Glyphosate : Macron "appelle à la modération", les maires lui demandent d'agir

 |   |  347  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Plusieurs élus répondent au président de la République sur son "appel à la modération" en matière d'arrêté anti-pesticide.

La petite phrase n'est pas passée inaperçue mardi soir porte de Versailles. Lors de son discours-fleuve en ouverture du congrès des maires, le président de la République a déclaré : "Sur les arrêtés pour interdire les pesticides, j'en appelle à la modération."

"Agissez au lieu de nous donner des leçons !"

De quoi agacer les édiles qui ont déjà pris ce genre d'initiatives pour protéger leur population et qui sont en attente d'une décision de justice. Pour Daniel Cueff, maire (sans étiquette) de Langouet (Ille-et-Vilaine), "la modération ne suffit pas pour agir".

"Cela relève de l'Etat mais l'Etat ne fait rien ! s'énerve l'élu local. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et nous retrouver devant un tribunal où l'on nous déclare coupable."

Et d'interpeller Emmanuel Macron: "Agissez au lieu de nous donner des leçons ! Les maladies de nos agriculteurs deviennent les maladies de nos riverains." Le chef de l'Etat avait d'ailleurs réagi cet été, disant comprendre les motivations des municipalités concernées.

Vers une deuxième loi Labbé ?

En mai dernier, le maire (UDI) de Sceaux (Hauts-de-Seine) a, lui aussi, pris un arrêté anti-glyphosate à la suite d'une grande consultation sur l'environnement avec ses 22.000 habitants.

"Nous n'avons pas d'agriculture mais des voies ferrées, explique Philippe Laurent. Les opérateurs continuent d'en utiliser mais ils se sont engagés cet été à arrêter d'ici à la fin de l'année."

L'utilisation des pesticides est en effet prohibée dans l'ensemble des espaces publics, à l'exception des cimetières et des terrains de sport. Aussi, le sénateur écologiste Joel Labbé, qui a porté la première proposition de loi, entend bien présenter un deuxième texte pour étendre cette interdiction aux questions non-agricoles, comme l'entretien des espaces verts dans les copropriétés privées.

"Au Sénat, nous avons une majorité sur la question de la protection de santé publique et de la biodiversité, insiste l'élu du Morbihan. Il y a urgence à agir ! Des alternatives existent !"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2019 à 12:44 :
Pour info les agriculteurs ont moins de cancers que le reste de la population, donc ce délire irrationnel sur le glyphosate est ridicule et les autorités sanitaires dans le monde ne le jugent pas plus cancérogène que la viande... Par contre les agriculteurs se suicident beaucoup plus que le reste de la population, entre autres à cause de cet intégrisme écolo
a écrit le 20/11/2019 à 22:52 :
En préalable le produit sur la photo n'est pas du glyphosate: ce qui est commercialisé aujourd'hui sous la marque RoundUp est de l'acide pélargonique.. je sais, c'est compliqué, car pour parler de ce sujet, mieux vaut savoir de quoi on parle. Ensuite, ce que dit le Maire Cueff sur les pseudos maladies des agriculteurs est une fake news.. les agriculteurs, -je sais, c'est compliqué, il faut connaitre ce dont on parle avant de l'ouvrir-, développent moins de cancers que le reste de la population en dépit de leurs expositions aux produits phytosanitaires (les résultats des cohortes, plus de 25 ans de recul).. In fine, cette cabale va couter à tous un max (400 millions pour la seule SNCF..), et va détériorer nos environnements (brûler du fuel par désherbage mécanique est mauvais pour la planète)...
a écrit le 20/11/2019 à 17:42 :
C'est toujours le même problème, quand on a été élu avec des soutiens financiers privés et des promesses, il faut un jour payer la note, renvoyer l'ascenseur, tenir ses promesses. Macron est au pied du mur...et c'est au pied du mur qu'on voit le "Macron".
a écrit le 20/11/2019 à 15:54 :
le problème est que macron ne décide rien.....et en voulant comprendre tout le monde on n 'est compris de personne.....le glyphosate est probablement dangereux..... alors le mieux est de prévoir un plan de sortie dans le temps...... par niveau de risques dégressifs..
et en finançant ce plan....
car de pousser à l agriculture industrielle n est pas la solution a terme.....
notre agriculture a vocation a nous nourrir, pas à nourrir le monde....
a écrit le 20/11/2019 à 15:40 :
Déjà, taxer de 10% tous les produits réputés dangereux et verser le fric aux hôpitaux qui réparent les conséquences. Et zut, il y a des additifs dans mes excellents pains au chocolat, tant pis il va passer à 1,10 avec 10 centimes pour l'hosto..
a écrit le 20/11/2019 à 13:59 :
Pauvre Macron, il voudrait bien mais les lobbies freinent pratiquement toutes les mesures
concernant une économie plus verte. L'UE n'aide pas non plus , une instance technocratique paralysée par des intérêts contradictoires.
a écrit le 20/11/2019 à 13:32 :
Alors que l’UE a refusé d’interdire le poison du glyphosate, on a apprenait que le Vietnam a décidé – tout seul comme un grand – d’interdire ce produit, à la grande fureur de Washington.
"Le Vietnam interdit le glyphosate, au grand dam des Etats-Unis" titrait alors le Monde..

A la tête d’un pays libre et souverain, les dirigeants de Hanoï ont décidé de sauver leur population de l’empoisonnement, après avoir engagé une bataille judiciaire contre le géant de l’agrochimie américaine pour qu’il indemnise les victimes de l’« agent orange ».
..
Seul petit hic mais à nouveau ici sur ce dossier lourd de terrifiantes conséquences, la France non souveraine se trouve sous la tutelle de l' UE..
Il n' y aura pas de solution sans Frexit, UPR, vite..
a écrit le 20/11/2019 à 12:54 :
Les maires sont marrants, ils ne se posent jamais la question de ne pas construire à moins de 150 mètres d'un champ ?
Parce que le champ était là bien avant leurs lotissements...
a écrit le 20/11/2019 à 12:54 :
que penser de l eau de source contaminée par le tritium ?
a écrit le 20/11/2019 à 12:39 :
Glyphosate : Macron "appelle à la modération"


Le monsieur n'est pas la pour appeler a la modération, mais pour agir.......

Et ne pas interdire est un choix, mais qu'il n'assume juste pas.

Comme tout ces députés votent des lois généralement dictés par des lobbys, disons que sa phrase dit finalement qu'il ne le veut pas.

Cela montre aussi le niveau d'imprécation avec le lobby !
a écrit le 20/11/2019 à 12:24 :
"Cela relève de l'Etat mais l'Etat ne fait rien !"

Lobbys trop puissants, politiciens trop faibles, d'ailleurs il ne fait que l'exposer en ne faisant que bavarder ne se rendant même pas compte de l'effet déplorable que ça laisse.

Un président privatisé faible laissant entrevoir une oligarchie stupide.

Le déclin toussa...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :