Un appel d'air pour le fabricant français d'éoliennes Vergnet

 |   |  479  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Grâce à l'instauration d'un nouveau tarif de rachat pour l'électricité produite dans les Dom, annoncée par le premier ministre à l'issue de la conférence environnementale, Vergnet a trouvé un accord avec ses financiers et ses partenaires industriels.

C'est un réel soulagement pour Marc Vergnet, le fondateur éponyme de l'entreprise spécialisée dans les éoliennes capables de se coucher, adaptées aux zones cycloniques ou éloignées de toute infrastructure de transport.

«Depuis 15 ans, notre activité est portée par les DOM, qui bénéficiaient de tarifs de rachat, de subventions et de défiscalisation», rappelle-t-il. Durement concurrencé par le photovoltaïque depuis l'instauration de conditions préférentielles pour le photovoltaïque en 2007, l'industriel y a perdu 70% de son activité. Par la suite, la conjonction du retard des appels d'offres censés relancer la machine et de la loi littoral imposant la construction dans la continuité des habitations, dans des zones coincées entre mers et montagne, n'a rien arrangé, et les relations avec les partenaires financiers et industriels avaient fini par se tendre.

Des solutions pour stocker l'énergie

Apparemment, l'opiniâtreté de Marc Vergnet auprès du nouveau gouvernement a fini par payer. Faisant valoir ses solutions innovantes mises au point avec EDF, qui permettent de stocker l'électricité et donc de produire en dehors des périodes de vent et de garantir une puissance sur des tranches d'une demi-heure, il plaide depuis des mois pour l'application d'un tarif aligné sur ceux proposés par les participants aux appels d'offres.

Soit 175 euros par kilowattheure avec défiscalisation, ou 250 euros/kWh sans défiscalisation. Le niveau n'en a pas été précisé, mais le gouvernement, par la voix du premier ministre en conclusion de la Conférence environnementale samedi 15 septembre, a bel et bien affirmé l'instauration d'un tarif de rachat spécifique aux DOM d'ici à la fin de l'année.

Des ventes de 15 à 20 MW par an

«Il n'y a pas vraiment de risque de dérapage, insiste Marc Vergnet, car le potentiel éolien des DOM ne dépasse pas les 150 à 200 mégawatts (MW).» En revanche, pour lui, ce nouveau tarif donne de la visibilité. Il va notamment permettre de débloquer les projets prévus avec son client Aerowatt. En tous cas ceux qui ne sont pas concernés par la loi littoral. Mais sur ce point aussi, Marc Vergnet a bon espoir d'être entendu par le gouvernement. Deux commissions nommées pour plancher sur la question doivent remettre leur rapport d'ici à la fin septembre, et des solutions spécifiques aux DOM pourraient être trouvées.

Marc Vergnet espère aussi mener à bien des projets de «repowering» de parcs existants, dont certains exploités par EDF EN. Il s'agit de remplacer plusieurs éoliennes de faible puissance (les premières installées par Vergnet ont près de 20 ans) par de nouvelles turbines plus puissantes et moins nombreuses.

Au total, il table sur 15 à 20 MW par an pendant 10 ans, et a promis à ses partenaires (dont le Fonds Stratégique d'Investissement et Nass&Wind) du chiffre d'affaires et du résultat à compter de 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2012 à 20:53 :
Quid des éoliennes à axe vertical qui démarrent à 5ms ,n'ont pas besoin de se coucher et insensibles au sens du vent et peuvent même s'autoréguler et être placées sur les terrasses des batiments.
(les alizés qui soufflent toute l'année c'est 5 à 15ms )
On peut améliorer le rendement avec un double rotor inversé dont l'extérieur est fixe.
a écrit le 19/09/2012 à 13:11 :
Bon pour Vergnet, maintenant il faudrait que ce gouverment se bouge un peu et sauve TOUTES les entreprises de l'eolien et du PV, histoire qu'on puisse demontrer a tout le monde que ces energies sont competitives avec le gaz et le nuke d'ici 2015.
Réponse de le 20/09/2012 à 0:27 :
Elles sont déjà compétitives avec les autres énergies dans plus de la moitié des pays du monde si vous lisez toutes les études sur le sujet.
a écrit le 18/09/2012 à 23:57 :
L'entreprise vaut la peine d'être soutenue car c'est l'une des très rares à avoir des éoliennes pour les zones cycloniques et c'est un marché non négligeable dans le monde. En plus une énergie pas chère pour des zones géographiques comme les Dom avec des emplois locaux à la clé.
a écrit le 18/09/2012 à 22:27 :
Elle a bonne mine la gauche écolo . Elle crée sa niche dom tom sur le dos du peuple . Celà porte un nom : CORRUPTION
Réponse de le 18/09/2012 à 23:54 :
Avant de shématiser il faudrait connaître le problème énergétique des Dom. Mieux vaut subventionner faiblement pour une période déterminée et ne rien investir en laissant çà à d'autres en créant qui plus est des emplois durables locaux que d'avoir de bien plus lourds investissements à faire et ne pas être indépendant énergétiquement.
a écrit le 18/09/2012 à 22:00 :
C'est pitoyable que des gens fassent des profits avec des subventions payées avec nos impots, au lieu que cela soit grace à leur modèle économique. Au premier nouveau souci cette société va disparaitre.
Réponse de le 19/09/2012 à 9:35 :
Vous oubliez que cette compagnie emploie du personnel dans la region de l ' Orleanais et ne demenage pas en Chine comme d ' autres. De plus elle exporte egalement dans d ' autres pays comme l ' Ethiopie. Elle produit egalement des opmpes solaires bien utiles dans les regions semidesertiques de l ' Afrique

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :