Deux industriels français sont désormais au coeur du "supergrid" américain

Deux groupes français prennent désormais part au développement du supergrid américain. Baptisé "Tres Amigas SuperStation", ce projet est le noeud central du super réseau smart grid que les Etats-Unis sont en train de construire, visant à unifier les trois grands réseaux électriques du pays, dans l'état du Nouveau Mexique.

2 mn

DR
DR

Après Nexans en novembre dernier, c'est au tour d'Alstom d'y greffer sa technologie. Sa branche dédiée aux réseaux électriques, Alstom Grid, a décroché auprès de la société Tres Amigas un contrat de 150 millions d'euros pour fournir des technologies à Courant Continu Haute Tension CCHT (HVDC en anglais), et des systèmes d'automatisme.

Un super rond-point énergétique
Tres Amigas SuperStation est une sorte de super rond-point visant à gérer les échanges d'énergie électrique entre les trois principaux réseaux électriques américains : celui de l'est (Southwest Power Pool), celui de l'ouest (Western Electricity Coordinating Council) et le réseau texan (Electric Reliability Council of Texas).
Alstom fournira une architecture de conversion de courant continu de 750 MW, (345 kV DC -courant continu), en utilisant sa technologie VSC (Voltage Source Converter - expliquée ici dans une vidéo d'Alstom). Les VSC sont des systèmes électroniques de puissance permettant d'assurer à l'interconnection des trois réseaux américains la conversion du courant continu en courant alternatif, et inversement. Les groupes suisse ABB et allemand Siemens, par exemple, développent également des technologies VSC.

Supergrid américain
Une fois achevé, Tres Amigas SuperStation permettra de transférer des centaines de mégawatts d'un bout à l'autre des Etats-Unis, entre les trois réseaux actuels. L'objectif de cette interconnexion centrale est aussi de pouvoir mieux intégrer les énergies renouvelables au réseau américain, tout en réduisant le risque de black out.
Un supergrid américain prendra tout son sens dans les prochaines années en facilitant les interactions électriques entre les grandes métropoles du pays, fortement consommatrices d'énergie, et les vastes espaces non habités mais dotés de ressources en vent et en soleil inexploitées.
La construction doit commencer l'année prochaine et devrait se terminer à l'horizon 2014. Nexans avait décroché fin 2010 un méga-contrat de 600 millions $ pour fournir à l'américain American Superconducteur (AMSC) câbles et technologies connexes. Ce dernier est impliqué dans le consortium qui développe le projet.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.