ErDF critique le boom du solaire en France, Enerplan scandalisé

 |   |  586  mots
Il était temps de s'en apercevoir : la présidente du gestionnaire du réseau de distribution d'électricité ErDF, Michèle Bellon, nommée il y a seulement trois mois, semble aujourd'hui regretter l'essor du solaire en France, voire en filigrane toute la politique de subventions des tarifs de rachat de l'électricité. Et au passage livre des prévisions de croissance plutôt basses.

Michèle Bellon a en effet déclaré, mardi, que l'"engouement" actuel pour le photovoltaïque risquait de provoquer des coupures d'électricité au niveau local, si la production dépasse la demande et provoque une "surtension".

Elle a aussi regretté qu'il y a ait "en France un engouement un peu intéressé" pour le photovoltaïque en constatant presque avec étonnement qu'"il y a quand même un effet d'aubaine assez fabuleux" grâce aux tarifs de rachat, qui entraîne "une multiplication extrêmement rapide du nombre de panneaux solaires installés en France.

Des prévisions plutôt basses

Elle a, au passage, livré des prévisions intéressantes pour le secteur, mais en comptant en nombre de panneaux plutôt qu'en puissance.

Selon elle, il y avait ainsi 45.000 panneaux photovoltaïques raccordés au réseau électrique d'ErDF fin 2009, et ErDF -- qui est chargé des raccordements -- prévoit "cette année plus de 75.000 raccordements nouveaux, 120.000 l'année prochaine, 150.000 en 2012". "Fin 2013, nous devrions avoir plus de 500.000 producteurs décentralisés raccordés sur le réseau".

Traduit en puissance, si 45.000 panneaux =272 MW, cela signifierait 450 MW supplémentaires raccordés fin 2010, 725 MW raccordés en 2011 et 912 MW en 2012 -- soit 2,35 GW cumulés fin 2012.

Des prévisions qui rejoignent en gros celles de l'installateur Suntech, principal fournisseur de panneaux d'EDF pour les toits résidentiels, mais moins optimistes que celles de l?Association européenne des industriels du photovoltaïque (Epia) qui table sur 500-700 MW raccordés cette année.

"Comment va-t-on gérer toute cette production non prévisible, aléatoire ? Cela va être extrêmement complexe", s'inquiète Mme Bellon. Dans certains départements "comme les Landes", les projets de raccordement représentent "cinq fois la consommation de pointe du département".

D'où selon elle des "risques de black-out complet par surtension" si les panneaux solaires produisent "plus que ce qu'on a besoin".
"Je suis assez inquiète, car ça va très très vite. D'ici deux ou trois ans, on va être confrontés à de vrais problèmes d'équilibre offre-demande de la boucle locale".

L'exemple allemand

Ces déclarations ont fait bondir l?association professionnelle de l?énergie solaire Enerplan, qui, dans un communiqué, a critiqué "la peur d'ErDF face au changement" et son "imprévoyance pour faire face à la politique solaire française depuis 2006".

Et ironiquement, Enerplan a invité Mme Bellon à visiter l'Allemagne, championne du monde du solaire, qui compte 40 fois plus de puissance solaire que la France.
" Bien que la France soit encore loin de ses objectifs de déploiement des énergies renouvelables, ErDF s?inquiète de sa capacité à gérer l?augmentation du parc solaire photovoltaïque. Pour rassurer Mme Bellon, présidente d?ErDF, nous l?invitons en Allemagne qui a déjà dépassé dans son mix électrique le seuil d'1% d?électricité solaire qu?a retenu le Grenelle de l?Environnement pour 2020 en France", lance Enerplan.

"Cette visite sera l?occasion de prouver par la réalité que si peu d?électricité solaire ne déstabilise pas le réseau électrique allemand. Qui plus est, ce sera l?occasion pour ErDF de s?initier aux bonnes pratiques du gestionnaire de réseau pour connecter les installations photovoltaïques outre Rhin."

Enerplan rappelle que la puissance installée et connectée en Allemagne à fin 2009 était de 9 785 MW contre seulement 272 MW en France, où les raccordements sont extrêmement lents. Et que l'UE réclame 20% d'énergie verte pour 2020.

Green Business - le site de référence

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :