Une voie royale s'ouvre à l'Islande pour intégrer l'Union européenne

 |   |  364  mots
Présidence suédoise de l'Union européenne, commissaire finlandais à l'Élargissement? l'axe nordique qui se met en place devrait avantager l'Islande, qui envisage d'intégrer l'Union le plus rapidement possible. Européenne convaincue, le nouveau Premier ministre, Johanna Sigurdardottir, dont la formation des sociaux-démocrates a remporté une victoire historique sur les conservateurs le 25 avril dernier, s'est empressée de soumettre au Parlement un projet de loi en vue de l'adhésion de l'Islande à l'Union. Le vote pour donner le feu vert au gouvernement afin d'entamer les négociations avec l'Union doit intervenir dans les tout prochains jours. Le processus pourrait se dérouler très vite, ce qui permettrait à l'Islande d'accéder à l'Union dès 2011 avec la Croatie. En effet, ce petit pays nordique de quelque 320.000 habitants est déjà membre de l'Espace économique européen et, de ce fait, une grande partie de sa législation est déjà harmonisée avec celle de l'Union. C'est d'ailleurs Olli Rehn, commissaire finlandais à l'Élargissement, qui a fixé l'objectif de 2011. Ce qui convient « parfaitement » à Carl Bildt, ministre suédois des Affaires étrangères. Les sociaux-démocrates islandais plaident depuis longtemps en faveur d'une adhésion à l'Union européenne. investisseurs étrangersAprès la crise financière qui a durement secoué le pays alors que l'Irlande s'en sortait plutôt bien grâce à son appartenance à la zone euro, « le désir d'Europe » s'est renforcé parmi les Islandais. Ce peuple de pêcheurs était d'ailleurs réticent vis-à-vis de l'Union en raison notamment des craintes relatives à la politique commune de pêche. Selon des diplomates européens, Bruxelles pourrait envisager des garanties en faveur des pêcheurs islandais afin de faciliter les négociations d'adhésion. Avec le lancement du processus d'accession à l'Union européenne, « la reconstruction de la Nouvelle Islande a déjà commenc頻, selon Johanna Sigurdardottir. Cette adhésion et l'adoption de l'euro qui suivra permettraient d'attirer des investissements étrangers dans le pays. Le principal allié des sociaux-démocrates, le parti Gauche-Verts, est opposé à l'adhésion mais s'est dit ouvert à « une solution démocratique ». En clair, les Islandais seront appelés à se prononcer par référendum sur cette adhésion. Marc Deger

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :