Volkswagen pourrait sortir du DAX

 |   |  460  mots
ctionsLes temps changent. Volkswagen, qui voici dix mois avait été brièvement la première capitalisation du monde, est aujourd'hui sur une pente très glissante. Hier, le titre a cédé 13,98 % à 145,99 euros, soit près de 40 % de moins qu'il y a cinq séances. Et le mouvement est loin d'être terminé. Le problème ne réside pas dans la santé du premier groupe automobile européen qui, par ailleurs, se porte plutôt bien. Comme le note un analyste allemand, « il y a longtemps que l'évolution de ce titre est totalement déconnectée des fondamentaux ». C'est bien la fin de la spéculation autour d'un rachat par Porsche qui est à l'origine de ce violent phénomène. pas d'opaDepuis octobre dernier, Porsche détient 53,1 % du capital et des options pour porter sa participation à 74 %. Mais le groupe de Stuttgart a plié sous le poids des dettes et, finalement, c'est Volkswagen qui va avaler la marque Porsche. Il n'y aura donc pas d'OPA. Retour sur terre pour les investisseurs, car les analystes estiment la valeur du titre comprise entre 60 et 100 euros. Mais ce n'est pas tout. L'émirat du Qatar va exercer les options qu'il a reprises à Porsche et se retrouver à la tête de 17 % des droits de vote. Un mouvement qui accroît doublement la pression sur l'action VW. Outre le prix d'exercice de ces options, qui pourrait être inférieur à 130 euros, les analystes s'inquiètent en effet de voir Volkswagen quitter le DAX. Car le flottant du groupe sera ainsi réduit à 9,85 %. Or, depuis l'envolée du titre VW, Deutsche Börse a durci ses règles et toute entreprise dont le flottant passe sous les 10 % est exclue de l'indice dans les deux jours. Un sort qui pourrait donc bien être réservé à VW, incitant les investisseurs précautionneux à vendre dès maintenant. La baisse entraîne donc la baisse, comme jadis la hausse poussait à la hausse. Mais sorti par la porte, VW pourrait bien revenir dans le DAX par la fenêtre, autrement dit par ses actions « à dividendes préférentiels », dépourvues de droits de vote et qui représentent un quart du capital de Volkswagen. Ce titre était resté à l'écart de la folie spéculative, mais il retrouve des couleurs à mesure que l'action ordinaire chute : il a ainsi gagné 14,99 hier à 68,42 euros. Aujourd'hui, ces titres représentent une capitalisation de 6 milliards d'euros, ce qui pourrait leur permettre d'entrer dans l'indice phare allemand. D'autant que l'augmentation de capital attendue pour financer le rachat de Porsche pourrait encore augmenter la liquidité de ces actions spécifiques. Sachant que le rachat par le Qatar de la moitié des actions préférentielles ? comme évoqué par la presse allemande ? n'y ferait pas obstacle. Romaric Godin, à francfort

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :