est bouclée. Les dindons du système sont les agriculteurs et les consommateurs. C'est-à-dire dire, les premiers et les derniers de la chaîne. Au milieu, les autres (:les financiers);se gavent, se gobergent.
a écrit le 05/12/2020 à 2:36 :
Combien de rappel pour contamination au datura (plante toxique) faudra-t-il aux ayatollahs de l'écologie pour comprendre que les désherbants sont un mal nécessaire aux cultures?

Si les cultivateurs ne sont pas suffisamment responsables pour respecter les dosages préconisés peut être faudrait-il songer à mieux contrôler les parcelles avec interdiction de commercialisation et remboursement des subventions à la clé.

Quoi qu'en pensent les encartés de la FNSEA, le bon sens des néo-paysans héritiers de l'agriculture semble cruellement faire défaut en France.
Réponse de le 05/12/2020 à 11:37 :
Et la santé du consommateur qui avalent ces pesticides pendant des décennies pour finir avec des cancers vous en faites quoi? Vous répondez quoi?
Si l enjeu est l équilibre achetons bio .... et tant pis pour les autres s ils ne s’adaptent pas
Réponse de le 07/12/2020 à 3:54 :
@Brehat

Mieux vaut mourir d'un cancer dans 10 ans que mourir de faim demain!

On ne nourrira pas la planète de 7+ milliards d'habitants avec des dogmes d'écolobourgeois car les herbicides sont nécessaires pour maintenir les rendements actuels.
a écrit le 04/12/2020 à 20:24 :
La France qui était opposée à ce renouvellement n’a même pas été capable de réunir une majorité de pays autour d’elle. Comment alors croire ceux qui prétendent pouvoir changer l’Europe ? Comme l’UPR l’explique depuis 10 ans, il faut l’unanimité des pays membres pour modifier les traités, voir l’article 48 du TUE. Seul le FREXIT viendra a bout du glyphosate et alors que nos labos se mettront enfin à remplacer celui-là par des ersatz non polluants..
Réponse de le 05/12/2020 à 7:12 :
Frexit? Ca ne changera pas les décisions des autres pays européens pour autant. Vous vous trompez de sujet. A moins d’arrêter d’exporter et d’importer?
Réponse de le 05/12/2020 à 11:41 :
L exercice du pouvoir c est de convaincre mais pas d obliger ... mais les frexiters en herbe n ayant aucune compétence en la matière ne convainque raient pas les autres pays européens spire serait vu comme un repoussoir bref contre productif votre harangue...
La France toute seule ne peut rien demander ou exiger que père serait elle face à 400 millions d européens ? 350 millions d américains ou + d un milliard de chinois ... se perdre dans votre mirage de frexit est aller ver le naufrage ....
Réponse de le 05/12/2020 à 12:54 :
@BREHAT vous connaissez l' article 63 du TFUE, celui qui a fait de la France dans cette UE là un ventre mou et qui l' expose à tous les intervenants us et chinois, à tous les rapatriés de Daesch, à tous les ..glyphosates ? Une France dans l' UE ouverte à tout vent mauvais grâce à cet article ? Vous êtes comme tous les européistes mondialistes en panne d ' arguments. En attendant, bon glyphosate. Frexit vite ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :