Redessiner les transports franciliens

 |   |  282  mots
Les projets de transport du Grand Paris seront « phasés » (voir carte) et feront l'objet d'appels d'offres, a confirmé hier le député UMP du Val-de-Marne Gilles Carrez, qui doit remettre en septembre son rapport sur le financement des infrastructures. La concurrence jouera donc son plein et les opérateurs historiques, la SNCF et la Régie autonome des transports parisiens (RATP), seront appelés à « faire un effort [?] pour contribuer eux aussi au bouclage du plan de financement », a déclaré le rapporteur du budget à l'Assemblée nationale.Son rapport final appuiera notamment la création d'une « future entité publique » chargée de lancer les appels d'offres pour la construction. Concernant l'exploitation, ce dernier souhaite un « équilibre concurrentiel » pour « éviter par exemple la paralysie d'un tel réseau en cas de grève ». Il a ainsi salué la récente constitution, sous l'égide du préfet Daniel Canepa, d'un groupe de travail commun entre la SNCF et la RATP, mises sous pression par les nouvelles règles européennes qui prévoient l'ouverture progressive de leurs monopoles dès fin 2009.marché pharaoniqueLes tensions demeurent entre les différents acteurs qui cherchent à s'imposer sur ce marché pharaonique, comme le montre la « sortie » de la SNCF qui vient de proposer d'insérer ses TGV sur le futur métro du Grand Paris entre Versailles et Le Bourget. L'opérateur privé Veolia Transport (qui s'apprête à fusionner avec Transdev) se déclare « intéressé, si des appels d'offres sont effectivement lancés ». Les Parisiens s'exprimeront sur les différents projets lors de la grande consultation publique annoncée à la rentrée. Avant l'examen du projet de loi sur le Grand Paris à l'automne. Marine Relinge

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :