Pour un plan de relance personnel

 |   |  590  mots
Le président de la république François Hollande.
Le président de la république François Hollande. (Crédits : Reuters)
La rentrée, c'est aussi l'occasion de repartir sur de nouvelles bases tant sur le plan professionnel que personnel en s'inspirant des recommandations des leaders politiques, notamment du... président de la république.

En cette rentrée, ne laissons pas l'apanage du plan de relance à nos gouvernants. Nous aussi, nous avons du pain sur la planche pour redonner à notre économie personnelle son lustre d'antan. Si j'en juge par les études que je reçois sur le moral des troupes. 89% des français s'accordent à dire que le marché du travail est défavorable à un changement de travail. Or les professionnels du recrutement affirment que certaines professions sont à l'abri de la crise, comme par exemple les commerciaux. Si l'annonce de licenciements nous impose la prudence, cela ne nous empêche pas de mettre en œuvre notre propre plan de relance personnel pour réguler nos brutales chutes de moral et peut-être aussi un peu l'économie mondiale, non ?

« Made in moi-même »

Premier axe, donc, l'investissement. En temps de crise rien de tel pour repartir du bon pied. Dressons donc la liste de nos qualités et investissons à fond sur les deux premières. C'est le « made in moi-même » pour faire repartir l'export et l'innovation. Ne comptons que sur nous sans pour autant en vouloir à la terre entière de nous sentir abandonné. Cessons de faire dépendre notre bonheur des conditions extérieures -vous voyez bien que l'on peut difficilement compter sur elles- et concentrons nous sur nos propres ressentis en les acceptant sans les juger. Ce sont nos attentes qui nous mettent la pression.

Prime à la casse

Deuxième point : octroyons-nous généreusement une prime à la casse des idées noires et une exonération des émotions négatives. Acceptons une fois pour toute qu'il puisse y avoir de la colère ou du désarroi en nous ne ce moment (quoi de plus normal ?), cela ne fait cependant pas de notre petite personne un(e) nerveux (se) ou un(e) dépressif (ve) patenté (e). C'est juste un moment à passer et ne change rien à notre personnalité profonde, laquelle demande d'être peut-être un peu dépoussiérée et de retrouver sa singularité enfouie sous des tonnes de bouquins psy. Nous avons une fâcheuse propension à mettre des étiquettes sur des symptômes et à nous livrer à de l'auto-diagnostic permanent. Quand ce n'est pas sur nos voisins de bureau…

Imitons la Bourse

Troisième point, le président de la République a indiqué que le temps est venu de faire "une pause fiscale ». Faisons de même : lâchons prise sur les prélèvements obligatoires que nous imposent nos croyances sur le monde. Nos pensées guident nos actions,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :