"Il faut ré-inventer l'Europe par l'écologie"

<b>INTERVIEW -</b> Eloi Laurent, économiste et conseiller scientifique à l'OFCE (Centre de recherche en économie de Sciences Po), enseignant à Sciences Po et Stanford University publie, avec d'autres économistes français «L'économie verte contre la crise - 30 propositions pour une France plus soutenable». A quelques jours de la Conférence environnementale, il nous explique pourquoi il est plus que jamais opportun de reparler d'économie verte, mais différemment de ce qu'avait fait le Grenelle de l'Environnement.
Eloi Laurent / DR
Eloi Laurent / DR

L'ouvrage que vous publiez le 26 septembre avec d'autres économistes «L'économie verte contre la crise»*, présente «30 propositions pour une France plus soutenable».  En quoi votre démarche est-elle originale ?

C'est assez rare qu'un groupe d'économistes se réunisse pour formuler des propositions sur les questions d'environnement et d'écologie, parce qu'ils les estiment aussi importantes que les questions économiques traditionnelles. Par ailleurs notre façon de concevoir l'économie verte comme un levier pour la réduction des inégalités, la soutenabilité des territoires, la relance de l'Europe ou la ré-industrialisation du pays n'est pas si courante...

Pourquoi reparler d'économie verte aujourd'hui, après les espoirs déçus du Grenelle de l'Environnement et de Rio+20 ?

La première fois que le sujet a surgi, c'était à l'automne 2008, lorsque la crise économique et financière s'est accélérée. Le sol se dérobait sous nos pieds, le modèle économique classique s'effondrait et, poussés par la crainte, on a commencé à se demander comment en changer véritablement. Dès qu'on a cru la crise passée, on a aussitôt cessé de s'intéresser à ce changement de modèle. C'est au même moment que sont apparus les premiers signes de faiblesse du Grenelle, symbolisés par l'abandon du projet de taxe carbone. Mais aujourd'hui, alors que le chômage atteint un niveau insupportable, que la croissance est anémique et l'Europe au bord de l'implosion, il est plus important que jamais de reposer la question de l'économie verte.

Mais afin d'éviter l'échec rencontré par le Grenelle, ne faut-il pas la poser différemment ?

Vous avez raison. D'autant plus qu'on a connu un autre tournant. La déception des espoirs suscités par Copenhague en décembre 2009 et encore Rio en juin dernier montrent qu'il est compliqué d'agir à l'échelle internationale, et qu'il faut se recentrer sur l'Europe et la France. D'autre part, il faut absolument raisonner en termes de transition social-écologique. Le grand point d'échec du Grenelle, c'est la taxe carbone. Et sur quoi le projet de la taxe carbone a-t-il buté ? Sur le social ! Il y a de fait une contradiction possible entre l'environnement et le social. Il faut la reconnaître pour la surmonter, expliquer avec beaucoup de pédagogie comment on s'y prend pour, au contraire, rendre les deux objectifs cohérents, ce qui est parfaitement possible. C'est le bon moment pour poser les questions sociales qui sont au c?ur de la transition environnementale. Ce serait intéressant que la gauche prolonge ainsi le chantier du Grenelle sur le thème du social. Cela constituerait un bon exemple d'écologie bipartisane.

Vous pensez vraiment qu'il est possible de réintroduire une taxe carbone après la vive opposition que le projet avait suscitée en 2009 ?

C'est possible et nécessaire, mais il ne faut surtout pas élaborer cette taxe carbone isolément. D'ailleurs il me semble que François Hollande, dans son allocution de dimanche 8 septembre, a évoqué «la refonte des prélèvements sociaux y compris les prélèvements écologiques». On ne doit pas isoler les politiques environnementales de la réforme globale des prélèvements. Il est impératif d'encastrer la fiscalité de l'environnement dans une réforme fiscale globale.
Mais, contrairement à ce qu'on nous explique régulièrement, pour être en mesure de proposer la taxe carbone aux frontières européennes à nos partenaires, il faudra déjà l'avoir mise en ?uvre en France.
Par ailleurs, il est nécessaire de réformer le marché du carbone européen, qui actuellement n'envoie pas de signal prix efficace. Plus globalement, il faut mettre en place une fiscalité de crise budgétaire. Le rapport du CAS coordonnée par Guillaume Sainteny évalue à 20 milliards d'euros les niches fiscales nuisibles à l'environnement. On devrait s'inspirer des réformes fiscales des pays du Nord de l'Europe, et notamment la Suède dans les années 1990, qui reposent sur le principe de taxer plus ce qu'on veut moins, et vice versa. En l'occurrence, taxer davantage la pollution et moins le travail. En France aujourd'hui, la fiscalité verte ne correspond qu'à 2% du PIB et 5% des recettes fiscales. Nous sommes en la matière très en retard par rapport à nos partenaires européens.

Que pensez-vous de la tarification progressive sur l'énergie telle que proposée par François Brottes ?

Si elle est bien conduite et menée à son terme, je pense que c'est une très bonne mesure, une des premières politiques social-écologiques que nous appelons de nos v?ux dans le livre. La tarification sociale de l'énergie (et de l'eau) fait d'ailleurs partie de nos propositions. C'est une très bonne façon de redistribuer durablement du pouvoir d'achat, en faisant, au moyen des tarifs de l'énergie, une véritable réforme fiscale. Plutôt que d'introduire de l'énergie dans l'impôt, on introduit de la progressivité dans l'énergie. Cela ne doit pas pour autant nous dispenser d'une réforme plus globale car cela ne résout pas la question des émissions de gaz à effet de serre ou des atteintes à la biodiversité. Quant à la complexité du dispositif, je ne comprends pas bien cette critique : n'importe quel dispositif public qui vise la justice et l'efficacité doit assumer une part de complexité.

En dehors de la fiscalité, quelles thématiques de la Conférence Environnementale vous semblent essentielles ?

La table-ronde «Santé et environnement» me paraît centrale. Le lien entre la condition sociale et la santé environnementale, auquel l'OMS a récemment consacré un rapport important, est seulement émergent en France. Comme nous le rappelons dans le premier chapitre de notre ouvrage, ce sont d'abord les plus défavorisés dans les pays développés, et à l'échelle internationale les pays les moins développés, qui subiront le plus lourdement les effets d'une énergie de plus en plus chère et du changement climatique. En conséquence, établir clairement le lien entre santé, bien-être et environnement, c'est la clé de l'acceptabilité sociale de la transition écologique dans nos pays développés. Il faut notamment, en France, intégrer la problématique des inégalités environnementales à notre Etat providence.

Sur la transition énergétique, vous attendez-vous à des frictions ?

Si j'ai bien compris, le débat sur l'énergie sera véritablement lancé après cette première conférence environnementale, mais je m'attends comme tout le monde à des tensions sur le nucléaire, ce qui est à la fois légitime et dangereux. Légitime, parce qu'il faut enfin engager ce débat mais dangereux parce que c'est un écran de fumée qui empêche de parler des énergies fossiles et de la sobriété énergétique. Cela étant, il va falloir faire rapidement des choix d'investissement et des arbitrages. Nous préconisons à ce sujet de réduire la part de R&D publique consacrée au nucléaire pour la réorienter vers les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique. Un autre débat concerne l'exploitation des réserves de gaz non conventionnels, je considère pour ma part qu'il s'agit non pas d'une énergie de transition, comme on nous la vend, mais d'une énergie de diversion, qui nous éloignerait d'une économie soutenable.

Vous soulignez dans votre ouvrage le rôle que peut jouer l'écologie pour ré-inventer l'Europe...

Oui, nous pensons qu'il faut ré-inventer l'Europe par l'écologie, c'est d'ailleurs l'objet de notre introduction. Nous y montrons que l'Union européenne (qui, à l'origine, s'est construite sur la CECA - Communauté européenne du charbon et de l'acier - puis sur Euratom autour du nucléaire), qui est le leader écologique global, détient la légitimité à la fois historique et politique, mais aussi les instruments de gouvernance pour se redonner un avenir par le développement soutenable.
 

* « L'économie verte contre la crise - 30 propositions pour une France plus soutenable », par Patricia Crifo, Matthieu Glachant, Stéphane Hallegatte, Eloi Laurent, Gibert Raphaël, Presses Universitaires de France. Sortie le 26 septembre

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 14/09/2012 à 11:21
Signaler
L'ouvrage est de bonne facture et va dans la bonne direction. Dommage que la Tribune n'ait pas développé plus en détails car l'approche est globale, concerne l'Europe et notamment l'Europe du Sud avec des idées très valables. Bravo aux gens qui intèg...

à écrit le 14/09/2012 à 8:40
Signaler
Nous assistons là, à la plus grande fourberie énoncée depuis bien longtemps. Nous ne sommes pas prêt de voir le vrai chemin écologiste prendre forme, tant que des gens continueront à déclarer des inepties, dans le seul but de perdurer dans un système...

à écrit le 13/09/2012 à 19:30
Signaler
Stanford est en pointe sur beaucoup de ces sujets et il est essentiel que la jeune génération d'économistes, entre autres, intègrent systématiquement l'environnement et l'écologie qui sont désormais des paramètres plus que jamais incontournables. Il ...

à écrit le 13/09/2012 à 19:30
Signaler
Stanford est en pointe sur beaucoup de ces sujets et il est essentiel que la jeune génération d'économistes, entre autres, intègrent systématiquement l'environnement et l'écologie qui sont désormais des paramètres plus que jamais incontournables. Il ...

à écrit le 13/09/2012 à 17:13
Signaler
Du vent ! La seule chose d'écologique dans ce propos idéologisé qu'il ne faut bien entendu surtout pas suivre. Il n'y a rien à réinventer. La marche des techniques se charge comme toujours des améliorations. Les faux prophètes s'emploient au moyen d'...

le 13/09/2012 à 19:02
Signaler
C'est sûr que les écologistes ont inventé les camps de concentration et les goulags, sont responsables de millions de morts et rêvent de Reich millénaire ... Ah les méchants écolos ;o))) Corso, les écologistes vous dérangent pourquoi ? Parce que vous...

à écrit le 13/09/2012 à 16:54
Signaler
Tant que l'ofce engagera toujours des personnes brevetées à gauche nous pouvons faire un trait sur la crédibilité et l'écho de ces analyses économiques.

à écrit le 13/09/2012 à 15:55
Signaler
surtout pas...construire des usines à gaz toutes subventionnées est le meilleur moyen de tuer définitivement l'Europe. Vive l'énergie non conventionnelle vive la baisse des dépenses publiques vive plus d'efficacité dans la dépense publique,vive l...

à écrit le 13/09/2012 à 14:00
Signaler
Il faut être idiot pour refuser de prendre en compte l'écologie notamment via l'économie d'énergie. Réduire l'utilisation d'énergie c'est améliorer le rendement. Ce n'est pas réservé qu'aux riches car les bailleurs sociaux s'y mettent réalisant aussi...

le 13/09/2012 à 17:23
Signaler
Il est surtout idiot de penser que seule l'étiquette de l'écologie, on le sait bien à réalité politique, serait la représentante d'une bonne démarche. Evitons le schisme assez classique des uns contre les autres. Chacun s'applique à bien faire. L'éco...

le 13/09/2012 à 19:17
Signaler
Si vous voulez évitez le schisme Corso, ne soyez pas sectaire envers les écologistes quels qu'ils soient en parlant d'idéologie ou de religion. On dirait que vous en avez une autre. Il n'y a pas d'idéologie ni de religion verte, simplement des idées ...

à écrit le 13/09/2012 à 13:16
Signaler
Un vert voit tout en vert et ne voit que par le vert : une obsession presque une perversion. Bien sûr qu'il faut respecter la nature, tout faire pour ne pas compromettre notre futur et celui de notre environnement, mais ce n'est qu'un des aspects du ...

le 13/09/2012 à 14:02
Signaler
Il faut donc repartir sur une industrie verte qui fasse travailler ouvriers, contre-maîtres... A moins de vouloir laisser à TOYOTA par exemple le monopole du moteur hybride essence.

le 13/09/2012 à 14:35
Signaler
Vous devriez "monsieur à l'esprit vert" au minimum assumer un seul pseudo... et democratix a raison, l'énergie est un élément pilier de la compétivité de nos entreprises, via les couts de chauffage électricité de nos usines...(et oui) via les couts ...

le 13/09/2012 à 17:47
Signaler
Les gaz de schiste sont dépassés @Pelion, en tout cas pour la France. Nous utilisons notre savoir faire dans ce domaine dans d'autres pays comme le Canada et les USA. Vous pouvez donc être contre je serai d'accord avec vous. Divers développements son...

à écrit le 13/09/2012 à 11:27
Signaler
C'est en forgeant qu'on devient forgeron dit le proverbe! C'est par une pratique écologique "soutenue" qu'on fera des progrès en efficacité énergique verte d'où la nécessité de mettre en place des structures qui seront améliorées grâce à la recherche...

à écrit le 13/09/2012 à 11:22
Signaler
sortir de sciences po et sortir pareilles réflexions !!! avant tout penser impôts et taxes, puisque dans ce pays on n'est pas assez imposé !!! ensuite, un détail : l'écologie c'est parfait, mais c'est pour les riches !!! les pauvres en sont instantan...

à écrit le 13/09/2012 à 8:23
Signaler
Lire encore autant de bêtises et de contrevérités prouve que la crise n'a pas encore été assez profonde et violente pour faire taire définitivement les escrologistes qui martyrisent notre pauvre pays. Un rappel pour les naïfs : constatant l'inefficac...

le 13/09/2012 à 12:08
Signaler
Vous parlez d'escroquerie... ? allons-y Monsieur, les Allemands comme vous dites ont des écologistes pratiques, ils ont donc choisi d'arrêter leurs centrales nucléaires...parce qu'il y a un véritable danger, pas pour une "inefficacité absolue des re...

le 13/09/2012 à 13:19
Signaler
Chez les allemands l'industrie représente 30% du PIB.Je reconnais votre discours extrémiste qui semble tout voir en vert...oui la contrainte verte doit faire partie du cahier des charges...mais c'est une clause parmi d'autres.D'ailleurs en Allemagne ...

le 13/09/2012 à 14:20
Signaler
Parce qu'ils n'ont simplement pas voulu aller vers le tout nucléaire...cela n'a rien à voir avec une inefficacité des énergies renouvelables.. Quant à "reconnaitre mon extrémisme vert" votre dépit est juste risible, ne voulant pas voir la réalité po...

le 13/09/2012 à 17:33
Signaler
Les allemands tirent plus de 50% de leur énergie du charbon depuis longtemps, @Pelion, pas très bon pour la santé même s'il est pulvérisé. Ils stoppent leurs centrales nucléaires car d'une part ils n'ont aucune compétence dans ce domaine et d'autre p...

à écrit le 13/09/2012 à 8:01
Signaler
Enfin une nouvelle approche de l'énergie montrant la relation entre chomage et croissance,entre prix de l'énergie et cout du travail;il y a l'écologie mais aussi la macroéconomie.

le 13/09/2012 à 10:17
Signaler
La société construite par nos parents nous fait aujourd'hui respirer un air pollué, ingurgiter des produits chimiques, acheté toujours plus de produits inutiles et nocifs. Résultat; une société au bord du gouffre, financièrement exsangue, basée sur d...

le 13/09/2012 à 11:24
Signaler
la transition écologique est une très bonne idée...pour les riches !! car si il faut isoler votre habitat, au mieux, vous aurez des aides, mais vous devrez payer le complément !!! et si vous n'avez pas d'argent, comment faites-vous ????????

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.