Le FMI accorde 1 milliard de dollars au Ghana

 |   |  342  mots
AfriqueComme pour donner corps au discours de Barack Obama au Ghana, liant aide et bonne gouvernance, le FMI vient d'accorder 1,02 milliard de dollars à Accra. « C'est une marque de confiance renouvelée à l'économie » du pays, s'est félicité le ministre ghanéen des Finances, le Dr Kwabena Duffuor. Ce prêt vise à aider le Ghana à traverser la crise économique. Le nouveau président, John Atta-Mills, a en effet hérité d'une situation économique difficile. Le gouvernement s'est engagé à ramener le déficit budgétaire de 14,5 points de PIB à 9 points. Le Ghana recevra une première tranche de 625 millions de dollars avant la fin de cette année. Le reste sera décaissé entre 2010 et 2012. La Banque mondiale a également accordé au pays un prêt de 535 millions de dollars.manne bienvenueL'appui des institutions de Bretton Woods récompense la bonne gouvernance du pays. « L'environnement des affaires y est l'un des meilleurs d'Afrique subsaharienne et le pays se situe dans le premier quart pour les indicateurs de développement humain », souligne le FMI. La découverte de pétrole remettra-t-elle en cause le modèle ghanéen ? Le pays devrait produire 120.000 barils de pétrole par jour en 2011 et la production pourrait grimper à 500.000 barils en 2014, selon le vice-ministre de l'énergie, Kwabena Donktor.Une manne bienvenue pour les caisses de l'État. La production de brut devrait générer l'équivalent de 7 points de PIB de recettes budgétaires supplémentaires, selon le FMI. Mais la précieuse huile suscite également des inquiétudes. Les pays producteurs de pétrole de la région sont comme frappés de malédiction. Le Nigeria, le Cameroun, le Gabon, le Congo-Brazzaville, l'Angola, la Guinée équatoriale comptent parmi les pays les plus corrompus de la planète. Leur histoire est semée de guerres civiles, de coups d'État ou de présidents indéboulonnables. Le président John Atta-Mills assure que chaque pétrodollar apparaîtra dans le budget et que la manne sera utilisée pour réduire la pauvreté.Xavier Harel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :