Médipréma cherche sa taille critique à l'international

 |   |  410  mots
Dans quelques semaines, Médipréma jouera une partie de son avenir avec le résultat de très gros appels d'offres de matériel médical lancés par des hôpitaux ou des groupements d'achats. Pour cette PME, installée à Tours et présidée par Éric Menanteau, ces quatre appels d'offres pourraient représenter jusqu'à 90 % de son chiffre d'affaires des trois prochaines années. « La concurrence est rude, explique Éric Menanteau, le lobbying des concurrents est puissant, il faut aller chercher des marchés de niches où notre technologie est reconnue. » Face à General Electric et à un gros constructeur allemand, Médipréma fait figure de Petit Poucet dans le marché du matériel médical. Et pourtant, la PME, seul fabricant français avec environ un tiers du marché, réussit à vendre dans une grande partie du monde ses incubateurs ou ses appareils de photothérapie pour traiter l'ictère des nouveau-nés.C'est en 2005 qu'Éric Menanteau, alors directeur général de Numericable, reprend cette PME spécialisée dans le matériel médical pour nourrissons « Mais elle était trop petite, explique-t-il. Il lui fallait une taille critique pour préserver son marché national et lutter contre la concurrence. » Lors de la reprise, il crée un petit groupe, Malpello, qui outre Médipréma le navire amiral, regroupe aussi Ella-Legros et Gamain, deux petites structures elles aussi spécialisées dans le matériel médical. L'ensemble pèse aujourd'hui 12,5 millions d'euros d'activités avec 68 salariés. « Mais c'est encore trop faible, poursuit le PDG. Il faut grossir davantage en France pour être fort sur notre marché national et pour mieux s'imposer à l'international. » Il recherche donc la croissance externe en France ou à l'étranger, y compris pour élargir sa gamme de produits, notamment vers l'obstétrique.relais immédiatPourtant, les opportunités sont rares car les grands constructeurs ont déjà fait leur marché. Éric Menanteau mise donc sur l'international comme relais immédiat de croissance. En deux ans, l'activité à l'export a été multipliée par trois et représente désormais 60 % du chiffre d'affaires avec de grosses commandes pour l'Asie et le Moyen-Orient. Avec des matériels de plus en plus sophistiqués, Médipréma doit aussi investir lourdement en recherche et développement ? entre 5 % et 6 % du chiffre d'affaires ? avec une équipe de neuf personnes. De nouvelles gammes sont ainsi en préparation pour consolider l'entreprise à moyen terme.Jean-Jacques Talpin, à Tou

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :